Skip to Content
Polyarthrite
Question 633
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 633

mark2_2.gif

J’ai 33 ans. J’ai été diagnostiqué fibromyalgique il y a 2
ans après plus de 3 ans de douleurs.
Mais mon médecin généraliste n’y croit pas et me parle de rhumatismes
inflammatoires.
Mes symptômes : J’ai très mal le matin. Je me sens raide et mes articulations craquent
(surtout au niveau du cou) J’ai des nodules sur les avant bras et dans le dos.
J’ai de terribles douleurs au niveau des bras, épaules et cou (accompagné de
craquements incessants) qui m’empêchent parfois de respirer correctement car la
douleur descend jusque sur mes côtes. J’ai aussi des douleurs dans le bas du dos si
je suis trop longtemps debout.
On m’a aussi diagnostiqué un début de discarthrose en 2006.
En plus de tout ça je suis très fatigué, j’ai des troubles digestifs ainsi que
des poussées de « mycoses » au niveau des coudes. J’aimerasi savoir ce que vous en
pensez.
Je dois aussi vous préciser que je ne suis pas réveillé par la douleur la nuit (seulement
de temps à autre par mes troubles digestifs).
Cela fait + de 2 ans que je me pose des questions.
Je serais vraiment très heureuse si vous pouviez m’aider
Merci

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vos problèmes douloureux ont donc commencé en 2002, soit
à l’âge de
28 ans. Vos douleurs, que vous qualifiez de « terribles », concernent les bras,
les épaules, le cou, le thorax, le bas du dos. Vous parlez de
raideur, sans préciser s’il y a une
limitation fonctionnelle de telle ou telle articulation. Vous insistez sur les
craquements « incessants ». Vous ajoutez que vous êtes très fatiguée.

Trois ans après les premiers symptômes, on a donc posé le
diagnostic de fibromyalgie. Cinq ans après les premiers symptômes, votre
médecin généraliste évoque le diagnostic de rhumatisme inflammatoire,
sous-entendu de polyarthrite.

Il n’est pas exceptionnel que ces deux diagnostics soient
confrontés, comme vous le verrez en consultant les réponses
  34, 197, 209, 265, 328, 354,
507 et 600.

Il est peut-être utile de faire un bref rappel
historique. C’est en 1904 que Gowers, neurologue anglais, a utilisé
l’appellation de « 
fibrosite »
pour désigner l’inflammation des « tissus fibreux des muscles ». Il
faut attendre 1970 pour que le cadre du concept se précise, notamment sous
l’influence du canadien Smythe. On décrit alors des « tender points »
correspondant à des insertions musculaires particulièrement. Avec la
connaissance de ce syndrome, les cas se multiplient (on admet actuellement une
incidence de 2%, dont 90% de femmes). Les dénominations se multiplient aussi.
On a compté 38 noms différents pour désigner le même tableau, parmi lesquels
nous citerons : polyinsertionite, SPID (syndrome polyalgique idiopathique diffus),
polyenthésopathie, totalgie, tendinomyopathie généralisée, rhumatisme des
tissus mous, etc… C’est en 1990 que sont publiés par l’American College of
Rheumatology les critères de classification de ce syndrome qu’on appelle
désormais unanimement la
fibromyalgie.

D’emblée, nous pouvons vous dire que les craquements, les
douleurs thoraciques, les dorsalgies et lombalgies, les troubles digestifs et
la grande fatigue
ne font pas partie du
tableau clinique de la polyarthrite.

Si votre médecin généraliste évoque maintenant le
diagnostic de polyarthrite, c’est qu’il a dû, par l’anamnèse, l’examen clinique
et les examens de laboratoire, recueillir des
arguments nouveaux en faveur de ce diagnostic. Dans votre
description, nous ne retrouvons pas les localisations périphériques et
grossièrement symétriques de la polyarthrite, nous ne retrouvons pas la
description d’au moins une synovite. Nous ne savons rien des résultats
d’éventuels examens sanguins, ni de radiographies périphériques. Comme pour la
fibromyalgie, il existe pour la polyarthrite rhumatoïde des critères
internationaux de diagnostic. Cinq ans après les premiers symptômes, il nous
semble qu’une polyarthrite aurait dû se manifester par des symptômes cliniques,
des tests sanguins et des images radiologiques permettant de satisfaire aux
critères de diagnostic.

Il reste pour nous un point
d’interrogation. Vous nous parlez de « 
nodules » sur les avant-bras et dans le dos. Localisation
exacte ? consistance ? coloration ? douloureux ou non ?
Vous nous parlez aussi de « 
mycoses »
au niveau des coudes. Si ces lésions sont situées non pas dans le pli du coude,
mais à l’opposé, sur l’olécrane, on pourrait se demander s’il ne s’agit pas de
lésions psoriasiques, ce qui pourrait remettre tout en question !

 

Je reviens à nouveau vers vous tout d’abord pour vous
remercier pour votre réponse.
En ce qui concerne mes mycoses elles se situent sur l’oléocrane des coudes.
Quant a mes nodules ils ne sont pas douloureux au toucher et les plus gros apparemment
ne doivent pas faire 1 cm et se situent sur le dessus des bras plus exactement
des avants bras et d’après ma kiné dans le dos. Ma dernière prise de sang
révèle un taux de lymphocytes de 4300 mais étant fumeuse le médecin me dit que
tout est normal. J’ai des antécédents d’arthrose dans ma famille. Sinon malgré
la sensation de fièvre que je ressens le matin ma température est normale. En
cas de douleurs les endroits douloureux sont très chauds. J’ai les doigts et
les poignets qui gonflent le matin. Quant à la limitation fonctionnelle des
articulations : je ne peux garder les bras en l’air (pour faire les vitres par
ex) je ne peux pas lire un livre en étant assis cela me donne trop mal au cou,
lorsque je descends d’une voiture j’ai très mal à la hanche, si j’écris trop
longtemps j’ai mal aux avant bras, je fais du yoga et les exercices où on est
debout et on doit se pencher vers la droite ou la gauche sont très douloureux,
les mouvements avec les mains dans le dos tendues vers le haut sont impossibles
ainsi que tout mouvement demandant un appui sur les bras  etc. Voilà tout
ce que je pouvais vous préciser. Encore merci.

 

Dans votre second message, nous trouvons effectivement
des arguments qui pourraient parler en faveur d’une polyarthrite
rhumatoïde :

  • Prédominance matinale
  • Impression de chaleur sur
    les endroits douloureux
  • Tuméfaction matinale des
    poignets et des doigts
  • Douleurs à l’appui sur
    les bras (donc sur les mains ?)

En revanche, la localisation que vous nous indiquez pour
les « nodules » ne correspond pas à celle des nodules rhumatoïdes (qui
ne se manifestent pas d’ailleurs au début d’une polyarthrite).

En ce qui concerne les « mycoses » par contre,
la localisation des lésions sur les olécranes nous oriente bien plutôt sur des
lésions psoriasiques. Il faut vous proposer de montrer ces lésions à un
dermatologue : si ce diagnostic est confirmé, ce serait un argument de
plus pour une polyarthrite, dont on sait qu’elle peut être associée au
psoriasis cutané (on parle alors d’arthrite psoriasique, dans laquelle une
localisation rachidienne est aussi possible).

Il est bien évident que, à côté de ces arguments
« cliniques », il faudrait rechercher des arguments biologiques (VS,
CRP, facteur rhumatoïde, anti-CCP) et surtout des arguments radiologiques
  (mains), avec si nécessaire un complément par
IRM.

Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022