Question 75

Question: 

Je suis atteinte de polyarthrite depuis 22 ans.
Je dois subir des synoviorthèses aux genoux.
Pourriez-vous me témoigner de l'éfficacité de cette intervention.Quel traitement serait le plus approprié et le moins nocif pour l'état géneral?

Réponse: 

La lésion caractéristique de la polyarthrite rhumatoïde, c'est la synovite articulaire, c'est-à-dire l'inflammation et l'épaississement (hyperplasie) de la membrane synoviale qui tapisse chaque cavité articulaire. Dans une grosse articulation comme le genou, cette hyperplasie synoviale peut être très importante ; elle s'accompagne habituellement d'une production exagérée de liquide synovial, nécessitant des ponctions évacuatrices répétées.

Dans une telle situation, qui répondait souvent assez mal aux traitements de fond classiques, il est compréhensible qu'on ait eu recours à l'ablation chirurgicale de ce tissu malade (synovectomie chirurgicale). Mais il a fallu se rendre compte qu'une ablation totale (-ectomie) n'était pas possible, même au niveau du genou, - que la synoviale repoussait rapidement, - et que cette synoviale était à nouveau malade. Le bénéfice de l'opération n'était que transitoire. De plus l'opération nécessitait une hospitalisation suivie d'une longue rééducation, d'où des frais élevés.

Pour traiter des synovites chroniques résistant aux traitements médicamenteux habituels, on a alors fait appel à ce qu'on peut appeler une synovectomie chimique (ou synoviorthèse, ou synoviolyse).

L'injection intra-articulaire de cortisone peut être considérée comme la première tentative dans cette voie, mais son effet n'est que transitoire. Dès 1951 on a commencé à utiliser l'acide osmique, mais on s'est heurté à des réactions locales assez violentes. Dès 1959, la technique s'est améliorée, les réactions locales ont pu être maîtrisées par l'injection conjointe d'anesthésiques locaux et de cortisone. Ce type de traitement s'adresse surtout à de grosses articulations facilement accessibles comme le genou. Il nécessite une immobilisation de l'articulation de l'ordre de 48 heures au moins (ceci pour que le liquide ne reflue pas par le point de ponction de la synoviale).

Il est habituel qu'on observe dans les premiers jours une tuméfaction de l'articulation, avec chaleur locale et poussée douloureuse transitoire. Après un à deux ans, on observe une majorité de résultats satisfaisants (améliorations subjective et objective de 60 %). Ces résultats sont comparables à ceux de la synovectomie chirurgicale, mais ils sont obtenus à moindre frais.

D'autre part, la synoviorthèse à l'acide osmique peut être répétée ultérieurement. En cas d'échec on peut recourir à une radio-synoviorthèse (à l'Yttrium 90 dans le cas du genou) qui est cependant contre-indiquée chez les patients jeunes.

Il est vraisemblable que le recours à ces méthodes thérapeutiques deviendra moins fréquent avec l'introduction depuis 3 ans des nouveaux traitements de fond de la polyarthrite (voir réponses aux questions 11, 15 et 29 pour l'Arava® et 12, 62 et 66 pour les anti-TNF).

Theme: 

Commentaires

Bonsoir,

J'ai lu avec intérêt votre courriel. Je voulais simplement vous apporter mon témoignage personnel.

Il y a une trentaine d'années, on m'a brûlé les poches synoviales des deux genoux avec de l'acide osmique, et depuis tout va bien.

Certes, le cartilage n'a pas repoussé, bien évidemment, mais je n'ai plus besoin d'infiltrations. A l'époque, c'était à l'Hôpital Lariboisière que se pratiquait cette technique.

Cordialement.

Bonjour,

J'ai 62 ans, ancien sportif de compétition entre 16 et 25 ans, je suis atteint depuis l'âge de 56 ans du diabète de type 2, provenant probablement d'un stress professionnel permanent, d'une absence d'activité physique lié à un travail sédentaire, d'un emploi du temps trop chargé, d'où augmentation de poids au niveau pondéral.

Depuis l'âge de 60 ans, en retraite j'ai repris le sport régulièrement pour équilibrer le diabète, j'ai retrouvé un poids normal, ça marchait très bien aucun traitement n'était nécessaire, jusqu'à il y a 6 mois, des douleurs à la marche dans le genou gauche qui s'est mis à gonfler, ensuite plus de douleurs, j'ai même repris une pratique sportive assez intensive, malgré les recommandations du médecin généraliste.

Le genou s'est mis à gonfler à répétition, le médecin traitant a décidé une  IRM qui a décelé une arthrose sévère, le rhumatologue, après une première ponction, a fait analyser le liquide synovial ce qui a déterminé que l'inflammation n'était que d'origine mécanique. 

Bien entendu, ne pouvant plus pratiquer régulièrement le sport, plus les injections de cortisone, le diabète s'est complètement déséquilibré, je suis obligé maintenant de prendre des A.D.oraux, voir Glucophages. 

Les infiltrations et les injections répétées d 'Hexatrione n'améliorent que périodiquement les épanchements de synovie, le genou dégonfle au repos, et regonfle systématiquement dès que je refais du sport comme la marche, le vélo et la danse. 

Le rhumatologue préconise donc une synoviorthèse, que je vais subir demain au CHR La Peyronie de Montpellier, je vous tiendrai informé de la suite, si vous le souhaitez. 

Cordialement.