Skip to Content
Polyarthrite
Question 353 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 353

Question: 

Bonjour,
Ma mère fait une Polymyalgia Rheumatica depuis 3 ans maintenant. La maladie disparaît mais revient aussitôt que les traitements de cortisone se réduisent à moins de 5mg/jours.
La semaine dernière elle a apprit qu’elle a maintenant aussi une Arterite Temporale, qui à mon avis est pire !
Mes questions sont les suivantes :
Est-ce que ce sera la Cortisone qui va guérir ces maladies ou vont-elles partir par elles-mêmes du jour au lendemain ?
Et pendant combien d’années devra t’elle souffrir !?! Et finallement, elle a la vision embrouillée et parfois double, va t’elle rester avec cette vision pour la vie ?
Je vous remercie!

Réponse: 

Nous avons parlé de la polymyalgia rheumatica ou pseudo-polyarthrite rhizomélique, ainsi que de l’artérite temporale ou maladie de Horton dans les réponses aux questions 44, 71 , 88 , 274 et 315 sur le même site.

Ces deux tableaux cliniques sont très fréquemment associés, car une inflammation artérielle est présente dans les deux cas. En présence d’une polymyalgia, il est donc important de rechercher les signes évocateurs de l’artérite temporale : céphalée temporale exacerbée par le passage du peigne, modifications objectives des artères temporales, douleurs occipitales, faciales ou linguales et surtout troubles visuels. En cas de soupçons, une biopsie de l’artère temporale s’impose, car c’est la seule façon d’affirmer le diagnostic. Un diagnostic de certitude est important, car c’est ce diagnostic qui décidera du traitement, plus exactement de la dose de cortisone à administrer.

Dans le cas de la pseudo-polyarthrite isolée, on a parlé au début d’une évolution sur un à deux ans. Actuellement , on admet que l’évolution peut porter sur quelques années. Le traitement , débuté à 15 mg d’équivalent prednisone ( 30 mg pour certains ). Le traitement sera maintenu avec une « dose d’entretien » située entre 2,5 et 7,5 mg, sur une, deux ou même plusieurs années. En revanche, si une artérite temporale est démontrée, les doses seront plus élevées, proportionnelles aux risques oculaires encourus. Seul votre ophtalmologue peut se prononcer sur le diagnostic exact et le pronostic de l’atteinte oculaire.

La cortisone est un traitement incontournable dans ce cas. La guérison de la pseudo-polyarthrite est la règle. Au plan oculaire, le pronostic va dépendre de la lésion constatée par le spécialiste.

Theme: 

POLYARTHRITE © 2022