Skip to Content
Polyarthrite
Question 369 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 369

Question: 

Je suis atteinte d’une P.P.R depuis plus de 2 ans et je suis toujours obligée d’avaler mes 20 mg de cortancyl par jour.
A ce jour je suis prise de vertiges et de déséquilibres.
Ais-je un espoir de guérison???dans combien de temps??
merci

Réponse: 

Vous nous posez des questions sur la P.P.R. Vu votre âge, nous pensons que vous voulez parler de la Pseudo-Polyarthrite Rhizomélique. Si c’est bien le cas, nous vous proposons de vous reporter aux réponses 44 , 88 , 274 , 315 , 353 et 360 sur le même site.

Comme vous le verrez en lisant ces réponses, une P.P.R isolée, c’est-à-dire non associée à une artérite temporale ( maladie de Horton )  réagit très rapidement (baisse spectaculaire des douleurs  puis de la  vitesse de sédimentation qui était très élevée ) à des doses de l’ordre de l5 mg  d’équivalent prednisone ( Cortancyl ). Habituellement, cette dose peut ensuite être réduite par paliers très progressifs jusqu’ à une dose d’entretien comprise entre 5 et 10mg..

Dans votre cas particulier, la réduction de la dose n’a pas été possible en raison des douleurs ou en raison d’une vitesse de sédimentation qui restait élevée ?

Il faut savoir qu’il ne s’agit pas là uniquement d’une question théorique : les effets secondaires de la cortisone , en particulier sur l’os , sont tolérables en-dessous du seuil des 10 mg., Après deux ans d’évolution, il conviendrait donc de refaire un bilan de la situation, notamment par rapport à l’éventualité d’une artérite temporale, puis de faire un nouvel essai de réduction de la dose ( qui parfois doit se faire presque mg par mg )

Complément

Atteinte de pseudo polyarthrite rhizomélique depuis 2ans, je voudrais savoir les conséquences de la prise de cortisone à dose élevée? Je souffre de vertiges de déséquilibres et de baisse de la vue. Ais-je un espoir de guérison?

Réponse

Les effets secondaires de la cortisone vont dépendre d’une part de la dose journalière administrée et d’autre part de la durée du traitement. C’est la raison pour laquelle, dans notre précédente réponse, nous avions dit que, dans le cas particulier de la pseudo-polyarthrite rhizomélique qui nécessite un traitement prolongé, il était souhaitable de limiter la dose journalière en dessous d’un plafond fixé par expérience à 10 mg d’équivalent prednisone par jour.

Dans la réponse 359, nous avions cité seulement une partie des effets secondaires observés : rétention d’eau et hypertension, ulcérations digestives, faiblesse musculaire, atrophie osseuse, troubles endocriniens et diminution de la résistance aux infections. Au vu des renseignements que vous nous donnez dans votre deuxième message, il faudrait s’assurer qu’il n’existe pas chez vous d’hypertension artérielle. De plus, un examen ophtalmologique à la lampe à fente est justifié, car un tel traitement de cortisone est susceptible de provoquer des opacifications du cristallin.

Malgré ce risque de complications, la cortisone reste un traitement irremplaçable dans certaines situations bien précises, comme la pseudo-polyarthrite rhizomélique.

POLYARTHRITE © 2022