Question 29

Question: 

après plusieurs traitements type de la PR,je prends maintenant,depuis 3 mois du Arava.Enfin une réelle amélioration et les crises sont devenues rares.Il me reste toutefois,des douleurs permanentes,et souvent ces douleurs sont encore trés fortes:au point de gesticuler et tourner toute la nuit car chaque position fatigue au bout d'un moment l'articulation sur laquelle j'appuie et toutes les articulations sont touchées:J'ai 40 ans et je suis inquiète à l'idée de devoir prendre ce poison pendant toute ma vie mais il est le seul qui me permet de vivre a peu près normalement.Je connais des personnes qui ont dû arrêter ce même traitement .les risques sont ils aussi importants?

Réponse: 

Le Léflunomide (Arava®), introduit en 1998, représente certainement un enrichissement dans la panoplie des traitements de fond de la polyarthrite rhumatoïde (PR). L'efficacité clinique du Léflunomide a été documentée jusqu'à présent dans 4 études contrôlées. Les résultats thérapeutiques ont été notamment discutés ou congrès EULAR de Nice, mais le recul n'excède guère deux ans. 

Il ressort de ces différents travaux que le Léflunomide est, dès la 4e semaine, plus efficace que le Methotrexate et la Sulfasalazine, sur le plan de l'amélioration des capacités physiques. Le taux de réponse favorable est évalué entre 52 et 74 %. Environ un quart des patients sont qualifiés de non-répondeurs. 

Comme tous les autres traitements de fond de la PR, le Léflunomide comporte un certain nombre d'effets secondaires, dont nous indiquons la fréquence moyenne :

Diarrhées 20%, nausées 10%, éruptions cutanées 10%, alopécie (chute des cheveux) 8%, élévation des enzymes hépatiques 2 à 13 %, augmentation de la tension artérielle 6%. 

On peut espérer que les risques de toxicité à long terme seront plus faibles qu'avec le Méthotrexate, mais le recul est encore trop court pour l'affirmer. Il existe de plus une contre-indication absolue, c'est la grossesse. En cas de grossesse inattendue, on recommande un programme d'élimination rapide du médicament. 

Dans votre cas particulier, avec une PR qui date de 8 ans et qui a résisté aux traitements de fond « classiques », je crois que vous ne devez pas craindre la poursuite de ce traitement. Je précise que ce traitement agit sur le processus immunitaire qui conduit à l'inflammation articulaire. Il n'a pas d'effet direct sur la douleur. Il serait donc judicieux de le combiner avec une médication à visée antalgique. 

En ce qui concerne la surveillance des effets secondaires éventuels, il est conseillé de contrôler à dates espacées la tension artérielle, ainsi que chaque mois au début, les enzymes hépatiques (ALAT et ASAT).