Skip to Content
Polyarthrite
Question 417
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 417

mark2_2.gif

Bonjour, tout d’abord un grand merci pour ce site
extrêmement précieux.
Ma PR a été diagnostiquée en août 2005 comme étant violente. De fait, j’étais
terrassée. Tout était atteint sauf les mains dans un premier temps. Rapatriée
sanitaire, le rhumato près de chez moi m’a mise sous novatrex (4  par
semaine), Spéciafoldine (1), 1 cortancyl 20mg / jour, que j’avais commencé à
prendre avant de le voir.
Ma question concerne la vitesse de sédimentation. Car elle était de 5 (1ère h)
et 13 (2ème h) en… 1995
de 30 et 61 au 23/06/2005 (premiers symptômes = 4 épanchements de synovie entre
la mi juin et la mi juillet), de 24 et 51 au 30/07/05
de 60 et 95 le 11/08/05,
de 9 et 22 le 23/09/05 (la cortisone a eu un effet immédiat de quasi rémission
dès la 1ère prise de 20mg), date à laquelle j’ai commencé le traitement de
fond.
Puis c’est reparti en flèche malgré le traitement, à savoir 20 et 42 le 31/10,

47 et 85 le 7/12
pour rebaisser à 23 et 56 le 14/01/06 .
Les jours de concert  (je suis musicienne!!) je suis obligée d’augmenter
un peu  la cortisone si l’état de mes mains le justifie et ça se passe
bien. Mais ce qui me laisse perplexe c’est, d’une part, cette évolution
anarchique du taux de sédimentation malgré le traitement  (je suis passée
à 6 novatrex/semaine et 3 spéciafoldine depuis 2 mois) et d’autre part le fait
qu’il semble que ce soit la cortisone qui fasse la différence et non le
traitement à proprement parler. J’étais descendue à 10mg/jour de cortancyl vers
octobre mais après une poussée il a bien fallu me rendre à l’évidence et
remonter la dose. J’en suis à 12,5mg /jour. Et j’en prends depuis la mi – août
au quotidien.. Je crains des effets secondaires. Je n’en ai pas pour le moment.
Enfin, je crois… Aujourd’hui, pour la 1ère fois, mon poignet droit est
enflammé sur le côté droit. Mais mes 2 mains présentent maintenant des
inflammations légères mais visibles (dessus de la main). Cela m’empêche quelquefois
de jouer le matin bien que je ne ressente que rarement les fameuses enquiloses
si ce n’est les genoux, mon point faible… Merci de votre réponse.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Votre
description correspond bien à une polyarthrite rhumatoïde d’emblée sévère. Vous
vous étonnez de l’évolution anarchique de la VS.

Pour
comprendre ce fait, il faut savoir que la vitesse de sédimentation est un
examen simple, mais assez grossier de l’inflammation, quelle qu’en soit
l’origine.
Elle n’est pas spécifique de la polyarthrite rhumatoïde.
Son élévation en présence de phénomènes cliniques d’arthrites laisse bien
entendu soupçonner une P R, mais une vitesse normale n’exclut pas une P R en
évolution. D’autre part, comme vous l’avez observé, un traitement de cortisone
à bonne dose peut effacer rapidement les phénomènes inflammatoires visibles et
normaliser la VS sans arrêter le processus histologique
caractéristique de la maladie.

Vous
décrivez sous ce traitement de cortisone une « quasi-rémission » dès
la première prise de 2o mg : c’est
l’effet
« miracle 
» constaté dès l’introduction de ce médicament, qui
pousse malheureusement à l’
«escalade ».
D’autre part, la variation de la dose journalière complique l’appréciation de
la situation clinique réelle.

Nous
le répétons : la vitesse de sédimentation ne peut en aucun cas être un
critère de rémission, lorsque cet examen se normalise. Par définition, la
rémission d’une P R se définit sur la base de critères ACR : raideur
douloureuse matinale inférieure à 15 minutes, absence de fatigue, pas de
douleur articulaire ni de douleur à la pression, pas de synovite, VS inférieure
à 30 chez la femme et à 20 chez l’homme. Cinq de ces six critères doivent être
remplis pendant au moins deux m ois.

Mais
venons-en à votre
traitement. Le
plus important, c’est le traitement de fond, qui a l’ambition de traiter la
maladie elle-même. Très justement, vous avez commencé à fin septembre 2005 un
traitement de Methotrexate (Novatrex) qui ne paraît pas avoir suffi à maîtriser
la maladie puisque vous êtes dans l’obligation de prendre encore de fortes
doses de cortisone. Dans la stratégie actuellement proposée, on envisage à ce
stade une
poursuite du Methotrexate en association avec un autre
traitement de fond
(MTX et Salazopyrine ou hydroxychloroquine pour les cas
d’agressivité moyenne, MTX et anti-TNF pour les cas les plus sévères). Votre
rhumatologue est le seul compétent pour décider d’une telle stratégie puisqu’il
possède tous les éléments d’appréciation.

Encore quelques mots au sujet de la cortisone. On
admet que les effets secondaires sont
« tolérables »
en-dessous d’une dose journalière de 10 mg de Cortancyl
. Il serait donc
important que la nouvelle stratégie (à définir avec votre médecin) puisse vous
permettre de revenir en-dessous de ce seuil.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022