Skip to Content
Polyarthrite
Question 192
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Opératoires

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 192

mark2_2.gif

Bonjour fin octobre je vais me faire opérer des doigts car j’ai la maladie col de
cygne.J »aimerais savoir en quoi consiste l’opération et quelle est la rééducation?
j’ai déjà été opérée il ya 7 ans à un doigt de la main gauche mais le résultat
n’est pas très beau je ne peux plus tendre mon doigt à 100% est-ce que ce sera
pareil pour ma main droite ? merci d’avance emilie

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

En consultant les réponses aux questions 69 et
101, vous trouverez déjà des considérations générales sur les possibilités
offertes par la chirurgie dans le traitement de la main rhumatoïde.

Vous nous dites que votre polyarthrite a
conduit à une déformation en
col de cygne de certains doigts. Il s’agit
d’une déformation assez « classique » des longs doigts (voir schéma)
qui se traduit par une position en
hyper extension de l’AIPP et en flexion
de l’AIPD
, ces postures ne pouvant pas être corrigées par une contraction
volontaire de la musculature.

Dans la majorité des cas (si l’on excepte les
cas de synovite active actuellement de ces articulations)
l’origine en est
tendineuse
 : augmentation de la traction des muscles intrinsèques,
rétraction du ligament rétinaculaire oblique, incompétence ou même rupture du
tendon extenseur sur la phalange terminale.

Ce « col de cygne » va évoluer d’une
phase de réductibilité (correction possible par une aide externe) à une phase
d’irréductibilité où la multitude des rétractions tendineuses et
capulo-ligamentaires rend son traitement chirurgical beaucoup plus aléatoire.

De plus, il existe souvent une érosion, voire
une destruction partielle de l’AMP, avec subluxation de la phalange basale en
direction de la paume de la main.

Cette lésion associée entraîne un renforcement
de l’effet d’extension de la musculature intrinsèque (muscles interosseux) sur
l’articulation AIPP.

Le retentissement fonctionnel (et esthétique)
de ces déformations est important, d’où le recours à des méthodes
chirurgicales.

Au stade de réductibilité, et s’il n’y a pas de
destructions articulaires, on peut proposer une
rééquilibration
tendino-musculaire
(ténotomie des muscles intrinsèques, reconstitution du
ligament rétinaculaire). Par contre, si l’une ou l’autre des articulations (AMP
ou AIPP) est détruite, il faut alors avoir recours à une arthroplastie par
prothèse. En cas de rupture de l’extenseur sur la phalange terminale, une
arthrodèse (fixation) de l’AIPD est recommandée.

Comme vous pouvez le constater, le choix de la
technique est délicat. Il dépend d’une évaluation précise de la fonction de
chaque doigt concerné.

Quant à la rééducation,
elle dépendra du choix des techniques chirurgicales, mais on peut prévoir
qu’elle sera longue…

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022