Question 21

Question: 

Les symptômes de la polyartrite ont débutés dès mon accouchement en mai 1999. Le diagnostic a été dressé en fevrier 2000. A ce jour, pour combattre l'infection, mon médecin m'a prescrit de la cortisone pendant un mois : 40 mg au départ puis diminution regulière de la dose. En traitement de fond je prends du plaquenil.
Ma question : Je voudrais connaitre les effets secondaires de ces traitements à court et à long terme. En effet, mon soucis est que je n'ai que 26 ans et que la vie est devant moi. Merci d'avance de votre réponse.
SINCERES SALUTATIONS.

Réponse: 

Il est fréquent que la polyarthrite rhumatoïde (PR) commence dans les suites d'un accouchement. Si je compte bien, votre maladie date d'un peu moins de deux ans. Vous prenez pour cela de la cortisone (encore actuellement ?) et du Plaquenil.

Parmi les traitements « classiques » de la PR, on a l'habitude de distinguer :

  1. Les traitements « suspensifs » (tels que la cortisone et les anti-inflammatoires non stéroïdiens), qui ne font que suspendre de façon transitoire l'inflammation. Cette inflammation peut en général être bloquée de façon spectaculaire par la dose de 40 mg que vous avez reçue, mais elle récidive à l'arrêt du traitement, ce qui a fait dire que la « lune de miel cortisonique » était aussi très brève.
  2. Les traitements dits « de fond » (au nombre desquels figure le Plaquenil), c'est-à-dire les traitements qui ont l'ambition de modifier le cours de la maladie en attaquant à différents niveaux le mécanisme même qui aboutit à la manifestation articulaire.

Ad1. - La cortisone est certes un anti-inflammatoire puissant, mais elle est grevée d'effets secondaires (si nombreux qu'il est difficile de les énumérer), d'autant plus sévères que la dose est plus forte et la durée d'application plus longue. A notre avis, l'usage des stéroïdes doit être strictement réservé aux cas dans lesquels le bénéfice à court terme dépasse largement les risques à long terme liés à la prise de ce médicament. Ce peut être le cas par exemple s'il faut conserver absolument la capacité de travail et la maîtrise des activités ménagères.

Ce n'est que chez les patients présentant une maladie particulièrement active, malgré une association d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et de médicaments de fond, sur une période suffisamment prolongée, qu'on peut être amené à poursuivre à longue échéance un traitement à faible dose de cortisone (inférieur à 10mg de prednisone par jour).

Ad2.- Il existe toute une série de traitements de fond de la PR. Les uns sont plus efficaces que d'autres, mais chacun a ses effets secondaires qui le caractérisent.

Le Plaquenil est reconnu comme efficace dans la PR, mais cette efficacité, d'après de nombreuses études cliniques, est inférieure à celle de médicaments tels que la Salazopyrine et surtout le Methotrexate.

Quant aux effets secondaires du Plaquenil (à 200mg par jour), ils sont relativement modestes (allergies cutanées, anomalies sanguines, dépôts cornéens réversibles) Les doses de 400mg administrées sur des années (plus de trois ans) provoquent une atteinte grave de la rétine. De toute façon, s'il n'y a pas de réponse à ce traitement après six mois, il faudrait envisager un autre traitement de fond.

Au vu des renseignements que vous nous donnez, je pense qu'il serait judicieux de réévaluer le potentiel inflammatoire de votre maladie (examen clinique spécialisé et contrôles sanguins) puis de rediscuter le plan thérapeutique avec un rhumatologue ou une consultation spécialisée.

Commentaires

Bonjour,  j'ai 43 ans et je suis atteint d'une pr depuis 2 ans, je vis tous les jours avec des douleurs, malgré un traitement assez sévère. J'ai commencé par la cortisone à 18 mg/jour + celebrex sans vraiment de résultat. Je suis aujourd hui passé à 7 mg  plus un anti-inflammatoire  KETUM et surtout un traitement de fond au Methotrexate qui a très nettement arangé ma situation. La situation et parfois les journeés sont difficiles et l'on finit à s' habituer aux douleurs.

Courage , mais ne restez pas inactif, dès que vous le pouvez, passez vos articulations sous de l'eau chaude.

 

cela fait 3ans que je souffre de pr. Maintenant mon taitement a changé étant devenue allergique à l' Arava. J' ai eu de l'Enbrel 50 mg par semaine puis le vendredi qui suivait mon injection cutanée je prenais 6 comprimés de novatrex 2,5mg, 1 fois par semaine également, celà pendant 9 mois.  J'ai eu une satisfaction pendant 8 mois. Le 9ème mois, mes poignets, mes mains et mon pied gauche m'ont à nouveau fait souffrir, donc changement de traitement. Je suis actuellement sous Remicade de 300 ml depuis 3 semaines. Je retourne me faire perfuser à l'hôpital  1 journée dans 1 semaine  et  toutes les 6 à 8 semaines avec Novatrex à 15 mg + topalgic l p 100mg + bi profénil 150 mg, 2 fois par jour + ixprim 37,5 mg + dafalgan1 g  et celà 4 fois par jour. Je commence à moins souffrir, sauf l' articulation de mon pied gauche qui me fait mal.  Je travaille,  mais en ce moment je suis arrêtée car je ne peux pas marcher et rester debout. J' espère que ce nouveau traitement me soulagera, car je ne voudrais pas arrêter de tavailler !  j' ai 52 ans. Ma mère et ma grand-mère ont de la pr et moi-même j'ai  2 grandes filles qui, pour l' instant, n' ont rien.  Je ne voudrais pas que cette maladie les touche. c' est surtout la souffrance... Merci de me lire et de m' écouter et il y a une chose qu' il ne faut pas faire, même dans la souffrance, c' est de baisser les bras, il faut se battre !!!!