Skip to Content
Polyarthrite
Question 180
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 180

mark2_2.gif

Début décembre, est apparue une boule à l’articulation du majeur de la main
droite, puis le doigt a rougi et gonflé, me démangeant parfois. J’ai d’abord
pensé à une piqûre d’insecte.
J’ai consulté mon médecin traitant lorsque
l’auriculaire a lui aussi gonflé à l’articulation.
Puis, ce fut l’annulaire,
l’index et le pouce. Seule la main droite est touchée : ce qui est génant car je
suis droitière. La seule fois où la douleur a été présente et que ce fut un
handicap est le moment où l’inflammation, entre deux traitements, a entraîné une
tendinite au bras.
Je suis suivie par un rhumatologue qui a diagnostiqué une
PR. Pour lui, la cause est une base génétique car il y a du psoriasis dans la
famille (ma mère, ma soeur). Les analyses de sang sont négatives.
Je suis
encore à l’heure actuelle en période de crise ; la main est toujours inflammée.
Les articulations proches de l’ongle fonctionnent difficilement.
J’ai
l’impression d’être un « cobaye » qui teste tous les anti-inflammatoires
existants. J’en suis au cinquième (voltarène) avec des pansements gastriques !
Cela fait trois mois que j’arrête le traitement au bout d’une semaine car
l’anti-inflammatoire ne convient pas.
Je précise que j’ai 33 ans et que je
n’ai pas connu de grands chocs et que je n’ai pas accouché.
Ce qui me gêne,
c’est que l’on traite le symptôme mais en aucun cas la cause.
Est-ce que
cette façon de soigner est normale ? Et si aucun anti-inflammatoire n’agissait
?
Est-ce que ce n’est pas dangereux pour la suite de garder cette
inflammation ?
Merci de me répondre. J’ai essayé de vous donner le plus
d’informations possibles.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

La description que vous nous
donnez de vos manifestations articulaires est très précise : atteintes
franchement inflammatoires des articulations digitales, s’installant de façon
successive et asymétrique (une seule main est touchée, la main dominante). De
plus, vous nous décrivez une atteinte des articulations inter phalangiennes
distales
(« proches de l’ongle »), qui sont respectées au début dans la
polyarthrite rhumatoïde (PR).

Cette description est pour nous typique
de l’arthrite psoriasique
(ou rhumatisme psoriasique). Le diagnostic est
facile si le psoriasis cutané précède les manifestations articulaires. Mais il
faut savoir que certains patients peuvent présenter des manifestations cutanées
beaucoup plus tard. D’autres ne développeront jamais de psoriasis cutané malgré
une atteinte articulaire typique (« arthrite psoriasique sans
psoriasis »). La plupart du temps, on peut retrouver par l’anamnèse un
psoriasis chez les parents du premier degré, ce qui est le cas dans votre
famille.

Le diagnostic pourrait être
précisé par des radiographies spéciales de vos extrémités digitales (ostéolyse
de la houppe de la phalange terminale, ossifications périartées) ou également
par une recherche des antigènes d’histocompatibilité.

En ce qui concerne le traitement,
il est tout à fait correct de commencer par des anti-inflammatoires non
stéroïdiens (la cortisone n’est en règle générale pas indiquée).

Si les anti-inflammatoires n’ont
pas d’efficacité suffisante, on peut avoir recours à un traitement de fond sous
la forme de la sulfasalazine ou éventuellement du méthotrexate.

Les réponses aux questions 109, 119 et 142 vous
donneront des renseignements complémentaires.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022