Skip to Content
Polyarthrite
Question 116
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Arthrite chronique
juvénile

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 116

mark2_2.gif

j’ai deux questions différentes :
Premièrement,
peut-on vivre normalement
avec une PR sans traitement de fond ? car pour mon cas je suis restée 1 an au
maximum sans traitement de fond…donc apparemment il est difficile de s’en passer ?

Et deuxièmement, c’est une question un peu délicate, mais je me l’a suis
souvent demandée : Mon père est décédé en 1978 (j’avais alors 1 an) d’un cancer
et ma PR s’est déclenchée en 1979…peut-il y avoir une relation, par exemple une
réaction inconsciente de protestation de son décès? merci pour votre réponse

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

1. Votre première question ne
permet pas une réponse tranchée car dans la polyarthrite en général, et dans la
polyarthrite à début infantile, il y a tous les degrés de gravité et des formes
évolutives très différentes.

Lorsqu’un traitement de fond
s’est montré très efficace, on peut observer de longues rémissions sans qu’un
nouveau traitement de fond soit nécessaire. En revanche, si un premier
traitement de fond n’a eu qu’un effet partiel, il est habituel que l’arrêt de
ce traitement soit suivi d’une reprise de l’inflammation nécessitant alors un
nouveau traitement de fond.

2. Dans les événements de vie
précédant le déclenchement d’une
polyarthrite de l’adulte, on
relate fréquemment des chocs psychologiques, en particulier le
décès d’un
conjoint ou une
séparation de couple.

Il en est tout autrement dans la polyarthrite à
début infantile, surtout lorsqu’elle commence à l’âge de deux ans, comme dans
votre cas. Dans la littérature que nous avons consultée, nous n’avons pas
trouvé d’arguments susceptibles de confirmer la responsabilité d’un deuil dans
un tel cas. Les différents travaux insistent sur les répercussions
psychologiques possibles de la maladie et non pas sur la responsabilité d’un
choc psychologique sur le déclenchement si précoce de la maladie.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022