Skip to Content
Polyarthrite
Question 41
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
41


mark2_2.gif

La polyarthrite rumatoïde évolutive peut-elle avoir un effet sur les
muscles et les tendons ? Merci de votre réponse

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

La polyarthrite rhumatoïde
est une maladie inflammatoire qui intéresse au premier chef les articulations,
plus exactement la membrane synoviale qui tapisse la cavité articulaire.
Mais les lésions caractéristiques de la maladie peuvent, dans les cas les plus
sévères, se retrouver également dans d’autres tissus de l’organisme.

1.- Qu’en est-il des muscles ?

Tout d’abord, il faut
relever que le muscle s’atrophie, c’est-à-dire diminue de volume, au
voisinage des articulations touchées : par exemple on trouvera une
atrophie du quadricep (muscle de la partie antérieure de la cuisse) en cas
d’arthrite du genou. D’autre part, à l’examen microscopique, on peut
retrouver, dans les cas les plus sévères, des infiltrations de cellules
inflammatoires dans le corps musculaire.

2.- La majorité des tendons
sont accompagnés d’une gaine synoviale destinée à faciliter leur
glissement par rapport aux structures anatomiques voisine. Cette enveloppe
synoviale va réagir comme la synoviale articulaire, en s’épaississant. Cet
épaississement est irrégulier, il peut former des sortes de nouvres qui vont
compromettrent le glissement du tendon dans les poulies de réflexion :
c’est le cas en particulier des tendons fléchisseurs des doigts, ce qui
provoque le phénomène du doigt à ressaut, ou doigt à ressort.

Dans d’autres cas, le
tendon est menacé par la lésion ostéoarticulaire voisine :
l’articulation radio-cubitale inférieure (entre la tête du radius et la tête
du cubitus) est tout particulièrement « visée » par la maladie, il
peut en résulter une érosion osseuse qui va cisailler les tendons extenseurs
glissant à son voisinage immédiat. Les tendons extenseurs IV et V sont
particulièrement menacés, avec un risque de rupture qui se manifeste
sous la forme d’une pseudo-paralysie de ces deux derniers doigts (voir
fig.)

Nous vous avons donné
quelques exemples de participation des muscles et des tendons dans la
polyarthrite. Mais nous ignorons le pourquoi de votre question.

Si
le diagnostic de polyarthrite a été invoqué pour une personne qui souffre de multiples
douleurs
des insertions tendineuses et musculaires sans
participation
démontrée des articulations, alors il faudrait
envisager plutôt le diagnostic de poly-insertionite ou de fibromyalgie.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022