Skip to Content
Polyarthrite
Question 573 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 573

Question: 

J’ai passé une IRM qui a confirmé que je souffrais d’une spondylarthrite ankylosante. Je vais passer d’autres examens le 11 avril 2007 au CHU de Limoges pour une autre confirmation, car la vitesse de sédimentation et la crp ne sont pas inflammatoires. J’ai des douleurs au bassin, aux côtes, talagies, tendinites d’achille, douleurs fessières et aux cuisses. Je prends de la salazopirine, 6 par jour. Pensez-vous à cette maladie et quels sont les effets secondaires du traitement ? Merci de me répondre.

Réponse: 

Le tableau douloureux que vous décrivez, avec des localisations au niveau du bassin, des côtes, des talons, des tendons d’Achille, des fesses et des cuisses, est très évocateur d’une pelvispondylite rhumatismale (spondylarthrite ankylosante, maladie de Bechterew). Les tests de l’inflammation ne sont pas forcément positifs de façon constante, ils méritent d’être répétés. Sur le plan biologique, la présence d’un antigène d’histocompatibilité HLA-B27 est un argument en faveur de ce diagnostic.

Les radiographies standard de la colonne lombaire et des sacro-iliaques peuvent suffire pour affirmer ce diagnostic, mais dans les cas douteux, il faut effectivement faire appel à d’autres méthodes d’imagerie.

La Salazopyrine est habituellement prescrite à doses progressives jusqu’à 2,0 g par jour, puis jusqu’à 3,0 g/jour s’il n’y a pas de réponse avec les doses précédentes.

Parmi les effets secondaires possibles, on relève des troubles digestifs (anorexie, nausées, vomissements, douleurs abdominales) et des réactions cutanées. Il est recommandé, dans les phases initiales de ce traitement, de contrôler la formule sanguine et les tests hépatiques.

Theme: 

POLYARTHRITE © 2022