Question 240

Question: 

Bonjour, j'ai 35 ans et je viens de rencontrer une jeune femme de 34 ans qui est atteinte de polyarthrite depuis l'age de 16 ans. Elle a déjà subit une opération du poignet gauche qui est presque immobilisé et récemment une opération moins lourde sur l'autre poignet. Je l'aime beaucoup mais l'évolution de la maladie m'inquiète et je ne sais pas comment lui en parler, c'est pour cela que je m'adresse à votre organisation. Mes angoisses vous paraîtront peut être crues, mais si vous pouviez essayer de me donner quelques pistes je vous en serais reconnaissant.

Si l'on décide de faire un enfant le risque de transmission est-il élevé ?
Au 21 siècle reste-t-on valide avec cette maladie ou la chaise roulante est la seule issue ?
Les traitements médicamenteux ne guérissent pas mais arrêtent-ils l'évolution ?
Elle ne se plaint jamais, mais est-ce une maladie très douloureuse ?
C'est une très grande sportive elle pratique la natation et la danse à haut niveau comment est-ce possible ?

Je ne le comprends pas, d'après toutes les infos que j'ai pu trouver sur le net j'ai l'impression que les gens qui ont cette maladie ne peuvent plus bouger.

Merci de votre attention.

Un homme inquiet.

Réponse: 

Le risque de transmission de la polyarthrite rhumatoïde à la descendance a été discuté dans les réponses aux questions 36, 53 et 64 sur le même site.

L’évolution de la maladie et les possibilités de guérison ou de rémission sont traitées dans les réponses 8, 30 et 80.

Pour répondre à vos autres questions, il faut répéter qu’il n’y a pas une seule forme de polyarthrite rhumatoïde, mais des présentations diverses. Heureusement certaines formes peuvent se limiter à un petit nombre d’articulations (les deux poignets apparemment dans ce cas). C’est le cas en particulier dans certaines formes à début juvénile.

Cette localisation à deux articulations « non portantes » (c’est-à-dire qui ne sont pas appelées à supporter le poids du corps) expliquerait que la maladie est compatible avec la pratique de la natation et de la danse. D’autre part, l’enraidissement que vous signalez dans un des poignets va de pair avec une diminution de la douleur. L’important serait que cet enraidissement se fasse dans une position fonctionnelle (axe correct entre avant-bras et main + légère flexion dorsale du poignet sur l’avant-bras).

Theme: