Skip to Content
Polyarthrite
Question 26
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 
Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
26


mark2_2.gif

bonjour ma soeur agée de 30 ans est atteinte de polyarthrite enkylosanteévolutive elle vient d’être hospitalisée on se demande ce que veut dire 
syndrôme inflammatoire 90 je vous remercie de me renseigner

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Lorsqu’un patient jeune souffre de douleurs
articulaires, il appartient tout d’abord au médecin de rechercher les signes
cliniques
d’une atteinte inflammatoire des articulations :
enflure, présence de liquide synovial en excès, épaississement de la membrane
synoviale, éventuellement légère augmentation de la température cutanée ou
légère modification de la couleur de la peau au voisinage de l’articulation
concernée.

Si certains de ces signes sont présents, on demandera
la confirmation de l’origine inflammatoire du laboratoire : c’est précisément
la recherche du syndrome inflammatoire. On fait appel aux examens
suivants :

  1. Formule sanguine. En cas d’inflammation
    durable, on observe :

  • une anémie

  • une élévation des leucocytes (globules blancs)

  • une élévation des thrombocytes (plaquettes)

  1. Vitesse de sédimentation. Il s’agit d’un
    test ancien, très simple, mais non spécifique (ce qui veut dire qu’il est
    modifié dans beaucoup d’autres situations, comme par exemple les infections
    ou les tumeurs malignes).

    L’élévation de la vitesse de sédimentation (VS)
    est grossièrement proportionnelle à l’importance de l’inflammation.

  2. Dosage de la C-Réactive Protéine (CRP)

Il s’agit d’un test qui évolue plus rapidement que
la VS : il se positive plus rapidement et se normalise aussi plus
rapidement. Comme la VS, la CRP n’est pas spécifique, elle est modifiée dans
les lésions tissulaires, les infections et les néoplasies.

Ces différents tests permettent donc de préciser s’il
existe
un syndrome inflammatoire, mais ne permettent en aucun cas
d’en déterminer la cause.

Pour cela, il faut se rapporter d’une part aux données
de l’anamnèse et de l’examen clinique, et d’autre part aux
résultats d’examens biologiques plus spécifiques (recherche du
facteur rhumatoïde et des anticorps antinucléaires) ainsi qu’aux résultats
des radiographies.

Chez une femme de trente ans, il faut envisager en
premier lieu deux diagnostics :

  • la polyarthrite rhumatoïde (ancienne polyarthrite chronique évolutive)

  • le
    lupus érythémateux disséminé.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022