Skip to Content
Polyarthrite
Question 158
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Autres Traitements

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 158

mark2_2.gif

peut-on soigner un rhumatisme polyarthrite avec des plantes?
phytothérapie
homéophathie?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Les rhumatologues
« classiques » n’ignorent pas qu’un certain nombre de patients
atteints de polyarthrite rhumatoïde font appel à des méthodes « non
conventionnelles » (ou méthodes « douces »,
« alternatives », « parallèles »,
« naturelles »). Une telle démarche s’explique par la sévérité de la
maladie et aussi par l’impuissance relative de la médecine scientifique
« classique ». Elle peut aussi s’inscrire dans une remise en question
de tous les pouvoirs, dans une quête de l’irrationnel et surtout dans la
crainte des effets pervers des thérapeutiques chimiques.

Pour avoir une idée plus précise
sur cette question, nous avions demandé à un investigateur indépendant de
conduire une étude sur 103 polyarthrites de notre propre consultation, étude
respectant bien entendu l’anonymat de chaque patient.

Il résultait de cette étude que
61 % de ces patients avaient une fois ou l’autre fait appel à une ou plusieurs
méthodes « non conventionnelles » en alternance ou parallèlement à
des méthodes classiques de traitement. Les femmes ont plus facilement recours
aux « médecines douces » que les hommes (52,4 % contre 8,7 %). La
durée et la sévérité de la maladie augmentent le taux de recours à ces
méthodes. Une des surprises de cette étude était la suivante : un seul
patient avait eu recours à des plantes et un seul à la phytothérapie
(médicaments conçus à base de plantes). 33 patients avaient recours à
l’homéopathie.

Ceci étant dit, il faudrait
préciser que les médicaments à base de plantes ne sont pas dépourvus d’effets
secondaires (« c’est la dose qui fait le poison » disait déjà
Paracelse).

Les médicaments d’origine
purement végétales produisent aussi des interactions
avec les médicaments
de synthèse (c’est le cas par exemple du millepertuis et de l’échinacée,
parfois conseillés dans cette situation). Le patient devrait donc
impérativement prévenir son médecin traitant s’il prend à la fois des
médicaments à base de plante et des traitements classiques.

Enfin et surtout, nous devons
rappeler les mises en garde de Swissmedic : les médicaments
d’origine
chinoise ou tibétaine
apparus sur le marché et réputés à base de plantes
(et d’autres choses) contiennent des dérivés
d’anti-inflammatoires et de
cortisone.

Les résultats de la
phytothérapie seule sont bien difficiles à apprécier car ces traitements sont
souvent pris en alternance ou parallèlement à des traitements classiques.

Si le recours à cette méthode
pouvait être justifié à l’époque où on ne disposait pas de traitement de fond
valable (les sels d’or n’ont été utilisés que depuis 1929, le Methotrexate
depuis 1951), nous estimons pour notre part
qu’une maladie aussi sévère et
destructrice que la polyarthrite rhumatoïde justifie la mise en route de
traitements classiques dont l’activité a été scientifiquement démontrée.

Il n’y a actuellement pas de preuve scientifique de
l’efficacité des médicaments à base de plantes sur l’inflammation rhumatoïde et
sur la prévention des destructions articulaires.

 Votre
témoignage

Bonjour

J’ai 65 ans, polyarthritique depuis 10 ans, maladie
détectée dès le début ( quelle chance) peu évolutive, je me soigne uniquement
par homéopathie, et oligo-éléments, bien sûr avec en cas de crises,
anti-inflammatoires peu sévères.Je pense qu’une polyarthrite importante ne
pourrait  être soignée avec ce genre de traitement, mais qu’il pourrait y être
adjoint , avec médecin homéopathe compréhensif.

Amitiés.

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022