Skip to Content
Polyarthrite
Question 250
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 250

mark2_2.gif

Je souffre de cette pathologie depuis 20 ans avec
une longue rémission de 10 ans. le symptôme est réapparu il y a deux ans. Actuellement je suis en pleine pousseé et je souffre beaucoup, les calmants
proposés ne sont guère efficaces. Je suis à 20 mg/jour de cortancyl et 2
plaquenil/jour avec en plus sulfarlem, vit D etc… le médecin veut augmenter à
30 mg pour un meilleur effet thérapeutique. Qu’en pensez vous?

Par ailleurs on m’a indiqué que Lamalou les Bains
pouvait proposer des cures thermales améliorant cet état de fatigue et douleurs.
j’aimerais avoir un avis et des témoignages sur ce que l’on peut faire, sur ce
qui n’est pas indiqué car je suis dans le brouillard.

merci

Complément

Chers correspondants vaudois,

je vous remercie de la réponse même si les éléments
que je vous ai donnés n’étaient pas suffisants.

J’ai 53 ans et je souffre de syndrôme inflammatoire
depuis environ 15 ans. La maladie a été réellement diagnostiquée en mai 2003 à la
suite de biopsie et de signes cliniques  plus évidents. Il s’agit de la maladie
de gougerot Sjörgen primitive, pour laquelle m’affirme t-on il n’y a pas beaucoup
de possibilité de traitement, de nouvelles molécules comme pour la polyarthrite. La
fédération de Rhumathologie du CHU de Montpellier ou je suis suivie actuellement
me maintient donc sous plaquenil et cortisone, avec peut-être une possibilité de
traitement anti-inflammatoire de type MOBIC 15 mg & cp/jour ou Biprofénid 2
cp:jour. celà car le Dr me trouve une trop grande dépendance à la cortisone.
Actuellement je souffre beaucoup, après 3 semaines d’arrêt j’ai voulu reprendre
mon travail et hier j’ai du arrêter en cours de journée. Je prends actuellement
27,5 mg de cortisone et les 2 plaquenil et je ne vois pas de réel soulagement.
Quel traitement éfficace de la douleur peut être indiqué quand cela va trop
mal?

merci de me soutenir car ici en Lozère je n’ai pas
de possibilité de rencontrer des personnes qui sont dans ma
situation.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Nous ne connaissons pas votre âge et nous savons bien peu de choses sur
votre maladie. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons vous donner que
les lignes générales qui régissent notre attitude thérapeutique dans les
polyarthrites en poussées douloureuses.

Parmi les traitements médicamenteux, nous distinguons d’une part les
traitements suspensifs de l’inflammation et d’autre part les traitements de
fond de la maladie.

  1. Traitements suspensifs. La
    cortisone est le plus puissant de ces moyens suspensifs. Il est souvent
    nécessaire d’y avoir recours en cas de forte poussée inflammatoire. Mais
    les effets secondaires de ce médicament obligent à en
    limiter la durée d’administration. S’il faut en donner sur une
    longue période, on préfère
    ne pas
    dépasser la dose journalière de 10 mg de cortancyl.
  2. Traitements de fond. Le
    Plaquenil est administré depuis de longues années dans cette maladie, mais
    il est actuellement délaissé parce que son
    activité est faible
    en cas de forte poussées inflammatoires et qu’il y a un
    taux élevé de « non répondeurs » à ce médicament. A la dose de
    2 comprimés par jour, il est nécessaire de faire un contrôle
    ophtalmologique périodique.

Parmi ces traitements de fond, le
Methotrexate
est actuellement reconnu comme le plus efficace et le plus maniable. Il existe aussi d’autres
traitements nouveaux, dits « biologiques », comme le groupe des
médicaments anti-TNF, mais leur emploi est réservé aux cas d’échec au
Methotrexate.

Vous nous parlez d’autre part d’une possibilité de cure thermale. Sur ce point, il faut préciser que les bains
thermaux (au-dessus de 30°) ont nettement tendance à aggraver les inflammations
articulaires lorsque la maladie se trouve en poussée inflammatoire (vitesse de
sédimentation élevée, articulations gonflées et chaudes). Par contre, lorsque
la maladie est « éteinte », ou tout au moins en période calme, la
mobilisation en piscine (pas trop) chaude permet d’améliorer la mobilité
articulaire et la trophocité musculaire.

Encore une fois, nous vous avons donné des lignes générales. Nous ne
pouvons pas intervenir dans votre programme thérapeutique car nous ne possédons
pas les éléments de décision (durée de la poussée actuelle, nombre
d’articulations touchées, etc…) Parlez-en à votre rhumatologue.

Complément

En consultant les réponses aux questions 108,
182 et 193, vous trouverez des renseignements détaillés sur le
syndrome de Gougerot-Sjörgen et sur ses
relations avec la polyarthrite. Ce diagnostic de Sjörgen a été apparemment
confirmé chez vous par une biopsie d’une glande salivaire accessoire. C’est
pour cette raison que vos médecins ont choisi de vous traiter par le Plaquenil,
dont nous disions qu’il avait une activité relativement faible en cas de forte
poussée inflammatoire de polyarthrite.

Le Sjörgen peut effectivement être très gênant
en raison de la sécheresse lacrymale et salivaire, mais vos douleurs sont bien
articulaires et doivent être mises sur
le compte de la
polyarthrite
associée. C’est précisément pour la partie polyarthrite qu’il existe
actuellement un « arsenal » de
traitements
de fond plus puissants
(voir réponse 143). A notre avis, qui concorde
apparemment avec celui de l’équipe de Montpellier,
vous ne pouvez pas continuer avec cette dose de cortisone sans
risquer d’autres ennuis.

Revoyez le plan thérapeutique avec vos médecins.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022