Skip to Content
Polyarthrite
Question 20
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
20

mark2_2.gif

Depuis le mois de juin 2000, je souffre de douleurs dans les mains et pieds.
Parfois cela touche aussi les coudes,épaules, genoux ou hanches. Au mois de
septembre, après analyse de sang, on a constaté que ma vitesse de sédimentation
était de 32. Pour le reste, le facteur rhumatoïde n’était pas positif et
aucun autre élément était anormal. En novembre, la vitesse de sédimentation
a passé à 58. En janvier, j’avais 1 mois de vacances et j’ai été faire une
thalassothérapie. Suite à ces vacances, les douleurs avaient pratiquement
disparus.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Votre témoignage est intéressant et rassurant à la
fois. Il nous démontre en effet que tout épisode – même prolongé sur six
mois – de douleurs des articulations n’aboutit pas forcément à l’état
chronique caractéristique de la polyarthrite. J’emploie ce terme de polyarthrite
parce que votre médecin a évoqué cette éventualité en recherchant
dans votre sang la présence de facteur rhumatoïde.

Ceci nous permet de parler une nouvelle fois des
difficultés diagnostiques de ces poussées douloureuses centrées sur les
articulations. C’est l’occasion de préciser certains points, essentiels
pour la personne concernée :

  1. La vitesse de sédimentation (VS) n’est pas un test de
    diagnostic de la polyarthrite. Cette VS s’élève dans tous les processus
    comportant une inflammation, qu’elle soit localisée ou généralisée. Un abcès,
    une grippe compliquée, une broncho-pneumonie, une maladie infectieuse
    s’accompagnent tous d’une élévation de la VS.
  2. La polyarthrite rhumatoïde est précédée de podromes, c’est-à-dire
    de manifestations non spécifiques, mais dont la coexistence est évocatrice :
    sensation générale de mal-être, fatigabilité anormale, nervosité,
    irritabilité, diminution de l’appétit, perte de poids, transpirations exagérées,
    température subfébrile, etc.
  3. Les plaintes douloureuses se présentent selon différents modèles, mais
    avec certaines caractéristiques qui seront évocatrices. Ce ne sont pas
    « les mains » ou « les pieds » qui font mal, mais certaines
    articulations bien définies
    des mains et des pieds : les médecins
    connaissent la « géographie » particulière de ces atteintes
    articulaires initiales. Ces douleurs sont fixes, c’est-à-dire qu’elles ne
    vont pas sauter d’une articulation à l’autre, mais se fixer sur telle ou
    telle articulation pour une durée prolongée. Ces douleurs sont les plus fortes
    au réveil et s’accompagnent d’une sensation de raideurs et de diminution de
    la force (par exemple d’une diminution de la force de préhension pour les
    mains).
  4. Ces douleurs sont centrées sur le territoire de l’articulation,
    qui est délimité par la capsule articulaire. C’est ce qui les différencie
    des douleurs si fréquentes localisées sur les insertions musculaires et les
    tendons.
  5. Le diagnostic se précise lorsqu’ apparaissent des
    manifestations objectives au niveau des articulations concernées. Un examen
    rhumatologique détaillé permet alors de retrouver les caractéristiques
    objectives de la maladie. Finalement, ce n’est que sur la base de critères
    officiels, établis au plan international, que le diagnostic de certitude pourra
    être posé.

Votre histoire heureusement se termine bien, puisque
vous nous dites qu’après un mois de vacances consacrées à une thalassothérapie
les douleurs ont pratiquement disparus et que la VS s’est normalisée.

La thalassothérapie (traitement à base de
bains chauds d’eau de mer et d’algues) est en général mal toléré en cas
d’arthrites, car la chaleur a tendance à accentuer les phénomènes
inflammatoires au niveau de l’articulation.

Rétrospectivement,
il est difficile de mettre une étiquette sur cette longue poussée douloureuse.
Il faudrait savoir s’il y a eu des arthrites médicalement constatées
(il y a des arthrites transitoires par exemple lors de maladies virales) ou
s’il s’agissait au contraire de douleurs plus diffuses liées à une
irritation des insertions, des tendons ou des muscles, donc de phénomènes
péri-articulaires.

 

icone témoignage

Moi aussi après deux ans de douleurs et un
début de
déformation, une thalasso m’a remise sur pieds( auxquels je n’ai plus mal)
affaire à suive non ! Mireille

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022