Skip to Content
Polyarthrite
Conférence M Vasey
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Agenda
| Nouvelles | Conférences | Archives

 

 

 L’équilibre
acido-basique et Polyarthrite

 Résumé conférence de
Monsieur
Christopher Vasey, naturopathe, du 15 mai 2002

 


Mot exact


Résultats par page

 

La santé est un équilibre
instable qui sans cesse doit être reconquis : un équilibre entre les
apports alimentaires et les dépenses énergétiques, entre la production et
l’élimination des toxines, entre l’inspiration et l’expiration, entre
l’activité et le repos, etc.

Notre santé est aussi
dépendante d’un autre équilibre, moins connu : l’équilibre acido-basique,
c’est-à-dire l’équilibre entre les substances acides et basiques (alcalines)
présentes dans notre organisme.

La santé, c’est l’équilibre

Notre corps fonctionne le
mieux lorsque le milieu intérieur – le sang et la lymphe – possèdent un pH de
7,4. Le pH est le système de mesure utilisé pour définir le plus ou moins grand
degré d’acidité d’une substance, d’une solution ou d’un corps. L’échelle de
mesure va de 0 à 14. Zéro étant l’acidité absolue, 14 l’alcalinité absolue. Le
pH du sang humain
  de 7,4 se situe donc
au milieu de l’échelle. C’est un pH très légèrement alcalin, mais défini comme
neutre. C’est le pH idéal pour le fonctionnement du corps et celui qui
caractérise l’état de santé. Le corps ne peut d’ailleurs pas s’en éloigner
beaucoup sans tomber malade.

De nos jours, à cause de
notre mode de vie et d’alimentation, le déséquilibre acido-basique se fait
principalement vers l’acidification. De très nombreuses personnes souffrent de
troubles dus à l’acidose, mais dans l’ignorance des causes véritables de leurs
maux, ne peuvent entreprendre un traitement adéquat.

Les méfaits de l’acidose

  1. Le ralentissement enzymatique
    Tous les phénomènes vitaux intra- et extracellulaires ne peuvent se
    produire que dans un milieu au pH défini. En d’autres termes, l’ensemble des
    enzymes, vitamines, oligo-éléments, etc. – qui sont responsables des
    innombrables réactions biochimiques qui ont lieu dans notre organisme – ne
    peuvent faire leur travail que dans un milieu au pH spécifique. Dans le cas
    contraire, lorsque le terrain tend vers l’acidose,
      ils ne peuvent par conséquent pas agir aussi bien : les
    fonctions vitales (nutrition des tissus, défenses organique,…) se ralentissent,
    ce qui engendre de multiples troubles de santé
  2. La déminéralisation
    Pour maintenir son pH, l’organisme dispose d’un
    système de défense qui est constitué par des réserves de bases minérales qu’il
    utilise pour neutraliser les acides, car

                        UN ACIDE 
+  UNE  BASE  =  UN SEL NEUTRE

Cette capacité que possède l’organisme de puiser dans les réserves des
bases (calcium, potassium, magnésium, etc.) pour neutraliser les acides
s’appelle le
« pouvoir tampon ».

L’organisme qui tend donc vers l’acidification réagit et se
défend
à l’aide de son pouvoir tampon en utilisant les réserves minérales
basiques pour neutraliser les acides excédentaires. Si ce système de défense
est constamment mis à contribution, cela entraîne
un pillage des minéraux
basiques
et ,par là, la déminéralisation de divers tissus.

  1. L’agression des tissus
    A cause de leur caractère agressif et corrosif, les acides en excès , comme
    c’est le cas lors d’acidose, blessent les tissus. Il en résulte un état
    inflammatoire et des lésions.

Les causes de l’acidification

Les trois causes
principales de l’acidification sont :

  1. L’alimentation
    De manière générale, les aliments acidifiants sont les viandes, les
    poissons, les céréales, les fromages et les aliments et boissons à base de
    sucre raffiné. Comme on peut le constater, ces aliments sont ceux qui
    constituent la nourriture principale de l’alimentation moderne. A l’exception
    du sucre raffiné, on ne devrait d’ailleurs pas les supprimer complètement –
    mais les régler quantitativement — car ils forment nos aliments de base, nos
    sources principales de protéines et de carburant (hydrate de carbone).
    Les aliments alcalinisants sont les légumes, les pommes de terre, les
    amandes, les bananes, les fruits mûrs ou secs. Comme on peut le constater à
    nouveau, ces aliments sont justement ceux que l’on consomme le moins, que l’on
    a d’ailleurs longtemps considérés comme aliments secondaires, leur préférant
    les aliments caloriques, mais … acidifiants. La viande, les farineux et le
    dessert sucré composent la partie principale des repas traditionnels, la salade
    et les légumes ne faisant souvent office que d’à côté, voire de décoration.
  1. Eliminations insuffisantes par les reins et
    la peau
    Les acides sont éliminés dans l’urine et la sueur.
    Lorsque les reins sont « paresseux » et que la peau transpire peu ou
    pas, les acides s’accumulent dans le corps et acidifient le terrain.
  1. Le stress
    Le toxines de la fatigue sont des toxines acides.
    Plus quelqu’un stress inutilement, plus son terrain
    s’acidifie.

Acidose et polyarthrite

L’acidose n’est pas à
l’origine de la polyarthrite, mais elle est un facteur aggravant :

  1. L’agression  et l’inflammation des articulations (os,
    cartilage, tendons, muscles) sont augmentées lors d’acidose.
  2. La déminéralisation
    et la fragilisation des articulations s’accroissent à cause du prélèvement des
    minéraux basiques en vue de neutraliser les acides.
  3. Les défenses
    organiques nécessaires pour protéger et lutter efficacement contre les
    atteintes articulaires sont diminuées à cause du
      ralentissement enzymatique.
  4. Les douleurs dues
    aux atteintes articulaires sont d’autant plus élevées que le terrain est
    acides. Le corps est en effet beaucoup plus sensible à la douleur lorsque le
    terrain est acide que s’il ne l’est pas.

Comment lutter contre l’acidose ?

Le pilier de la
thérapeutique désacidifiante consiste à modifier son alimentation de telle
manière à ce que les aliments alcalinisants représentent une quantité
équivalente ou supérieure à celles des aliments acidifiants. Les légumes seront
donc introduits en quantités beaucoup plus grandes, sous forme de salades
vertes, crudités, légumes cuits, gratins, soupe de légumes, jus de légumes,
etc.

Cette simple modification
de l’alimentation suffit à améliorer déjà bien des problèmes de santé des
personnes acidifiées, car ainsi les acides alimentaires sont neutralisés par
les bases des aliments plutôt que par celles des tissus.
  Parallèlement à cette mesure, les aliments
acidifiants devront plus ou moins être diminués suivant la sévérité des
troubles. La viande et le poisson ne sont consommés plus qu’une fois par jour
au lieu de deux, ou même seulement tous les deux ou trois jours. Les céréales
sont remplacées deux fois sur trois par des pommes de terre et des légumes. Le
sucre raffiné est supprimé et remplacé par du sucre complet ; les
sucreries, par des fruits secs ; les limonades industrielles excessivement
acidifiantes sont remplacées par de l’eau, des jus de légumes, des tisanes, etc.

On procédera également au
drainages des toxines acides en stimulant l’élimination de celles-ci
  par 
les reins à l’aide de plantes médicinales (piloselle, dent-de-lion,…) et
par la peau par des séances de sudation
 
(enveloppements, bains chauds, saunas,…),…

La prise de compléments
alimentaires riches en bases minérales (calcium, magnésium, potassium, etc.)
fait également partie du traitement. Ces mélanges sont des préparations de
citrates-alcalins en vente dans le magasins de régime.

Pour en savoir plus, lire:

Christopher Vasey L’équilibre
acido-basique
,
éditions Jouvence

Christopher Vasey Gérez
votre équilibre acido-basique
,
éditions Jouvence

Egalement : www.christophervasey.ch

 

 

 | Accueil
| Début page |

 

POLYARTHRITE © 2022