Skip to Content
Polyarthrite
Question 220
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 220

mark2_2.gif

Bonjour
je souffre de tendinopathies calcifiantes aux hanches et à l’épaule
droite détectées depuis peu car les douleurs étaient assimilées à de l’arthrose
et problèmes de dos et statique.
Il y a beaucoup de documentation concernant
les épaules mais pas les hanches, pouvez vous me renseigner ? actuellement je ne
peux presque plus marcher sans douleurs puis blocages.
Merci par
avance
Cordiales salutations

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

De nombreuses affections peuvent s’accompagner
de dépôts de calcium dans les tissus mous, par exemple
l’hyperfonction des
glandes parathyroïdes
, l’insuffisance rénale, certaines affections
neurologiques
. Nous supposons que de telles origines ont pu être exclues
dans votre cas puisqu’on a parlé de
tendinopathies calcifiantes,
c’est-à-dire de
calcifications limitées à certains tendons (alors que le
terme de calcinose concerne les calcifications plus diffuses des tissus mous et
des muscles).

Ces tendinopathies calcifiantes (ou maladie
des calcifications tendineuses multiples
) concernent surtout les tendons de
l’épaule (en particulier le tendon du muscle sus-épineux) et les muscles
rotateurs des hanches s’insérant sur le grand trochanter plus rarement la
région des coudes ou des poignets. Il s’agit de dépôts de micro-cristaux
d’hydroxy-apatite (d’où le nom de
rhumatisme à cristaux d’hydroxyapatite).
Ces dépôts peuvent provoquer une réaction inflammatoire souvent très
douloureuse, pouvant déborder sur les bourses ou l’articulation voisine.

Cette affection, radiologiquement fréquente,
mais souvent latente a une prédominance féminine et se manifeste volontiers
entre 30 et 40 ans.
Elle n’a rien de commun avec la polyarthrite.
Son pronostic est bénin. L’évolution est faite de poussées souvent très
espacées, parfois très douloureuses mais régressives en quelques jours ou
semaines.

Il n’y a pas de
traitement de fond. Dans les poussées, on utilise les anti-inflammatoires, si
nécessaires des injections locales de cortico-stéroïdes. La gène chroniqe peut
justifier une ablation chirurgicale, en particulier lorsqu’il existe une
calcification volumineuse de la bourse du sus-épineux (ou bourse sous-anomiale)
au niveau de l’épaule.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022