Skip to Content
Polyarthrite
Question 691
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 691

mark2_2.gif

Bonjour,
depuis juillet 2007 douleurs aux deux chevilles et au poignet gauche,
échographie = tendinite. Ensuite, douleurs diffuses, plus ou moins marquées,
surtout après effort.
Depuis quelques semaines réapparition de fortes douleurs surtout la nuit à type
de brûlures et d’élancements, raideur après un moment d’inactivité et grosse fatigue.
Bilan biologique récemment réalisé, montre, VS à 25 et 56mm. CRP à 3mg/l. coeff
de saturation en fer de la transferrine à 14%. Hyper gamma-globulinémie
apparemment polyclonale. Waaler rose = recherche positive. Présence d’IgG à
taux significatif. Sérodiagnostic du Parvovirus B19, Ac de type IgG à 6.5.
Scintigraphie osseuse normale pour l’âge.
Pensez-vous que je suis vraiment atteinte de polyarthrite rhumatoïde
(actuellement sous Plaquénil depuis quelques jours).
Merci de votre réponse. Cordialement.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vous nous demandez notre avis quant au diagnostic de
polyarthrite rhumatoïde qui a été posé pour vous, en nous apportant quelques
arguments…

Commençons par l’anamnèse.
La localisation des douleurs initiales (deux chevilles et poignet gauche) est
compatible avec un tel diagnostic. Nous
ne savons pas si les douleurs plus récentes ont la même localisation. Avez-vous
remarqué des modifications au niveau des articulations douloureuses (tuméfactions,
limitations, chaleur locale ?). Une prédominance nocturne-matinale des
douleurs, avec raideur de plus de 30 minutes au réveil, pourraient être un
argument supplémentaire. La fatigue est habituelle dans cette affection.

Nous ignorons tout des constatations qui auraient pu être
faites lors de
l’examen spécialisé de l’ensemble de vos
articulations
(enflures, épaississement des gaines tendineuses, limitations
douloureuses de certaines amplitudes articulaires, nodosités etc…)

Dans le bilan
biologique
, nous retenons que la vitesse de sédimentation (25/56) est
nettement augmentée, alors que la CRP est encore dans les limites
physiologiques. Le test de Waaler-Rose
 
donné comme positif sans indication quantitative doit être interprété
avec réserve. Il s’agit d’une méthode déjà ancienne, qui mériterait d’être
complétée par une autre méthode de recherche du facteur rhumatoïde et surtout
par la recherche des anticorps anti-CCP, beaucoup plus spécifiques de la
polyarthrite rhumatoïde.

Dans le séro-diagnostic
du Parvovirus B 19, on a mis en évidence des anticorps de type IgG à 6,5. Ce
fait témoigne d’une infection ancienne, surtout si en parallèle, les anticorps
IgM sont négatifs.

Dans les techniques
d’imagerie
, on emploie pour commencer la radiographie des mains, puis en
cas de doute l’échographie ou l’IRM. Ces techniques peuvent démontrer des
images caractéristiques de la polyarthrite, que sont en particulier les
synovites, ténosynovites, érosions ou kystes osseux. A-t-on dans votre cas parlé
de tendinites ou plutôt de ténosynovites ? Quant à la scintigraphie
osseuse, elle peut mettre en évidence une inflammation ostéo-articulaire,
quelle qu’en soit l’origine. Il s’agit d’un examen qui n’est pas spécifique de
la polyarthrite.

En conclusion, il persiste
pour nous aussi quelques doutes, qui pourraient être levés en confrontant les
différentes données avec un examen clinique très attentif du système
articulaire. Ce diagnostic de certitude est difficile, comme nous l’avons
souligné dans plusieurs de nos récentes réponses.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022