Question 159

Question: 

j'ai subi une artrodèse suite à une chute sur les talons! j'ai subi une osthéosyntèse en juin 2000; et une artrodèse en sept. 2002;et depuis j'ai une douleur qui m'empeche de marcher.
On me propose un traitement anti douleur (morphine) qu'en pensez vous?existe-t-il d'autres traitements
merci

Réponse: 

Sur ce site consacré à la polyarthrite, nous avions dans la réponse à la question 86, présenté les indications relatives de la prothèse de cheville et de l’arthrodèse en cas de destruction de cette articulation par la polyarthrite rhumatoïde. La réponse à la question 149 traitait du cas particulier d’une arthrodèse de la cheville pratiquée sur un patient de 3 ans.

Dans votre cas, il s’agit d’un problème post-traumatique (chute sur les talons). Ce type de traumatisme entraîne le plus souvent une fracture avec effondrement du calcanéum et un bouleversement de l’anatomie de l’articulation sous-astragalienne (voir schéma). Y avait-il en plus une lésion traumatique de l’articulation tibio-astragalienne ou des deux os de la jambe ? Vous ne nous dites pas sur quel os portait l’ostéosynthèse.

Le résultat de cette première intervention n’était vraisemblablement pas satisfaisant puisqu’il a fallu procéder en septembre 2002 à une arthrodèse (c’est à dire à une suppression articulaire par fixation) de la tibio-astragalienne, ou de la sous-astragalienne, ou, ce qui est le plus courant de ces deux articulations.

Quatre mois après cette intervention, vous avez encore des douleurs qui vous empêchent de marcher. Quel que soit votre  âge, je vois deux explications :

  • ou bien l’intervention n’a pas permis la fixation osseuse (échec technique de l’arthrodèse)
  • ou bien ces deux interventions ont entraîné une complication sous la forme d’une algo-neuro-dystrophie (maladie de Südeck-Leriche).

Cette complication, qui n’est pas rare après des fractures ou des interventions chirurgicales sur les extrémités se traduit, en plus des douleurs, par une enflure, une tuméfaction, une augmentation de la chaleur locale (tout au moins au début), une sensibilité douloureuse à la pression, une limitation des articulations voisines et une atrophie de la peau. L’image radiologique démontre, par rapport à l’autre côté, une déminéralisation osseuse régionale, d’aspect moucheté, avec une prédominance au voisinage des autres interlignes articulaires.

Dans votre cas, il serait donc judicieux de revoir l’évolution des clichés radiologiques, d’une part pour apprécier le résultat de l’arthrodèse elle-même et d’autre part pour rechercher des arguments en faveur de l’algodystrophie (en plus des arguments cliniques susmentionnés). L’examen le plus démonstratif est la scintigraphie osseuse, mais dans ce cas, il serait faussé par la présence du matériel d’ostéosynthèse.

Toutes ces explications se justifient par le fait que l’algo-neuro-dystrophie, si elle est confirmée, justifie un traitement spécifique (calcitonine).

Nous ignorons votre âge. Mais de toute façon l’introduction d’un traitement de morphine ne saurait être une solution à long terme. En revanche, l’algo-neuro-dystrophie doit être favorablement influencée par un traitement spécifique (calcitonine, puis éventuellement thérapeutique physique).

Commentaires

Bonjour.

Je m'appelle Laurie, j'ai 11 ans et bientôt 12 ans je suis atteinte de cette maladie.

Celà fait 1an que j'ai cette maladie, je suis en début de dépression. Pour marcher, j'ai des béquilles, quelle cata pour le collège ! Et je ne supporte pas de voir les autres me dire que je n'ai rien à mon pied !

Pour mon traitement, je faisais des piqûres (Calcitonie). On m'a proposé de faire une autre série de piqûres, mais j'ai refusé !

Au début, les médecins disaient que c'était dans ma tête !

Maintenant, je prends un traitement, c'est des cachets, mais je ne sais pas si ça va faire effet !

Et comme il y a deux mois, je me suis faite une fracture du tibia-péroné et donc là je repars au début !

J'espère avoir un peu de courage !

A bientôt

Au revoir

ps : Pour ceux qui ont la même maladie que moi, je voudrais vous dire à tous, bon courage et soignez-vous bien !