Question 22

Question: 

Je souffre de PR depuis 4 ans. voilà 4 mois que j'ai commencé un apprentissage à la caisse d'épargne en tant qu'agent commercial de guichet et c'est très dur : je suis extrêmement fatiguée, mes articulations me font souffrir, pourtant j'ai des perfusions de remicade depuis 6 mois ... JE M'INQUIETE ENORMEMENT POUR MON AVENIR PROFESSIONNEL car je ne pourrai pas suivre ce rythme pendant encore longtemps, j'ai caché mes problemes de santé.QUE PUIS-JE FAIRE POUR M'ASSURER UN EMPLOI? UN REVENU?

Réponse: 

Pour votre polyarthrite, qui vous fait souffrit depuis 4 ans, vous nous dites que vous recevez depuis 6 mois des perfusions de Remicade ® (Infliximab). Malgré ce traitement, vous nous dites que vos articulations vous font souffrir et menacent votre avenir professionnel.

Vous ne parlez pas d’autres traitements que vous auriez pu recevoir auparavant, ni des médicaments que vous prenez conjointement à ces perfusions.

Dans la gamme des traitements de base de la polyarthrite rhumatoïde, il existe des traitements éprouvés, utilisés depuis de longues années. Je citerai dans l’ordre d’efficacité croissante les antimalariques, la sulfasalazine et le Methotrexate.

A côté de ces médicaments éprouvés, on dispose en Suisse, depuis un à deux ans, de trois médicaments « de pointe » pour les cas qui n’ont pas répondu de façon suffisante aux autres traitements de base. Dans notre pays, ces traitements sont actuellement réservés à des centres spécialisés. Leur administration est soumise à un monitoring conduit par la clinique universitaire de Rhumatologie de Zürich.

L’infliximab (Remicade®) est précisément l’un de ces trois médicaments de pointe, visant à bloquer le TNF-α. Il résulte des premières observations que cet anticorps chimérique anti-TNF-α a une haute efficacité et qu’il est capable de stopper la progression des lésions radiologiques. Toutefois, il est indispensable, d’après le programme en vigueur dans notre pays, d’associer les infusions de Remicade à un traitement parallèle de Methotrexate (7,5mg par semaine).

Nous comprenons les difficultés que vous rencontrez dans votre apprentissage et les inquiétudes quant à votre avenir professionnel. Sur le plan médical nous ne pouvons que vous proposer, si cela n’a pas été fait récemment, de réévaluer le potentiel inflammatoire de votre maladie (évaluation chiffrée des articulations enflammées et douloureuses, vitesse de sédimentation, formule sanguine, facteur rhumatoïde, images radiologiques, etc…) puis, sur cette base, de revoir la stratégie thérapeutique avec votre rhumatologue.

Dans cette évaluation, il serait très important de pouvoir préciser quel a été le bénéfice objectif de ce nouveau traitement (comparaison du status de départ avec le status actuel).

Theme: