Skip to Content
Polyarthrite
Question 193
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 193

mark2_2.gif

Agée de 27 ans je souffrirai d’une PR alors qu’au niveau biologique tout est
normal, pas d’auto anticorps,crp normal, vs normal,rien aux radios et autre irm,
vraiment rien. Pourtant syndrome sec suite à biopsie. Est-il possible que j’aie
une polyarthrite sans jamais avoir d’anomalie sanguine

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vous nous dites qu’on a diagnostiqué chez vous,
à l’âge de 27 ans, un
syndrome sec (syndrome de Sjörgen, ou de
Gougerot-Sjögren en France, voir réponses aux questions 108 et 182 sur le même
site). A vous lire, ce diagnostic a été posé suite à une biopsie, cet examen
ayant vraisemblablement été dicté par la présence d’une sécheresse oculaire et
buccale démontrée.

Il est connu qu’il existe souvent un lien entre
le Sjörgen et la polyarthrite rhumatoïde, mais la
coexistence de ces
deux maladies n’est
ni obligatoire, ni surtout précoce (27
ans !).

Pour quelles raisons a-t-on procédé à des
examens très complets à la recherche d’une polyarthrite ? Aviez-vous des
manifestations articulaires caractéristiques dont vous ne nous parlez
pas ?

Comme nous l’avons dit dans les réponses aux
questions 10, 14, 20, 23, le diagnostic de polyarthrite se fonde sur les
plaintes subjectives et les
constatations objectives faites par un médecin
spécialisé
. Il n’y a pas un test infaillible : les examens sanguins et
radiologique sont là pour
confirmer le diagnostic et évaluer
l’agressivité de la maladie.

Dans votre cas, vous ne
nous donnez pas d’arguments suffisants pour arriver à un diagnostic de
certitude.

mark2_2.gif

tout d abord merci de votre reponse.

en nov 2002 douleur fulgurante des mains vers 3 /4 h du matin, dérouillage
difficile plusieurs heures de la main gauche, gonflement rougeur des 2e et 3e
doigts gauches. Analyse bio : vs élevée mais peu de crp et aucune autre
anomalie (pas d’anticorps, pas de fr). traitement ains, antalgiques, puis cortisone
et salazo puis plaquenil. En dec 2002 bolus de solumedrol car mes doigts ne
repondaient pas aux ains ni à la cortisone. 3 jours après le gonflement a un peu
diminué mais les doigts sont toujours raides. Je reprends ains salazo plaquenil et
antalgiques. Au fil des mois je ressens une sécheresse buccale, mes 2e et 3e doigts
sont de nouveau gonflés et froids. Biopsie et gougerot découvert avec syndrome de
raynaud. Pas d’anomalie radio ni bio. On evoquait toujours une pr « probable ». Pour
un 2e avis je vais à Paris. A l’examen clinique signe d’inflammation des mains et
des poignets (la raideur s’est aggravée pour la main droite) irm et echo ne
décèlent ni synovie ni erosion ; on me dit donc que j’ai un gougerot primaire
traitement plaquenil, cortansyl, antalgiques et adalate. Je suis souvent très fatiguée
et je désespère de retrouver un jour l’usage de mes doigts. Par ailleurs j’ai lu
qu un gougerot primitif se développait vers la quarantaine; je ne comprends pas.
Merci de votre aide

 

mark2_1.gif

Les renseignements complémentaires que vous
nous donnez permettent d’avoir une meilleure compréhension de votre situation.

A vous lire, il nous paraît évident que les
manifestations articulaires sont au premier
plan. Votre description
correspond tout à fait au tableau d’une
polyarthrite : prédominance
nocturne-matinale des douleurs, raideur matinale, arthrites digitales,
élévation de la vitesse de sédimentation. D’où le traitement qui a été prescrit
par votre premier médecin.

Le fait qu’il n’y ait pas (encore) de facteur
rhumatoïde et l’absence d’épaississement synovial et d’érosions dans les
examens d’imagerie ne sont nullement un critère d’exclusion de ce diagnostic de
polyarthrite.

Dans les mois qui ont suivi, vous avez remarqué
une
sécheresse buccale (y avait-il aussi une sécheresse oculaire ?)
qui a conduit au diagnostic histologique de Gougerot-Sjögren. Habituellement,
ce diagnostic est confirmé par la présence d’anticorps anti-Ro/SSA et
anti-La/SSB dans le sang.

Il n’y a pas de contradiction entre ces
deux avis. Vous avez bien les deux types de manifestations, qui sont
fréquemment associées : les statistiques peuvent donner des résultats
discordants, mais il faut compter qu’un tiers des patients présentant un
syndrome sec ont également une polyarthrite.

Reste la question de l’âge. Il est bien exact
que le syndrome de Gougerot-Sjögren
primaire touche neuf fois sur dix
une
femme à l’âge de la ménopause.

Cela nous donne à penser que vous souffrez
vous-même d’une polyarthrite séronégative, à laquelle s’est ajouté plus tard un
syndrome sec secondaire.

Le traitement doit donc
viser essentiellement les manifestations articulaires. Si la sécheresse buccale
est trop gênante, on conseille actuellement un traitement de pilocarpine
(Salagen
®).

Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022