Skip to Content
Polyarthrite
Question 403 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 403

Question: 

Bonjour
J’ai 26 ans:Depuis décembre, on m’a diagnostiquée une PR.
Mes FR étant négatifs j’aimerai savoir si cela est encourageant ?
Mes CRP sont passés de 44 à 19 après un mois et demi de traitement (methotrexate, ains, antalgiques) et ma VS diminue aussi :est-ce que je suis sur une bonne voie ?
Par contre mes douleurs sont toujours là et se propagent (mâchoire, nuque, épaule, poignet (bloqué), genoux, tendon d’achille et talons…) et le moral n’est pas au beau fixe!
Ma première prise de sang a révélé des CCP à 165 est ce beaucoup, est-ce par rapport à l’évolution ?
J’ai une petite fille de 2 ans et demi et j’aurais aimé faire un autre enfant cette année mais je sais qu’une grossesse n’est pas compatible ! Par rapport aux taux que je vous ai révélés pensez-vous que je pourrais arrêter le traitement cette année et combien de temps devrais-je attendre après l’arrêt du traitement pour concevoir cet enfant?
Merci de votre réponse!

Réponse: 

Le diagnostic précoce de la polyarthrite rhumatoïde a toujours été difficle. C’est actuellement un élément important pour pouvoir offrir au patient les meilleures chances de succès. Jusqu’à présent, le diagnostic était basé sur une liste de critères cliniques (constatation objective d’arthrites périphériques) , radiologiques et biologiques. Dans votre cas particulier, nous ne connaissons pas les constatations objectives faites par votre médecin, ni le résultat des examens radiologiques. Sur le plan du laboratoire, l’élévation de la VS et le la CRP sont des arguments en faveur d’une inflammation, mais ne sont pas spécifiques de la PR. Le facteur rhumatoïde se positive souvent tardivement et on ne peut pas l’attendre pour poser le diagnostic et débuter le traitement.

Les anticorps antipeptide citrique citrulliné ou anti-CCP ont été récemment introduits. Ils ont démontré leur spécificité dans cette situation. Le taux que vous indiquez est élevé et nous paraît significatif. Par contre, la négativité actuelle du facteur rhumatoïde n’a pas de signification. On admet cependant que les polyarthrites qui restent négatives quant à ce facteur ont un meilleur pronostic.

S’il devait persister un doute quant au diagnostic de PR (nous ne connaissons pas tous les éléments de votre dossier médical), on pourrait compléter le dossier radiologique par un examen IRM des mains, qui apporterait alors une certitude.

D’après les renseignements que vous nous donnez, et surtout d’après les douleurs que vous ressentez, la poursuite de ce traitement est nécessaire. L’arrêt ou le changement de traitement ne peut pas être décidé sur la base des taux sanguins. Il doit se faire par une évaluation globale de votre cas.

Comme vous le savez, une grossesse est incompatible avec le Methotrexate. Le délai d’attente après l’arrêt du traitement est fixé à six mois.

Complément

Tout d’abord merci d’avoir répondu à ma question:

Effectivement vous ne connaissez pas tout mon dossier (j’ai fait des radios qui n’ont rien révélé puis un IRM qui était significatif puis avec les prises de sang qui ont confirmé ma PR !

Ce que je voulais savoir  : si mes ccp (165) sont élevés ? Si ils vont baisser ?

Je prends mon traitement (metho) depuis 2 mois : ma VS a diminué et ma CRP est passée de 44 à 19.

Pendant combien de temps devrais-je prendre ce traitement ?

Est-ce qu’un jour je pourrai l’arrêter ?

Merci

Réponse

La recherche des anticorps anti-CCP correspond à un test de diagnostic de la nature de la maladie. Ce taux élevé, associé à une image IRM significative, a permis à votre spécialiste de poser un diagnostic précoce de la PR, sans attendre la positivité du facteur rhumatoïde ou des radiographies standard.

Pour juger maintenant de l’évolution de votre maladie, il ne faut pas compter sur le test anti-CCP ( test diagnostic ) , mais bien sur la VS et la CRP ( tests de l’inflammation )

En ce qui concerne maintenant la durée du traitement, il est trop tôt pour se prononcer. Il faut compter trois à six mois pour juger l’efficacité du traitement ( dans votre cas, l’évolution des tests sanguins paraît déjà favorable ). Si le résultat favorable se précise, le traitement sera prolongé. Dans le cas contraire, le programme sera revu, avec éventuellement l’adjonction d’un  autre traitement médicamenteux. L’arrêt du traitement ne pourra être décidé qu’en cas de rémission démontrée, aussi bien sur le plan clinique que biologique.

Complément 2

Bonjour

Je voulais vous remercier de répondre aussi rapidement à toutes mes questions ! Votre site est très intéressant !

Vos réponses sont très claires et explicatives.

J’en ai des autres !

Donc, si j’ai bien compris, je dois me fier aux tests inflammatoires maintenant (VS et CRP)

Est-ce que le jour où ils seront normaux celà voudra dire que je suis en rémission ?

Quelle est la VS normale ?

Est-ce que c’est normal que malgré la diminution de ces taux la douleur est toujours la même ?

Mon poignet est bloqué, je n’arrive plus à le plier vers l’arrière (est-ce que je retrouverai une mobilité ? est-ce que l’on peut parler de séquelles articulaires ?

Ma PR a été déclenchée par le sport que je pratiquais (volley-ball) et j’ai forcé au niveau des poignets et c’est là que tout a débuté ! Mon poignet est-il bloqué à cause du sport ou c’est classique pour ceux qui ont la PR ?

D’avance je vous remercie et vous souhaite une agréable journée

Réponse

Nous répondrons ainsi à vos questions complémentaires :

  1. Les tests de l’inflammation (VS et CRP) sont pour le médecin un indicateur de l’évolution de la maladie. Ils viennent compléter les données de l’examen clinique. Mais il peut y avoir des discordances entre les deux…
  2. La notion de rémission ne se base pas uniquement sur les résultats de ces examens, mais sur toute une série de critères cliniques, connus du spécialiste en rhumatologie.
  3. On peut considérer qu’une vitesse de sédimentation est normale lorsqu’elle est inférieure à l0 à la première heure.
  4. Habituellement, les douleurs d’origine inflammatoire diminuent  lorsque les signes cliniques et biologiques régressent.
  5. Les processus de réparation après une inflammation sévère peuvent entraîner une limitation des mouvements extrêmes de l’articulation, rarement un « blocage ». Un examen radiologique pourrait préciser les altérations anatomiques (pincement de l’interligne en raison d’une usure du cartilage, érosions etc.…)
  6. Je ne crois pas qu’on puisse dire que votre PR a été déclenchée par le sport. Elle a été plutôt révélée par les efforts du volley-ball.
  7. La limitation d’amplitude du poignet est comme vous le dites « classique » dans la PR.
Theme: 

POLYARTHRITE © 2022