Skip to Content
Polyarthrite
Question 189
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 189

mark2_2.gif

Bonjour,
atteinte de polyarthrite depuis dix ans,
après diagnostic de la
maladie, j’ai suivi un traitement de fond « plaquenil » assoscié à une dose de 4
mg de médrol pendant deux années. Je me suis marié et j’ai eu deux enfants,
pendant toute cette période je n’ai pris aucun traitement. C’était une rémission
mais les deux premières années ont laissé quand même des séquelles; le poignet
gauche complètement fixe et de trois doigts que je ne peux pas plier. Depuis deux
ans j’ai eu une poussée, un peu difficile,  je suis sous methotrexate a
7.5
mg/semaine et solupred à 10. Voici mes questions: est-ce le traitement adéquat?
les corticoïdes sont-ils dangereux sachant que j’en ai pris à plusieurs
reprises et à des doses supérieures (20 et même 40mg) pour une courte durée?
depuis
9 mois, j’ai un oedème sur le dos de ma main qui ne veut pas disparaître et les
médecins ne sont pas sûr que c’est dû à la PR ?pensez-vous que j’ai une forme
sévère, ou pas, comment savoir ?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

L’évolution de votre maladie est
assez caractéristique : il est connu qu’on observe une amélioration
souvent spectaculaire pendant les deux derniers tiers d’une grossesse. La
reprise d’activité de la maladie, après cette période d’accalmie, n’est pas
obligatoire mais cependant fréquente.

Pour ce qui est de votre poignet,
il est à souhaiter qu’il se soit fixé en
position fonctionnelle
(dans l’axe de l’avant-bras au mieux en légère flexion dorsale). S’il reste
néanmoins douloureux (ce qui voudrait dire qu’il n’est pas complètement fixé),
vous pourriez le soulager par le port d’une attelle. La tuméfaction du dos de
la main pourrait être due soit à la
synovite articulaire (épaississement
inflammatoire de l’enveloppe articulaire avec formation de kystes élastiques)
soit plus vraisemblablement à une
ténosynovite des tendons extenseurs des
doigts
(épaississement « élastique » de l’enveloppe des tendons).

Dans ce dernier cas, on peut
faire une observation tout à fait caractéristique : lors des mouvements de
flexion-extension des doigts, la masse en question se déplace en un mouvement
de va-et-vient. Par contre, si la tuméfaction est d’origine osseuse ou
articulaire elle ne se déplace pas.

Cette précision du diagnostic est
importante : s’il s’agit d’une ténosynovite des extenseurs, il y a un
risque de rupture de ces tendons (voir réponse et schéma 41 sur le même site)
et éventuellement une indication à une ténosynovectomie.

L’atteinte des trois doigts pourrait
aussi être rapportée à une ténosynovite.

Un examen clinique précis et des
clichés radiologiques de face et de profil seraient indispensables.

Vous nous posez la question de la
cortisone. Ce traitement, introduit il y a cinquante ans, représentait pour
ces malades un progrès considérable, mais au prix de certains effets
secondaires (voir réponse à la question 27). Ces effets sont tout à fait
tolérables jusqu’à une dose plafond de 7,5 ou 10 mg par jour. Au-delà, et
surtout si le traitement se prolonge, il faut évaluer le risque d’ostéoporose
cortisonique (minéralométrie).

Dans l’évolution de cette maladie, il existe divers
degrés de sévérité. Cette sévérité est évaluée sur le plan clinique et
radiologique, avec un compte des articulations touchées et des érosions
radiologiques en fonction du temps écoulé.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022