Skip to Content
Polyarthrite
Question 539
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 539

mark2_2.gif

Bonjour,
Je me permets de laisser un message parceque je trouve beaucoup
d’explications concernant le rhumatisme à hydroxyapatite sur toutes les
articulations, mais moi je sors du CHU avec ce problème aux cervicales.
Je ne trouve personne qui en parle. Un sujet vaguement évoqué mais qui
concerne les enfants. J’ai 39 ans! Visiblement je suis un cas isolé, mais
pourriez-vous me dire ce qui peut en être la cause?
Merci

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Les
réponses
  90, 95, 220 et 426 vous apporteront des éclaircissements sur le rhumatisme à hydroxyapatite. Bien que
cette affection n’ait rien à voir avec la polyarthrite, qui est te thème
essentiel de ce site, nous vous apportons quelques compléments pour replacer
cette pathologie parmi les très nombreuses maladies qui touchent l’appareil
locomoteur.

Parmi
les arthropathies microcristallines, c’est-à-dire les maladies articulaires
dues à la présence de microcristaux dans les tissus articulaires ou annexes de
l’articulation, on distingue essentiellement trois types différents :

  • la goutte (cristaux d’urate de sodium)
  • la chondrocalcinose, ou arthropathie
    pyrophosphatique (cristaux de pyrophosphate de calcium déhydraté)
  • le rhumatisme à hydroxyapatite ou
    rhumatisme apatitique, ou maladie des calcifications tendineuses multiples (cristaux
    d’hydroxyapatite, cristal constitutif du tissu osseux).

Les
manifestations cliniques de ces trois pathologies sont assez caractéristiques,
pour que le diagnostic puisse être différencié. Mais, le plus souvent, c’est la
radiologie (y compris les nouvelles méthodes d’imagerie) qui sera appelée à
confirmer l’impression clinique. Mais le diagnostic définitif se basera sur la
mise en évidence du cristal responsable
dans le liquide synovial ou dans un tissu articulaire. Dans la plupart des cas,
les manifestations vont concerner les articulations périphériques, mais
l’atteinte du rachis, bien que beaucoup plus rare, ne doit pas être exclue.
Dans ce dernier cas, on va se heurter à une difficulté majeure pour
différencier la chondrocalcinose du rhumatisme à hydroxyapatite : on devra
se contenter de l’imagerie, puisque la mise en évidence directe du cristal
responsable ne sera pas réalisable.

Dans
votre cas particulier, nous ne connaissons que votre âge (39 ans), votre
diagnostic de rhumatisme à hydroxyapatite et la localisation cervicale. Nous ne
savons rien des manifestations cliniques (douleurs en crise ou continues,
fièvre éventuelle ?) et rien des constatations radiologiques. Donc, nous
ne savons pas sur quelles bases ce diagnostic a été évoqué (autres
manifestations périphériques ?).

On
sait que les cristaux de pyrophosphates peuvent être localisés dans les disques
intervertébraux et dans les structures capsulo-ligamentaires, par exemple, au
niveau cervical, dans les ligaments longitudinaux, ou le ligament transverse de
l’atlas, ou le ligament alaire. Par contre, l’hydroxyapatite se retrouvera
essentiellement dans les structures capsulo-tendineuses, à l’exception des
disques eux-mêmes. C’est ainsi que le syndrome de l’odontoïde couronnée (calcifications
autour et au-dessus de l’apophyse odontoïde de la deuxième vertèbre cervicale)
a été décrite dans la chondrocalcinose et dans le rhumatisme apatitique.

Vous nous demandez en outre quelle pourrait être la
cause du rhumatisme apatitique. On sait que les facteurs qui président à la
formation de ces dépôts sont entre autres les dégénérescences tendineuses,
comme par exemple celle du tendon du sus-épineux au niveau de l’épaule. Par
contre, on n’a souvent pas d’explications pour les calcifications tendineuses
multiples. Si ce diagnostic est confirmé chez vous, il conviendrait d’exclure
un diabète, une insuffisance rénale ou une connectivite.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022