Skip to Content
Polyarthrite
Question 632
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Opératoires

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 632

mark2_2.gif

Bonjour,
je m’appelle Nouria j’ai 41 ans. Depuis l’âge de 15 ans, je souffre de PR. Pour
résumer, je n’ai pas une seule articulation en bon état; opérée des genoux et des
hanches (prothèses totales), je dois dire que je remarche beaucoup mieux. Mais, ce
qui me tracasse ce sont mes cervicales qui sont très douloureuses et très
raides. Chaque année je fais une IRM pour savoir si on opère, mais le chirurgien
hésite car je suis trop jeune et que le bénéfice de l’opération n’est pas très
important.

Malgré
divers traitements (enbrel, cortancyl, contramal…) je souffre toujours
autant.

Je
voudrais me faire opérer de mes cervicales, mais j’ai très peur car le chirurgien
m’a dit qu’il me bloquerait la tête lors de la pose des arthrodèses et que je
devrai vivre avec la même position.

J’ai très
peur aidez-moi svp car je suis à bout merci.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Le traitement chirurgical des complications cervicales de
la polyarthrite est évoqué dans la réponse à la question
 1, mais vous pouvez trouver
des renseignements complémentaires sur le même site :
www.polyarthrite.ch/conferences/conf3.htm.

La polyarthrite atteint de préférence
les articulations périphériques, mais les lésions cervicales dues à cette
maladie sont loin d’être rares. Il est démontré que
cette fréquence est
particulièrement élevée dans les formes à début juvénile 
; elle croît
avec la durée d’évolution. Cette complication
 
n’est pas seulement la source de douleurs pénibles, mais elle expose à
des
complications neurologiques, car
les structures nerveuses (moelle épinière et racines nerveuses cervicales) sont
alors mal protégées par le canal osseux devenu incompétent.

Comme vous pouvez le voir en consultant le résumé de la
conférence mentionnée, on distingue trois types de localisation, provoquant
chacune des subluxations caractéristiques :

  • subluxation antéro-postérieure entre l’atlas (I) et l’axis (II)
  • subluxation verticale
    atlas-axis
  • subluxation sous-axiale entre les vertèbres  C III et C VII

Dans les cas les plus sévères, ces différents types
peuvent être associés.

Sur le plan thérapeutique, il
faut dire que la
simple immobilisation
par un moyen de contention
ne suffit pas.
Le seul moyen de prévenir les complications neurologiques réside dans une
intervention chirurgicale. Si on repousse la date de l’intervention, on risque
de se trouver d’une situation plus délicate, ce qui rend l’opération plus
risquée.

Il est clair qu’il s’agit
d’une chirurgie très délicate, qui se pratique dans des centres spécialisés
disposant d’une infrastructure technique importante ( le système dit « de
navigation » permet un repérage anatomique très précis en cours
d’opération ). Dans notre pays, on se réfère entre autres à l’Hôpital
Orthopédique de Lausanne (Dr C. Schizas). L’énoncé de votre question ne nous
permet pas de savoir où vous habitez. En conséquence, nous ne savons pas si
vous pouvez bénéficier d’une prise en charge spécialisée.

En ce qui concerne maintenant
le blocage de la tête, cela dépend évidemment de l’extension des lésions, donc
de l’extension des blocages (arthrodèses) réalisées lors de l’intervention.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022