Skip to Content
Polyarthrite
Question 103
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 103

mark2_2.gif

J’ai travaillé pendant plus de 30 ans sur des machines à écrire et des
ordinateurs. En Janvier 2001,j’ai commencé à souffrir de raideurs aux doigts, la
nuit, qui passaient dès que je travaillais. Depuis déjà trois ans, la phalange
de tous les doigts la plus proche de la main (celle où l’on met des bagues)
avait insidieusement grossi.
J’ai consulté une rhumatologue en Mai 2001, ces
raideurs ne passant pas durant les vacances et un travail intensif à l’époque me
provoquant une fatigue générale. La rhumatologue m’a fait une infiltration de
cortisone à la main droite, des radios des mains, du dos et du bassin. Le dos
présentait des signes d’arthrose débutante et des discopathies étagées. Les
analyses des FAN, test au latex et waaler-Rose ainsi qu’HLA B27 se sont avérés
négatifs.
Avec des séances de kinésithérapie jusqu’en Juin, les douleurs
des doigts ont guéri et j’étais en pleine forme fin Juin.
Fin Juillet
2001, en rentrant de vacances, j’ai commencé à souffrir d’une douleur sous le
talon gauche qui s’est avérée être une épine calcanéenne. Fin Août, la
rhumatologue m’a fait un infiltration de cortisone qui a entrainé une
disparition de la douleur.
Fin Septembre, j’ai dû aider des collègues et
entrer par ordinateur, chaque jour, des centaines de données très rapidement. La
première nuit, j’ai ressenti de nouveau une raideur des doigts qui s’est
accentuée la deuxième nuit, aggravé le troisième jour avec enflure au bas du
pouce, et au bras. La rhumatologue a diagnostiqué un tendinite de DE QUERVAIN et
j’ai dû arrêter mon activité professionnelle. J’ai pris de l’aspirine et j’avais
de la rééducation chez le kiné.
ensuite, j’ai dû porter une attelle, la
tendinite ne guérissant pas, mes doigts, y compris la main gauche, étant raide
en fin de nuit, toutes les nuits, et étant seulement soulagés par l’eau
chaude.
En Novembre, j’ai ressenti une nuit, en fin de nuit, une raideur
au bas du dos et des impressions bizarres comme des serrements aux poignets et
aux chevilles. Ceci s’est répété les nuits suivantes, avec une raideur matinale
au lever, des douleurs au bas du dos, au milieu des fesses, une fatigue qui
passait l’après-midi et le soir. Seule la vitesse de sédimentation était
légèrement augmentée, pas la CRP. Une scintigraphie du corps osseux en Décembre
a fixé aux os iliaques (un peu), davantage aux épaules, aux coudes, aux
chevilles et au pied gauche (pas aux mains). La rhumatologue a pensé à une
spondylarthrite débutante et m’a prescrit des anti-inflammatoires. J’en ai pris
de trois sortes différentes ayant beaucoup d’allergies aux médicaments (le
premier, le CEBUTID était très efficace mais me provoquait des vertiges, j’ai
essayé ensuite le NIFLURIL + efferalgan, et le NABUCOX qui m’a provoqué une
éruption de papules très rouges au bout de quatre jours). Entre-temps, j’ai eu
u!
ne rhino-pharyngite très importante en durée et en intensité débutant par
une conjonctivite qui a duré plus de 15 jours à l’oeil gauche, gorge, oreilles,
nez, température,toux, sueurs froides, pendant plus de trois semaines.
A la
suite, j’ai eu quelques jours sans douleurs et avec une forme exceptionnelle,
puis subitement toutes les douleurs des os iliaques, des fesses, des mains mais
également des épaules, des bras, des coudes, du sternum gauche, et de la
machoire : des douleurs insupportables, entrainant une impotence quasi-totale,
une fatigue du corps et même du cerveau (troubles de mémoire) d’autant plus
difficiles à supporter que je ne pouvais prendre que de l’Efferalgan, les
anti-inflammatoires m’étant temporairement interdits par la
dermatologue.
Entre-temps, quand je pouvais sortir, le kiné me faisait
des bains de paraffine aux mains. Inisidieusement, en Janvier, la deuxième
phalange de tous les doigts des deux mains (la partie charnue, pas
l’articulation) s’était boudinée également puis en Février, à l’intérieur de la
paume des mains, au bas de chaque doigt, les tissus ont gonflé légèrement et ont
rougi puis le côté des paumes des mains, de la base du petit doigt jusqu’au
début du poignet, un gonflement leger et rouge s’estproduit. l’intérieur des
doigts est rouge également, seul le centre des mains reste plus blanc ainsi que
le dos des mains.
Les analyses montraient une VS à 22, pas de CRP, les tests
et facteurs rhumatoides négatifs, pas d’amaigrissement ni d’anémie.
Fin
Février, en pleine crise de douleurs, la rhumatologue m’a effectué des
électromyogrammes et a éliminé le syndrome du canal carpien. Elle m’a donné une
ordonnance d’Aspégic 2G et d’efferalgan 1g en me disant de revenir dans trois
mois. Lorsque je lui ai expliqué que j’avais des douleurs à d’autres
articulations et que mes mains étaient devenues plus boudinées, et rouges à
l’intérieur,elle a évoqué de l’arthrose.
Ma généraliste, fin Février,
pour soulager ces douleurs intenses, m’a prescrit du Cortancyl qui a été très
efficace pour les douleurs des bras, coudes et mains; Ce médicament a été réduit
progressivement et actuellement, je prends 7mg le matin et éventuellement de
l’Efferalgan. A cette dose, je peux ressentir certains matins des raideurs des
doigts, et du bas du dos. L’eau chaude me soulage. Le coude et l’épaule gauche
me font toujours souffrir et j’ai des points douloureux au toucher sur les bras,
le sternum gauche, les tibias. Mon état général s’est considérablement amélioré.

D’un commun accord, nous avons décidé de prendre un deuxième avis et j’ai
donc rencontré la semaine dernière, à son cabinet en région parisienne, un
rhumatologue qui fait partie de l’équipe de l’hôpital COCHIN (pour des raisons
pratiques, puisqu’il s’agit du rhumatologue de ma soeur cadette qui le consulte
depuis plusieurs années pour d’autres problèmes que les miens).
Son
diagnostic est que j’aurais plutôt de la polyarthrite et non de la
spondylarthrite ? je dois effectuer de nouvelles radios des mains, des
chevilles, des pieds, des épaules, une analyse pour la ferritine.En attendant,
je dois continuerle Cortancyl et y associer éventuellement un autre
anti-inflammatoire et le revoir dans deux mois ou contacter par son
intermédiaire un rhumatologue du CHRU de Limoges.
Ma généraliste avait
fait effectuer une analyse génétique qui a éliminé le HLA DR4, le HLA DR1, le
HLA DR10 et DR11. Malheureusement, les résultats ne sont pas arrivés à temps
pour que je puisse l’indiquer au rhumatologue de Cochin.
Les radios (les
anciennes ont un an) des mains peuvent -elles permettre de différencier une
polyarthrite d’une arthrose érosive ou d’une algodystrophie ? Peut-il s’agir
également de vascularite ou de connectivite ?
Je ne souhaite pas prendre
de traitement de fonds si je n’ai pas la certitude d’avoir vraiement une
polyarthrite ?
D’autres examens ou analyses sont-ils nécessaires ?
D’autre
part, mon état ne va t’il pas s’aggraver si on attend l’évolution des signes
articulaires ?
Merci de bien vouloir me répondre le plus rapidement
possible car l’annonce de polyarthrite par rapport à la spondylarthrite qui
m’avait été préalablement diagnostiquée m’a énormément déprimée.  

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vous nous présentez en détail une
histoire rhumatologique très complexe, qui s’étale maintenant sur plus d’une
année. Nous ne prétendrons pas pouvoir la résoudre en nous basant seulement sur
les éléments que vous nous apportez. Mais nous comprenons votre embarras et
celui de vos médecins devant cette présentation atypique : différents
signes ou symptômes ont fait évoquer successivement plusieurs diagnostics pour
lesquels ces signes ou symptômes paraissaient caractéristiques.

1. La talalgie inférieure
(épine calcanéenne) ainsi que les douleurs du sternum, du bas du dos et des
fesses (pygialgies) ont pu faire évoquer le diagnostic de
spondarthrite
(spondylarthrite ankylosante, maladie de Bechterew). Rétrospectivement, ce
diagnostic nous paraît peu vraisemblable pour les raisons suivantes :

votre sexe (la maladie est
7 à 10 fois plus fréquente chez l’homme)

votre âge (début en
général plus précoce)

pas de raideur décrite de la
colonne dorso-lombaire

participation importante des mains

pas d’image radiologique décrite
de
sacro-iliite

fixation « douteuse »
des sacro-iliaques à la scintigraphie osseuse (il faut savoir que ces
articulations fixent toujours plus que les articulations voisines ; cette
fixation doit être chiffrée par rapport à celle de la dernière vertèbre
lombaire).

2. Les diagnostics de tendinite
de de Quervain
et de syndrome du canal carpien sont des diagnostics
« locaux » qui n’expliquent de loin pas l’ensemble de la
symptomatologie. La souffrance des tendons du court extenseur et du long abducteur
du pouce (tendinite de de Quervain) est certainement d’origine mécanique ou
professionnelle. Cette tendinite se traduit par une légère tuméfaction allongée
en regard de l’extrémité distale du radius. Cette pathologie purement locale
peut, si elle dure, être calmée rapidement par une infiltration de
cortico-stéroïde ou, si nécessaire par la section chirurgicale de la coulisse
où s’étranglent ces deux tendons. Quant au
syndrome du canal carpien, il
se manifeste au premier chef par des fourmillements des trois premiers doigts
(et de la moitié du quatrième), avec un maximum nocturne-matinal. On peut
constater une voussure de la face palmaire du poignet et les symptômes peuvent
être reproduits par la percussion du nerf médian à ce niveau. J’ajoute que la
négativité de l’électro-myogramme (EMG) n’exclut pas ce diagnostic.

3. La conjonctivite de cet
hiver aurait pu faire évoquer un
syndrome de Fissinger-Leroy-Reiter
(conjonctivites répétées, iritis, uréthrite et arthralgies, arthrites). Mais
apparemment, vous n’avez fait qu’un épisode de conjonctivite et vous ne nous
parlez pas de manifestations urinaires. En cas de récidive de conjonctivite, un
examen oculaire à la lampe à fente serait judicieux.

4. En reprenant l’ensemble des
manifestations annoncées, nous pensons qu’il faut effectivement s’orienter
plutôt vers le diagnostic de
polyarthrite rhumatoïde (PR) pour les
raisons suivantes :

votre sexe (la maladie est 3-4
fois plus fréquente chez la femme)

Le début à 54 ans,
vraisemblablement dans la phase immédiatement post-ménopausique

La raideur nocturne-matinale,
très bien décrite

La tuméfaction objective des
articulations basales des doigts, modérément inflammatoire

Les arthralgies diffuses
(peut-être avec des hyperfixations scintigraphiques à la périphérie)

La VS modérément élevée.

Nous rappelons que l’absence de
positivité des facteurs rhumatoïdes, au début de la maladie, ne peut pas être
un critère d’exclusion du diagnostic. De même, le
typage HLA, qui
est significatif pour la spondylarthrite,
ne peut pas être utile au
diagnostic
de PR, dans un cas particulier. Il n’a qu’une valeur
statistique.

Plus précisément, nous vous
répondons ainsi :

Les radiographies des mains, et
surtout la comparaison avec celles de l’année passée, devraient permettre de
différencier une PR d’une arthrose érosive. L’algo-dystrophie est une
manifestation localisée, le plus souvent unilatérale et post-traumatique :
elle a à la radiographie et surtout à la scintigraphie un aspect très
caractéristique.

Vous évoquez également le
diagnostic de vascularite, où l’on rencontre de façon caractéristique le
phénomène de « doigt blanc ». Quant au terme de connectivite, il
recouvre toute une série de maladies caractérisées par une inflammation du
tissu conjonctif, dont la PR. Dans le doute, il faudrait vérifier que les
anticorps anti-nucléaires aient été recherchés.

La séquence des radiographies, la séquence des
examens de laboratoire effectués et la confrontation avec l’état clinique
devraient vous amener à un diagnostic de certitude, donc à un traitement
spécifique.

 Votre
témoignage

En réponse à cette demande, pendant de nombreuses
années j’ai été soignée pour différentes douleurs aux mains, au dos, au cou,
infiltrations etc….

depuis l’opération du canal carpien, les douleurs
ont disparu. Toutes les personnes opérées du canal c arpien sont enchantées. Il
faut attendre 6 mois après l’opération pour voir un réel
soulagement.

 

Mêmes symptômes aujourd’ui diagnostic de vascularite
lymphocitaire consécutive à une myopathie dysimmunitaire . traitement anti
douleur neurotin + cortansil

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022