Skip to Content
Polyarthrite
Question 56
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
56

mark2_2.gif

Je souffre d’hyperostose engainante (maladie de Forestier)et je voudrais
connaître le traitement – qui pourrait être adéquat – pour combattre cette
maladie.
J’ai 44 ans et je souhaiterais pouvoir continuer ma vie professionnelle et
familiale.
Est-ce que cette maladie est considérée comme faisant partie des pathologies
lourdes ?
Merci de votre réponse.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vous nous dites que vous souffrez
d’une hyperostose engaînante (maladie de Forestier).

La maladie décrite par
Forestier en 1950 sous le terme d’hyperostose vertébrale ankylosante,
est également connue sous les termes d’hyperostose ankylosante, de spondylose
hyperostosante et de diffuse idiopathic skeletel hyphostosis (DISH).

Cette image radiologique
(car il s’agit souvent d’une découverte radiologique fortuite) est assez fréquente
après 50 ans. Elle concerne environ 3 fois plus d’hommes que de femmes. 30 à
50 % ont un diabète patent ou latent et beaucoup sont obèses. C’est la
raideur dorso-lombaire qui est au premier plan, alors que les douleurs ne sont
pas obligatoires, ou au second plan.

Dans votre cas particulier,
je suis surpris d’une part par votre jeune âge (44 ans) et d’autre
part par le fait que vous souffrez. En conséquence, je me demande si le
diagnostic de spondylarthrite ankylosante (pelvi-spondylite, maladie de
Bechterew) a pu être définitivement exclu. Il s’agit en effet d’une
maladie douloureuse qui touche en grande majorité les hommes et qui
commence surtout à un âge plus jeune. Chacune de ces deux maladies a
des caractéristiques radiologiques (pas toujours faciles à différencier). La
spondylarthrite touche les articulations sacro-iliaques avant de s’intéresser
à la colonne. L’hyperostose se manifeste aussi au niveau de la hanche et aux
points d’insertion des tendons et des ligaments (par ex. rotule, pied, olécrane).

De plus, la spondylarthrite
s’accompagne volontiers (mais pas toujours) d’une élévation de la vitesse
de sédimentation, ce qui n’a pas de raison d’être le cas dans
l’hyperostose vertébrale ankylosante.

Vous comprendrez qu’il
n’est pas possible de parler de traitement et de pronostic avant que ce
diagnostic différentiel soit précisé, auprès d’un spécialiste en
rhumatologie.

Pour
répondre à votre dernière question, je dirai que la spondylarthrite peut
avoir de lourdes conséquences sur le pronostic fonctionnel, ce qui n’est
habituellement pas le cas pour l’hyperostose vertébrale ankylosante.

 Votre
témoignage

Cher collègue, tout comme vous  je souffre de cette
maladie diagnostiquée il y a six mois. J’en suis au même point que vous; elle ne
devrait pas être très douloureuse, mais j’ai les mêmes maux et je me pose la
question : est-ce simplement une hyperostose engainante ?

Bien que j’ai 64 ans, je suis interessé par toutes
les informations sur l’évolution de cette maladie. Je vous souhaite tout de même
de bonnes fêtes de fin d’année.

 

Je suis également atteint par cette affection qui se manifeste par des
douleurs intermittentes et aiguës notamment la nuit.
Bizarrement,
l’hyperostose se concentre sur le côté droit des dorsales, et se traduit
par une irradiation intercostale très gênante. D’ailleurs, intrigué par la
persistance des douleurs au côté droit, je craignais et suspectais une
pathologie organique pulmonaire ou hépatique.
Ce sont les examens
radiologiques qui ont écarté cette hypothèse et mis en relief cette
atteinte du rachis dorsal appelée hyperostose vertébrale engainante. Le
problème est maintenant de trouver un traitement efficace sachant que les
anti-inflammatoires classiques sont quasiment sans effets.

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022