Skip to Content
Polyarthrite
Question 390
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 390

mark2_2.gif

Bonjour,
Tout d’abord félicitations pour votre site.
Je suis
atteinte de PR depuis 1993, à 41 ans traitements : acadione pendant 3 mois
(aphtes) puis plaquenil (yeux), ridauran (diarrhées ?) et depuis 2 mois novatrex
à 15 mg/semaine + 5 mg de cortancyl et 1 voltaren 75.
J’ai été
opérée du coude droit en 2001 (pose d’une prothèse). J’ai de
multiples atteintes : épaule gauche (inopérable), mains, genou, chevilles et
pieds.
Mon bilan fait le 12/12 : VS à 4, CRP à 7 mais les plaquettes sont à
137 000 au lieu de 356 000 le 14/11;
je viens de faire une infection urinaire
avec sang dans les urines.
Pensez-vous que le MTX soit responsable ? Les
effets secondaires sont inquiétants, d’autant que je suis également
diabétique de type 1 depuis 1990 et soignée par lévothyrox 75 pour une
hypothyroidie d’hashimoto.
merci d’avance pour votre réponse.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Avant
de parler de médicaments et d’effets secondaires éventuels, permettez-moi de
revenir sur votre maladie. Après 12 ans d’évolution, il apparaît que vous avez
une atteinte articulaire symétrique et sévère, puisque vous avez déjà eu une
prothèse du coude droit et qu’on avait envisagé une prothèse de l’épaule
gauche. Quant à votre maladie de Hashimoto, elle n’est probablement pas
étrangère à ce tableau : il s’agit d’une thyroïdite auto-immune ( même
mécanisme que pour la polyarthrite ), qui aboutit le plus souvent à une
hypothyroïdie nécessitant un traitement hormonal. Elle peut être associée à la
polyarthrite, au lupus ou à la
MCTD (Syndrome de Sharp ).

Le
Methotrexate, médicament de fond de la polyarthrite qui est reconnu
actuellement comme le plus efficace et le plus maniable, n’est cependant pas
dénué d’effets secondaires. Il peut en particulier provoquer des inflammations
vésicales, ainsi qu’une baisse des leucocytes
(globules blancs ) et des thrombocytes (plaquettes), d’où la nécessité de contrôles sanguins. Dans votre cas particulier, il est
possible qu’il s’agisse d’une question de dosage : nous avions l’habitude
de commencer ces traitements avec une dose de 7,5 mg par semaine, avant
d’augmenter dans un second temps à 15 mg. Selon les recommandations
officielles, ce n’est que si les plaquettes descendent en-dessous du seuil de
100.000 que le traitement doit être interrompu. Il serait dommage de
l’abandonner !

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022