Skip to Content
Polyarthrite
Question 124
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 124

mark2_2.gif

Avez-vous connaissance de cas de patientes ayant simultanément le diagnostic de
la polyarthrite rhumatoïde (04/2001) et celui du cancer du sein (06/2001) ? le
protocole de soin du cancer du sein (chimiothérapie fin 12/2001 et radiothérapie
fin février 2002) est maintenant terminé,et pendant cette période aucun symptôme
de la P.R. ? comment l’expliquer ? aujourd’hui les manifestations inflammatoires
sont revenues et j’ai débuté un traitement de NOVATREX le 11/04/2002 que j’ai
été obligée d’arrêter le 14/06/02, la prise de sang révélant des transaminases
trop élevées, dans ce cas que me reste t-il ? Je crois aux vertus du bio et
depuis l’an dernier je prends de l’ALKYROL et du DESMODIUM  + du SILICARTIL,
qu’en pensez-vous ?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Votre message contient plusieurs
questions intéressantes.

  1. La
    présence de deux affections aussi différentes que la polyarthrite rhumatoïde et
    le cancer du sein (diagnostiqués à deux mois d’intervalle) doit être considérée
    comme une
    coïncidence. Toutefois, il est intéressant de signaler que,
    entre 1963 et 1977, plusieurs auteurs américains ont rapporté des cas isolés
    dans lesquels un tableau évoquant une polyarthrite (avec des manifestations
    plus ou moins typiques) était apparu quelques mois avant la découverte d’une
    tumeur maligne. Il s’agissait de patients dans la cinquantaine, ou plus âgés.
    Parmi les différents cancers signalés, il n’y a pas de cancer du sein.
    L’ablation de la tumeur, lorsqu’elle a été possible, a entraîné une rémission
    des manifestations articulaires dans la moitié des cas. La validité de ces
    observations n’a pas été établie de façon définitive.
  2. Dans
    votre cas particulier, vous nous signalez une rémission pendant la période de
    chimiothérapie et de radiothérapie. On peut raisonnablement se demander si ce
    n’est pas la chimiothérapie qui est responsable de cette rémission : ces
    protocoles comprennent souvent des médicaments immunosuppresseurs, qui sont
    donc efficaces comme traitement de fond dans la polyarthrite. En revanche, la
    radiothérapie localisée que vous avez reçue ne peut pas avoir eu d’efficacité
    sur l’arthrite (autrefois, on utilisait des irradiations lymphatiques étendues
    comme traitement de la PR).
  3. Pour
    ce qui est de l’élévation des
    transaminases pendant le traitement de
    Novatrex® (Methotrexate),
    nous vous renvoyons à la réponse à la question 107 sur le même site : ce
    n’est que si l’élévation des transaminases atteint 2 à 3 fois la normale, et de
    façon persistante, qu’on arrête le traitement.
  4. Parmi
    les traitements de base de la polyarthrite rhumatoïde, le Methotrexate est
    actuellement considéré comme le plus efficace et le plus maniable. C’est pour
    cela qu’il est choisi comme traitement de première ligne. La Salazopirine et la
    D-pénicillamine sont habituellement moins efficaces et réservés à des
    polyarthrites peu agressives.

Si votre maladie a un
potentiel inflammatoire important
, il pourrait être judicieux d’envisager
un traitement de fond par le Léflunomide, ou Arava® (voir réponse à la question 11)
ou l’Etanercept (Enbrel®,
voir réponse à la question 12).

Il appartiendra à votre rhumatologue de
définir le plan thérapeutique
sur la base du potentiel inflammatoire
actuel
de votre maladie articulaire, et en tenant compte bien entendu de la
situation oncologique (qui pourrait être une contre-indication à
l’utilisation des anti-TNF, donc de l’Enbrel).

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022