Skip to Content
Polyarthrite
Question 61
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
61


mark2_2.gif

Bonjour, je vous remercie pour votre réponse.
Pour compléments d’informations, ma maman fait des lavages du côlon. Cela lui
a fait beaucoup de bien. En tout cas ces derniers temps son état est stable et
va mieux. Je voulais vous demander si la météo change beaucoup le niveau du
mal. Cet été, ma mère était en Turquie et elle n’a rien senti là-bas!!!
est-ce
vrai que l’on a plus mal dans les endroits où l’humidité est plus grande?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Ce problème de
l’influence du climat, respectivement de la météorologie sur les douleurs et
l’évolution même de la polyarthrite a fait l’objet de très longues
discussions dans les congrès médicaux, depuis le début du XIXe siècle déjà.

Cette question est complexe
d’une part à cause de l’évolution « capricieuse » de la
maladie et d’autre part à cause des multiples facteurs, y compris des
facteurs psychologiques, qui peuvent avoir une influence sur les douleurs
ressenties. Beaucoup de rapports sont basés sur des notions anecdotiques :
amélioration ou au contraire aggravation lors d’un changement de lieu, amélioration
en cas de temps sec et chaud (à condition de ne pas exposer au soleil les
articulations enflammées), aggravation par temps froid et humide, etc.

Une chose est certaine :
la polyarthrite est plus fréquente dans les pays nordiques que dans les pays
bordant la Méditerranée. Mais ce fait s’explique essentiellement par la prédisposition
génétique : lorsque des individus sont transplantés dans un climat très
différent, ils gardent le même « risque polyarthrite » que dans
leur pays d’origine.

Pour avoir un jugement plus
précis, un auteur avait en 1961 placé des polyarthritiques dans un « climatron »,
où la pression barométrique, la température et le degré d’humidité
pouvaient être modifiés. Il résulte de cette étude que certains malades
sont plus météorosensibles
que d’autres. Les phénomènes
articulaires douloureux s’aggravaient dans les heures qui suivaient une augmentation
du taux
hygrométrique combinée avec une chute de la pression
atmosphérique
.

Dans une longue pratique
rhumatologique, je me souviens de quelques patients privilégiés qui
choisissaient de passer quelques mois d’hiver au sud de l’Espagne ou aux
Caraïbes et qui étaient très satisfaits de cette solution. Mais beaucoup
d’entre nous aimeraient aussi bénéficier d’un tel séjour prolongé.

En aucun cas ces
constatations anecdotiques ne peuvent justifier un changement de domicile dans
un plan thérapeutique de polyarthrite.

Vous
trouverez d’autres renseignements sur la polyarthrite en consultant sur le même
site les réponses aux questions 10, 14, 23, 34 et 35.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022