Skip to Content
Polyarthrite
Question 621
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 621

mark2_2.gif

Au début août 2007, j’ai été saisi de douleurs très vives
au niveau de la nuque, des épaules, de la ceinture lombaire et des genoux.
Elles ont été accompagnées d’une poussée de fièvre (39°). Consulté en urgence
pendant la crise le médecin a procédé à une analyse du sang et a constaté un
dosage CRP de 142, une augmentation de la vitesse de sédimentation mais pas d’augmentation
des globules blanc.
Sur la base de ces résultats il a retenu la probabilité d’une polymyalgya
rheumatica, diagnostic qui serait confirmé si après 3 à 4 jours de prise de
prednison (20 mg) les douleurs disparaissaient. Tel a bien été le cas. Un
nouveau contrôle le 27.09 a vu la CRP tomber à 8 et la vitesse de sédimentation
à 2. Depuis lors, la dose de prednison, réduite à 10 mg dès début septembre, a pu
être abaissée à 7,5mg. cellle de Calcimagon restant à 2 comprimés par jour.
Je n’ai plus du tout de douleurs et j’ai une activité normale avec, notamment
fitness deux fois par semaine.
Puis-je considérer le diagnostic consolidé ou faut-il encore procéder à un
bilan rhumatologique complet?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

La description que vous nous donnez
est très évocatrice du diagnostic de
polymyalgia
rheumatica (ou pseudo-polyarthrite rhizomélique) comme vous le constaterez en
consultant les réponses
 44, 71bis, 88, 274, 353, 360, 369, 535, 579.
Ce terme de pseudo-polyarthrite rhizomélique indique bien que l’affection est
d’origine inflammatoire, qu’elle peut avoir certaines analogies avec la
polyarthrite, mais qu’elle se cantonne aux articulations de la racine des
membres. Sur le plan du laboratoire, elle est caractérisée par une élévation
très importante de la vitesse de sédimentation (vous ne nous dites pas le chiffre)
et de la CRP. La preuve est apportée, comme dans votre cas par la réponse
spectaculaire à des doses modestes de cortisone. Votre âge est tout à fait
compatible avec un tel diagnostic.

Dans les mêmes réponses, vous verrez
que nous évoquons la possibilité d’une association avec l’artérite temporale (ou
maladie de Horton). Dans ce cas, on observe des maux de tête, à localisation
surtout temporale, avec parfois une tuméfaction visible de l’artère temporale
sur la tempe. Cette association mérite d’être exclue par votre médecin, en
raison des complications qu’elle peut entraîner, notamment sur le plan
oculaire, et de l’adaptation de la dose de cortisone qu’elle justifie.

Dans la polymyalgia isolée, le traitement de cortisone, à doses très
lentement dégressives
, doit être
maintenu longtemps
, sous contrôle de la vitesse de sédimentation, et cela
même si la réponse a été rapide et spectaculaire comme dans votre cas.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022