Skip to Content
Polyarthrite
Question 346 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 346

Question: 

Bonjour, pouvez-vous me dire de quoi je souffre et si l’on me traite comme il faut ? Merci.
Historique: En novembre 04 mon rhumatologue m’a diagnostiqué une oligoarthrite d’origine indéterminée (rhumatisme inflammatoire). Celle-ci est d’ailleurs tjs d’origine indéterminée. (On pense que ça peut être du rhumatisme psoriasique car il y a du pso dans ma famille mais sans atteinte articulaire. Un oncle lui souffre du syndrome de Reiter.) Pendant cette période-là je souffrait bcp du dos, surtout en fin de nuit et je prenais quotidiennement des AINSI pour diminuer les douleurs et passer des nuit plus ou moins normales. (Je précise que ces douleurs dorsales duraient déjà depuis 6-7 ans mais sont vraiment allé en augmentant progressivement d’année en année.) Un mois plus tard les choses se sont aggravées car j’avais encore plus mal aux muscles dorsaux tjs en fin de nuit à cause du contact dos/matelas et le majeur de la main droite a commencé à gonfler à la 1ère phalange et à me faire très mal jusqu’au moment où je ne pouvais ni le toucher et encore moins le plier. L’articulation IPP est devenue énorme et chaude et a commencé petit à petit à créer aussi une déformation importante en flexum des 2 dernières phalanges et empêcher totalement toute flexion au niveau de l’ IPD, ceci malgré que cette articulation-ci reste totalement saine à ce jour. Mon genou gauche me faisait également souffrir, au réveil je ne pouvais tout simplement pas le plier. Ca n’était possible qu’après avoir pris mes AINSI quotidien. L’articulation n’a jamais gonflé, mais j’ai tiré la patte pendant au moins 3 mois. Des douleurs dans les deux épaules sont également apparues. On a donc augmenté la dose de AINSI de 100 à 150mg par jour jusqu’a ce que des sensations de vertige, des palpitations et des crises similaires à des crises d’anxiétés me fassent diminuer la dose à 100mg. Début janvier 05 on a commencé un traitement à la Salazopirine pendant 9-10 semaines sans aucuns effets. Ensuite on à commencé un traitement au MTX en augmentant progressivement les doses jusqu’a 4x5mg et il n’y a toujours aucun effet après 20 semaines de traitement. Mon médecin pense donc m’injecter prochainement de l’Humira en plus du MTX. A ce jour mon genou fonctionne à 90% et je ne prend plus de AINSI depuis 10 semaines. Mon dos me fait un peu moins souffrir mais j’ai toujours mal dans les deux épaules. Mon doigt a été infiltré à deux reprises (1er et 20 avril 05, certainement trop tard !) par des corticostéroïdes ainsi qu’une synoviorthèse, sans bénéfice aucun à part que la première injection a fait dégonfler la zone 1ère phalange. A la deuxième infiltration (20 avril 05) mon médecin m’a fait comprendre que ci celle-ci n’avait pas d’effet visible, mon doigt resterait tjs comme ça. Il n’y a eu aucun effet et mon doigt n’a pas bougé.

Réponse: 

Au vu du rapport détaillé que vous donnez sur vos plaintes douloureuses et sur les manifestations objectives, nous concluons à une oligo-arthrite asymmétrique ( avec tuméfaction spectaculaire d’une articulation interphalangienne ) et à des dorsalgies ( ou peut-être des dorso-lombalgies ) à maximum nocturne.

Nous ignorons le résultat des radiographies du rachis et des sacro-iliaques, qui ont certainement été faites ( sacro-iliite ? ) et nous ne savons pas si vous avec remarqué, ou si votre rhumatologue a pu déceler une raideur rachidienne. L’ensemble est cependant évocateur d’un rhumatisme psoriasique ( qui peut exister sans psoriasis ) , d’autant plus qu’il y a une anamnèse familiale qui va dans ce sens. L’examen attentif des ongles et des radiographies des doigts pourrait apporter des arguments supplémentaires.

Le traitement que vous avez reçu jusqu’à présent correspond tout à fait aux directives des services universitaires de rhumatologie. Après échec des AINS et du Methotrexate, c’est à dire si la maladie reste active sur le plan clinique et biologique, il est parfaitement judicieux, chez un patient jeune d’envisager d’y ajouter un traitement anti-TNF comme l’Humira.

Complément

Bonjour,
Je vous remercie beaucoup pour votre réponse. Il est toujours intéressant d’avoir un autre diagnostic quand les choses traînent et que l’on commence à douter et à se poser pleins de questions au sujet du traitement en cours.
Pour répondre à vos interrogations, des radiographies des sacro-iliaques ont bien été faites et tout est normal à ce niveau là. Quant aux douleurs dans le dos il s’agit bien de dorsalgies et non pas de dorso-lombalgies. J’ai mal aux muscles du milieu du dos et cela se manifeste en fin de nuit, il ne m’est alors plus possible de rester au lit, ceci après 6-7h de contact dos/ matelas.
Concernant les raideurs rachidiennes, je pense effectivement que j’en souffre un peu au réveil et que cela disparaît progressivement au fil de la journée jusqu’à retrouver une souplesse presque normale. Je dis « presque normale » car je suis de tout temps souple comme une barre à mine. Cela est certainement dû à mon Scheuermann et à ma scoliose qui  provoquent parfois des maux de la colonne (pas musculaires) dans le bas du dos au niveau des reins, lors de certaines tâches en position agenouillée ou accroupie.
Les dernières radiographies des mains ne montraient rien d’anormal mis à part le doigt qui est atteint (voire aussi photos ci-jointes, l’une date d’aujourd’hui et l’autre du mois de mars 05 où mon doigt n’avait pas encore dégonflé).
Au sujet de l’examen des ongles, je n’ai actuellement aucun des ces petits trous d’épingles caractéristiques du pso, par contre certains de mes ongles sont cannelés longitudinalement. Est-ce un signe ?
Dernière question: le traitement MTX par injection IM peut-il avoir des effets néfastes sur les reins et le foie ? Mon naturopathe a diagnostiqué que mes reins et le foie sont « trop chargés » et j’avoue souffrir parfois des reins, je ressens parfois des lancées dans le rein droit.
Merci beaucoup pour vos précieux renseignements.
Meilleures salutations.

 

Réponse

Les photographies que vous nous avez envoyées mettent en évidence au niveau du majeur droit une tuméfaction nette de l’articulation basale ( métacarpo-phalangienne ) et de l’articulation inter-phalangienne proximale ( AIPP ) , ce qui correspond à une dactylite avec aspect de « doigt en saucisse » ( excusez-moi ! ) . , Cette image peut être compatible avec une localisation de rhumatisme psoriasique, mais il peut y avoir d’autres causes plus rares.

En ce qui concerne les ongles, les clichés ne sont pas assez nets pour y reconnaître les signes caractéristiques d’une atteinte de la matrice unguéale ( ongles en dé à coudre ou striures ). En revanche, nous ne voyons pas de décollement unguéal ( onycholyse ). Sur le cliché montrant deux doigts sur toute la longueur, on croit reconnaître une légète déformation en verre de montre. En général, une dactylite persistante se révèle sur les clichés radiologiques sous la forme de petites érosion, d’épaississement périosté ou de prolifération localisée. Est-ce que celà pourrait correspondre à votre formulation « mis à part le doigt qui est atteint » ?

Revenons à l’interprétation des radiographies vertébrales : s’il y a une séquelle de maladie de Scheuermann à la base, l’interprétation est plus difficile, car il faut faire la différence entre des ostéophytes générés par le trouble de croissance vertébral et des syndesmophytes en relation avec une éventuelle atteinte inflammatoire. Une mesure précise de la mobilité de chaque segment vertébral pourrait apporter des éclaircissements.

Le Methotrexate est connu pour avoir une certaine hépatotoxicité, raison pour laquelle un contrôle régulier des tests hépatiques est recommandé. Par contre, ce traitement ne peut pas expliquer des douleurs de la loge rénale.

POLYARTHRITE © 2022