Skip to Content
Polyarthrite
Question 685
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 685

mark2_2.gif

Bonjour, je suis diagnostiqué rhumatisme palindromique
depuis bientôt 8 ans et j’ai essayé plusieurs médicaments. Rien à faire
toujours les mêmes douleurs. Je suis maintenant sur le topamax, mais les crises
sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus fortes. Je prends aussi la
codéine en crise et des anti dépresseurs pour le sommeil réparateur. Ma rhumatologue
me dit que je dois « endurer » mes douleurs elle ne voit pas la nécessité
de prendre du métotrexate!
Pourtant la sédimentation est toujours au dessus de 40, et mes CPK toujours élevée
aussi. Alors je ne comprends pas!!!!!
En 6 mois je me suis retrouvé à l’hôpital 3 fois pour douleurs, quoi faire???Aidez-moi,
svp!!!!

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

L’ « étiquette » de rhumatisme palindromique (palin veut dire « de nouveau »)
a été attribuée à certaines formes de rhumatisme inflammatoire à évolution
inhabituelle. Il s’agit de patients présentant des manifestations de rhumatisme
inflammatoire sous forme de crises durant
quelques
jours
à peine, crises séparées par des intervalles
libres de plusieurs semaines
.

L’étiologie de ces formes rares est discutée. Cette
évolution très inhabituelle peut correspondre par exemple à des crises d’
arthrite micro-cristalline, ou à la fièvre méditerranéenne, ou à une maladie de Behçet, ou à une sarcoïdose, ou à une hydarthrose intermittente, ou à une maladie
de Whipple
ou encore à une arthrite
réactive
. Si ces différentes possibilités sont écartées,
la question se pose de la façon suivante : s’agit-il réellement d’une
maladie en soi ou bien s’agit-il d’une
forme
évolutive particulière de la
polyarthrite
rhumatoïde
. On admet que 50% des cas classés initialement comme rhumatisme
palindromique évoluent vers une polyarthrite rhumatoïde
« classique ». Dans votre cas particulier, nous ne connaissons pas
l’évolution précise dans le temps, ni les constatations cliniques, ni les
localisations de l’inflammation. Vous pourrez trouver plus de détails en
consultant sur ce site les réponses
  117, 234, 532, 572.

Sur le plan du laboratoire, vous nous dites que la VS est
toujours au-dessus de 40, ce qui parle déjà contre le diagnostic de rhumatisme palindromique. Qu’en
est-il de la CRP ? Nous ne connaissons pas les résultats de la recherche
du facteur rhumatoïde. En revanche, vous nous dites que les CPK sont toujours
élevées (combien ?). La Créatine-phosphokinase (CPK) est donnée comme
inférieure à 195 UI/L chez l’homme et à 170 UI/L chez la femme. Il s’agit d’un
test qui reflète différentes pathologies musculaires, mais qui peut s’élever
également dans certaines affections du muscle cardiaque, dans l’hypothyroïdie
et parfois sous l’effet de la consommation de statines. Nous ne savons pas pour
quelles raisons ce test a été demandé chez vous. La suite nous intéresse…

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022