Skip to Content
Polyarthrite
Comment se manifeste l’arthrite ?
Soins Julien / août 10, 2022
polyarthrite rhumatoïde

Les maladies rhumatismales peuvent prendre de nombreuses formes différentes. Lorsque la plupart des gens entendent le mot « rhumatisme », ils pensent à la polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie se traduit par une inflammation chronique de nombreuses articulations.

Se brosser les dents, utiliser une fourchette ou fermer un chemisier peut devenir difficile pour une personne souffrant de rhumatismes graves. La douleur et la fatigue sont deux autres problèmes fréquents qui peuvent devenir assez gênants au fil du temps. La polyarthrite rhumatoïde s’aggrave généralement de manière progressive sur plusieurs années.

La bonne nouvelle est qu’il existe des médicaments qui peuvent soulager la douleur et peut-être même arrêter la progression de la maladie. Lorsque l’arthrite est reconnue et traitée à un stade précoce, les risques de dommages durables aux articulations sont réduits ou éliminés.

Symptômes


La polyarthrite rhumatoïde peut se manifester de diverses manières et affecter un large éventail d’articulations. Cela dépend du degré des réactions inflammatoires ainsi que du stade de la polyarthrite rhumatoïde.

Le rhumatisme se caractérise par les symptômes suivants :

La polyarthrite rhumatoïde est souvent diagnostiquée à tort comme de l’arthrose. Il existe cependant de nombreuses différences majeures entre l’arthrose et le rhumatisme :

Lorsque le cartilage des articulations se détériore avec l’âge, c’est l’arthrose qui se développe plutôt que l’inflammation.
L’arthrose, contrairement à la polyarthrite rhumatoïde, touche souvent plusieurs articulations.
L’arthrose se distingue par une gêne qui s’aggrave pendant les périodes de repos. Elle est reproductible, bien qu’elle ne dure pas longtemps.
La gêne articulaire arthrosique est souvent plus importante en mouvement qu’au repos.
Les thérapies et les résultats pour les deux troubles sont également sensiblement différents.

Causes


Dans la polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire attaque à tort la couche protectrice des articulations. L’étiologie de cette réponse auto-immune n’est pas claire.

La polyarthrite rhumatoïde est causée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Une infection par certains virus ou bactéries peut potentiellement déclencher des réactions auto-immunes.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire chronique, et le tabagisme augmente le risque de déclenchement et de progression de la maladie. Il n’est pas certain qu’il existe d’autres facteurs de risque pouvant être influencés par le comportement individuel.

Fréquence


En Suisse, la polyarthrite rhumatoïde touche environ 2 % de la population adulte. Lorsqu’un patient développe la maladie, il est généralement âgé de plus de 55 ans. La maladie se manifeste rarement avant la puberté, mais lorsqu’elle se manifeste, elle est souvent précoce.

La polyarthrite rhumatoïde touche les femmes 2 à 3 fois plus souvent que les hommes, et généralement 10 ans plus tôt. En outre, les femmes semblent être plus sujettes à la maladie que les hommes.

Évolution


Au départ, les rhumatismes n’affectent pas les coudes, les chevilles ou les genoux. Au contraire, les effets se font sentir d’abord dans les articulations moyennes, les articulations à la base des doigts et les articulations à la base des orteils. La douleur dans les mêmes articulations des deux côtés du corps est fréquente. L’inflammation peut également se développer autour du torse dans des articulations telles que les épaules et la clavicule.

Lorsqu’une personne est initialement infectée, elle peut présenter des symptômes plus généraux tels que la fatigue, la perte d’appétit et même une faible fièvre.

La polyarthrite rhumatoïde peut se manifester de différentes manières. Les patients d’une étude, par exemple, présentaient encore des symptômes dix ans après le début de la polyarthrite rhumatoïde.

Près de la moitié des participants à l’étude ont indiqué que leur polyarthrite rhumatoïde les gênait peu, tandis que 40 % d’entre eux ont déclaré qu’ils étaient quelque peu limités et 10 % qu’ils étaient sévèrement gênés.
Il peut s’agir de difficultés à sortir du lit, à enfiler des vêtements ou à ouvrir des emballages alimentaires.

Les symptômes peuvent augmenter progressivement avec le temps ou rester stables pendant une longue période. Ils peuvent également se manifester par grappes ou par vagues. Cela signifie que l’inflammation et la douleur vont s’aggraver au début, puis s’atténuer progressivement. Fatigue) est un état de fatigue intense qui peut survenir lors de périodes de stress intense ou pendant les phases terminales d’une maladie chronique.

polyarthrite rhumatoïde

Conséquences


La dégénérescence des articulations est une conséquence importante de la polyarthrite rhumatoïde, en particulier dans ses phases graves. Les mains, en particulier, sont sujettes aux déformations articulaires, à la faiblesse et à l’immobilité. Aujourd’hui, cependant, les répercussions tardives peuvent souvent être évitées grâce à un traitement rapide faisant appel à des médicaments dits modificateurs de la maladie et à des contrôles réguliers.

L’inflammation peut endommager de nombreuses régions du corps, y compris les artères et les veines. C’est pourquoi les personnes souffrant de rhumatismes, par exemple, présentent un risque légèrement plus élevé de maladies cardiovasculaires. D’autres facteurs, comme l’hypertension, le diabète, le tabagisme et un faible taux de cholestérol, ont un impact beaucoup plus important sur l’augmentation de ce risque.

L’inflammation des glandes lacrymales ou salivaires peut entraîner une réduction de la production de larmes ou de la salivation. Les insuffisances pulmonaires, hépatiques et rénales sont très rares, bien qu’elles soient concevables.

Diagnostic


Un médecin posera d’abord des questions sur des symptômes tels que des douleurs articulaires, des raideurs matinales et une fatigue générale afin d’établir un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde. Après l’entretien, de nombreux tests seront effectués.

Au cours d’un examen physique, votre médecin palpera vos articulations afin de déterminer si elles sont enflées ou si vous avez du mal à les bouger. Il est essentiel d’identifier les articulations exactes touchées ainsi que la durée de l’inflammation. L’inflammation des glandes lacrymales et les nodules rhumatoïdes sont deux autres symptômes rhumatismaux que le médecin recherche.
Une analyse de sang peut révéler la présence d’anticorps et de réactions inflammatoires.
Des radiographies et des échographies peuvent révéler des changements dans les articulations.
Le diagnostic précoce de la polyarthrite rhumatoïde peut être difficile car les symptômes sont souvent mineurs et non typiques dans les premières semaines et les premiers mois qui suivent le début de la maladie. Le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde est plus facile à établir chez les personnes qui souffrent de la maladie depuis un certain temps, car les anomalies articulaires sont généralement présentes en plus des symptômes cliniques habituels.

Il convient de contacter un rhumatologue en cas de suspicion de polyarthrite rhumatoïde.

Les choix de traitement peuvent différer en fonction de divers critères, notamment :

L’inflammation et l’intensité des symptômes, le stade de la maladie, le pronostic et le succès du traitement précédent sont tous pris en compte.
Un traitement curatif des rhumatismes n’a pas encore été découvert. En revanche, les médicaments

La fonction articulaire peut être améliorée ou préservée le plus longtemps possible, l’inflammation, la douleur et l’œdème peuvent être diminués et la progression de la maladie peut être retardée.
Le sport et la thérapie physique peuvent être bénéfiques en termes de mobilité, de force et de fonction articulaire. La natation, la gymnastique aquatique, le vélo, la marche, la danse et la musculation légère en sont d’excellents exemples.

L’ergothérapie vise à préserver la mobilité des mains et la puissance musculaire des patients tout en leur apprenant à gérer les conséquences de la maladie dans leur vie quotidienne.

Des traitements psychologiques sont parfois appliqués, ce qui peut aider le patient à gérer la douleur persistante et les limites fonctionnelles dans la vie quotidienne. Ces thérapies traitent également l’anxiété et le désespoir dont souffrent certains patients en raison de leur maladie.

Lorsque l’arthrite atteint un niveau plus grave, des dispositifs d’assistance peuvent être utilisés pour compenser les limitations des mouvements et d’autres aspects de la vie. Les implants orthopédiques, les aides à la préhension et les couverts spécialisés n’en sont que quelques exemples.

Pour en savoir plus
Protection pharmacologique contre les lésions articulaires
Anti-douleurs de la polyarthrite rhumatoïde
Aides de la PR
L’exercice et le sport peuvent aider les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.
Faire l’expérience de la vie tout en souffrant de fatigue
Est-il possible de traiter les rhumatismes par des approches psychologiques et l’éducation des patients ?
Réhabilitation
Il faut du temps pour se remettre d’une polyarthrite rhumatoïde ingérable. Son objectif est d’aider les personnes atteintes à vivre plus confortablement avec la maladie, à réintégrer la vie publique et à maintenir ou rétablir leur capacité fonctionnelle au travail. Les retraités, quant à eux, peuvent choisir de s’engager dans la réadaptation. L’objectif est de vivre de manière aussi indépendante que possible tout en évitant la dépendance.

Tout au long du processus de réadaptation, des experts médicaux (rhumatologues), des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des travailleurs sociaux et des psychologues participent au processus. Un séjour de traitement typique dure trois semaines. Lorsqu’un patient bénéficie d’une rééducation en milieu hospitalier, il reste dans l’établissement. La thérapie ambulatoire consiste à vivre chez soi tout en assistant aux séances de la clinique tout au long de la journée.

En fonction du résultat escompté, l’assurance pension légale, l’assurance maladie ou l’assurance accident prend en charge les thérapies de réadaptation. Dans tous les cas, il faut à la fois une ordonnance du médecin pour la réadaptation et l’approbation de la demande de réadaptation par l’organisme de financement.

Changement et continuité dans la vie et les habitudes
La douleur, la fatigue, les effets secondaires des médicaments et les limitations physiques ne sont que quelques-uns des troubles liés aux rhumatismes qui peuvent avoir une influence considérable sur la vie quotidienne. Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde peuvent avoir besoin de plus de temps pour accomplir les tâches quotidiennes et doivent se reposer plus souvent et plus longtemps que la population générale. Les visites régulières chez le médecin, l’observance du traitement médicamenteux et la recherche d’un équipement médical adapté sont autant d’activités qui prennent du temps. La fatigue peut rendre difficile la concentration et l’activité physique, et augmenter le désir de dormir de la personne atteinte. La colère, la peur et le désespoir sont des réactions courantes à la perte de capacité physique liée à la maladie. Il n’est pas toujours simple de le communiquer aux autres.

Malgré les défis posés par leur maladie, de nombreuses personnes sont capables de créer des mécanismes d’adaptation qui leur permettent de vivre une vie épanouie malgré leurs symptômes.

POLYARTHRITE © 2022