Skip to Content
Polyarthrite
Question 591
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 591

mark2_2.gif

En mars 2007, 1 mois et demi après l’accouchement de mon 3e
enfant, j’ai ressenti des arthralgies sur mains, poignets, coudes, épaules,
chevilles, genoux. Ayant des antécédents de PR dans la famille (grand-mère
paternelle), j’ai fait des examens, qui se sont révélés normaux, sauf, la VS, légèrement augmentée (25mm)
et les anticorps anti ccp (47UI/ml). J’ai vu un rhumatologue, qui m’a fait
passer radios (mains) et echos (pieds, épaules), normales. Depuis, j’ai toujours
des douleurs, régulièrement, mais supportables (pas de traitement, j’allaite
encore mon fils). Le rhumatologue (que je revois dans 2 mois) est resté
relativement évasif sur le diagnostic. Vu la spécificité des anticorps anticcp,
le diagnostic de PR est-il certain ? s’agit-il d’un dépistage très précoce ou y
a t-il un autre diagnostic possible ? (je précise que j’ai fait une prééclampsie
sévère+ helpp syndrom lors de mon accouchement, alors que les 2 précédents
étaient normaux, qu’un bilan complet a été fait, avec tous les résultats normaux
(sauf le fer). Merci d’avance de votre réponse.

Complément

Après votre réponse, je me suis posée des questions complémentaires: j’ai
aussi dans le pli du coude une petite irritation, apparue il y a un mois (après
une piqûre de moustique), qui a d’abord disparu, puis est revenue il y a quelques
jours. Mon rhumatologue a vu cette irritation, mais ne m’a pas parlé d’un
éventuel psoriasis. Mon mari qui est médecin pense que ça pourrait ressembler à
du psoriasis, (l’irritation est rouge, avec une peau sèche et qui desquame
dessus, et suit les plis de l’intérieur du coude). Il n’y a pas du tout de
psoriasis dans la famille. Peut-il s’agir alors d’une polyarthrite psoriasique
et comment différencier les deux maladies? Pensez-vous qu’il faut que je revoie
plus rapidement mon rhumatologue ? (Mon prochain rendez-vous est dans 3 mois)

Je vous remercie pour la qualité de vos réponses.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

A
l’âge de 34 ans, six semaines après un accouchement, vous commencez une
affection douloureuse
  et symétrique des
articulations périphériques. Vous parlez d’
arthralgies
(ce qui signifie douleurs des articulations), mais vous ne décrivez pas de
signes inflammatoires, soit de
tuméfactions articulaires (épanchement articulaire et/ou épaississement de la
synoviale articulaire) ni d’atteinte des tendons (ce qui est particulièrement
fréquent au niveau des tendons fléchisseurs ou extenseurs des doigts). Vous ne
signalez pas de
rythme particulier
pour ces douleurs (rythme nocturne-matinal avec dérouillage prolongé le matin
dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde).

Le
tableau était certainement caractéristique pour votre médecin, puis qu’il a
orienté les examens sanguins vers ce diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.
Mais, comme nous l’avons souvent dit dans ces réponses, toutes les preuves ne
peuvent pas être présentes dans la phase initiale.

La
confirmation de ce diagnostic peut être apportée tout d’abord par
l’examen clinique spécialisé (recherche des signes inflammatoires et des
épaississement synoviaux sur les petites articulations périphériques). Parmi
les
examen sanguins, l’élévation (modérée)
de la vitesse de sédimentation parle pour une composante inflammatoire, mais
sans spécificité.
Les anticorps anti-CCP
ont par contre un
  très haut degré de
spécificité
(de l’ordre de 95%) pour la polyarthrite rhumatoïde. C’est le
plus souvent la technique ELISA qui est utilisée, les résultats sont donnés en
chiffres : 10 – 20 – 30 et jusqu’à 100.
Mais le seuil de positivité
doit être déterminé par le laboratoire
en question, car il dépend de la
technique utilisée, cela dépend aussi du fait que l’on a recherché les anti-CCP
1 ou les anti-CCP 2. Pour le rhumatologue, il s’agit de savoir si ces anticorps
ont été mis en évidence ou non.

Actuellement
(tout cela est encore nouveau), il est recommandé d’associer la recherche du
facteur rhumatoïde et des anti-CCP. Si les deux sont positifs, le diagnostic
est quasi certain (à noter que ces anti-CCP peuvent être positifs dans le
psoriasis cutané, avant toute participation articulaire objective).

A noter d’autre part que l’imagerie moderne, notamment l’IRM et l’ultrasonographie des mains, joue un
rôle très important dans la confirmation du diagnostic de PR, au stade initial.
Avant de déterminer un programme thérapeutique souvent assez lourd, il importe
en effet de s’entourer de preuves suffisantes.

Complément

La
description que vous donnez de cette petite tache apparue dans le pli du coude
n’est pas évocatrice d’une lésion psoriasique. D’une part, les lésions cutanées
d’origine psoriasique ont plutôt tendance à se localiser à la face d’extension
du coude (région de l’olécrane). D’autre part, vous nous dites que cette lésion
a disparu, puis est revenue il y a quelques jours, ce qui ne «colle »pas
avec un tel diagnostic, de même que la localisation qui suit les plis du coude.
Les dermatologues ont des tests précis pour confirmer ou exclure ce diagnostic.

Vous
nous demandez comment différencier la polyarthrite rhumatoïde de la
polyarthrite psoriasique. Pour cela, nous nous permettons de vous renvoyer aux
réponses
109, 119, 142, 180, 346, 564, 565,
576
, dans lesquelles ce sujet a été évoqué.

A
notre avis, il n’y a pas de raison de demander à votre rhumatologue un
rendez-vous avancé à cause de cette lésion cutanée peu caractéristique.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022