Skip to Content
Polyarthrite
Question 244
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 244

mark2_2.gif

Bonjour,
On m’a diagnostiqué une spondylarthrite ankylosante en 1997
(anti-gène HLAB27+). Je prends actuellement des Vioxx (12,5 mg par jour si tout
va bien…), une physiothérapeute de l’hôpital orthopédique m’a donné un
programme de gymnastique qui depuis une année m’aide beaucoup, malgré tout des
douleurs très locales au milieu du dos persistent et s’intensifient. La douleur
est elle déjà un signe de lésion irréversible ?

En combien de temps des lésions
de la colonne deviennent-elles irréversibles ?

J’ai entendu parler du
methrotexate, quel recul a-t’on par rapport à ce traitement, est-il conseillé
dans mon cas, sachant que j’ai aussi une (très légère) maladie de crohn ?

La
chiropathie est-elle indiquée durant les phases inflammatoires ou
non-inflammatoires pour garder la mobilité ou est-ce que cette technique peut me
faire courir le risque de lésions supplémentaires ?
Merci d’avance.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Il existe très vraisemblablement une association
entre votre
maladie de Crohn et votre spondylarthrite ankylosante.
Il serait donc logique de tenir compte de ces deux diagnostics (plus
précisément de l’avis de votre rhumatologue et de celui de votre
gastro-entérologue) pour planifier votre traitement médicamenteux.

En ce qui concerne la spondylarthrite
ankylosante, un programme de kinésithérapie active est indispensable, associé à
des exercices respiratoires si les examens fonctionnels le justifient. En
revanche,
la chiropratique est à notre avis contre-indiquée à cause de
la nature inflammatoire de la maladie. Les douleurs que vous décrivez
témoignent de la persistance de phénomènes inflammatoires (ce qui pourrait être
apprécié par l’évolution de la vitesse de sédimentation). La prise
d’anti-inflammatoires est donc tout à fait justifiée.

L’évolution de la maladie est prolongée. Le but
du traitement est d’éviter l’ankylose des articulations vertébrales et
corto-vertébrales.

Il n’y a pas de durée
fixée pour le passage à des lésions irréversibles. La lutte doit être
constante. La Salazopyrine et le Methotrexate ont été utilisés dans cette
maladie, mais les résultats paraissent meilleurs pour ce qui est de l’atteinte
des articulations périphériques que pour les atteintes vertébrales.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022