Skip to Content
Polyarthrite
Question 695
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 695

mark2_2.gif

Bonjour,
Je vous envoie cette question pour essayer de comprendre un peu mieux ce qui m’arrive.
Depuis un an, je ressens des douleurs dans toutes mes articulations.
Le rhumatologue consulté, après avoir, je crois, fait tout ce qu’il pouvait
faire, me demande d’attendre une inflammation franche pour revenir le voir.
Cela fait plus de 4 mois et je n’ai aucune amélioration, mais pas d’inflammation.
Dois-je attendre encore ou dois-je le reconsulter ou quelqu’un d’autre ?
Vous trouverez après mon « aventure » de façon la plus détaillée possible.
Est-ce que cela vous donne une idée de ce que ça pourrait être ? (je sais bien
que vous ne pouvez pas faire de diagnostic mais mon rhumatologue élude mes
questions et ne m’a pas donné de pistes de compréhension dans le choix de
pratiquer ou non les analyses ou examens).
Les gens autour de moi disent parfois que c’est dans ma tête, qu’à 20 ans on n’a
pas de rhumatisme, et parfois je me demande s’ils n’ont pas raison devant le
flou dans lequel je suis.
Pourriez-vous me répondre par e-mail, s’il vous plait ?
Merci d’avoir pris du temps pour me lire et me répondre.
En  Avril 2007, j’ai commencé à ressentir des douleurs diffuses aux deux
genoux aussi bien allongée que debout. Ces douleurs étant insomniantes et
résistantes aux antalgiques disponibles sans ordonnance, je suis allée
consulter un généraliste après 3 semaines de douleurs, sans signe
inflammatoire, excepté un soir particulièrement difficile (légère enflure,
légère rougeur et chaleur). Celui-ci a immédiatement demandé une analyse
sanguine à la recherche d’un syndrome inflammatoire, ou de maladies plus
spécifiques (waaler rose, test latex), dont tous les résultats sont revenus
négatifs. Je n’ai reçu alors aucun médicament.
Les douleurs sont demeurées, avec quelques jours de tranquillité mais ce sont
accompagnées de boiteries, sensation de dérobements et parfois ressauts à la
marche. J’ai alors commencé à ressentir certains soirs et certaines nuits des
douleurs diffuses dans les phalanges, surtout celles près de l’ongle aux deux
mains.
 Au cours du mois d’août, lors d’activité professionnelle plus physique
que ma vie d’étudiante, j’ai commencé à avoir beaucoup plus mal, parfois à en
pleurer, avec cette fois ci enflure et chaleur, intéressant essentiellement le
creux poplités avec une petite grosseur derrière les deux genoux. Un nouveau
généraliste m’a prescrit un anti-inflammatoire local et AINS. Après quelques
jours sans amélioration, j’ai ressenti une grande douleur à un des genoux, puis
plus de douleur accompagnée d’une légère enflure de la jambe. Cette fois ci le
généraliste vu m’a adressé à un rhumatologue.
Celui-ci m’a expliqué que je venais sans doute de subir la rupture d’un kyste
poplité. Il a alors effectué des radiographies de mes genoux, normales, et
demandé une batterie d’analyses sanguines qui sont toutes revenues négatives.
Après plusieurs consultations  (5 ou 6), les douleurs s’étant étendues aux
mains, poignet, coudes, épaules, et chevilles, les radiographies effectuées
étaient toutes normales.
 Pour éliminer une sarcoïdose, une radiographie de mes poumons a été
effectuée, normale elle aussi.
Au final les examens négatifs concernent :
CRP, VS ; Latex ;waaler rose ;Sérologie Hépatite B ;Antigène  Hbs
;Anticorps anti Hbs ;anticorps anti HBC ; Sérologie E.B.V. Infection ancienne ;
Sérologie Hépatite C ;Sérologie de Lyme ;Sérologie Salmonellose ;Sérologie
Shigelle ;Sérodiagnostique Yersinia ;Anticorps anti Nucléaire (IFI-BMD) ;
Angiotensine convertase ; sérologie gonococcique, mycoplasme, brucellose et
chlamydiae.
Transaminases SGOT ; Transaminases SGPT ; NFS (bien qu’une Hématologue qu’il m’avait
demandé de voir ai trouvé le profil « surprenant ») ; TSH (sauf une fois
ponctuelle) ; Urée ; Créatinine ;
Clearance dans les normales ;calcium ;Phosphorémie ;Electrophorèse des
protides  
Ponction articulaire genou : liquide mécanique.
Je précise qu’il a eu beaucoup de difficultés à obtenir du liquide articulaire
parce que mes genoux ne gonflent pas assez.
Une scintigraphie osseuse a mis en évidence une hyper fixation diffuse de
toutes les zones de douleurs, dont celle des coudes lui paraissait «
inquiétante » et le rapport renvoie des « indices en faveur d’une
polyarthralgie ».
Depuis je ne l’ai pas revu, il m’a dit de ne revenir que lorsqu’au moins un de
mes genoux sera très gonflé pour une échographie. Seulement malgré les douleurs
permanentes, mes genoux ne gonflent pas ou très peu. Après essai de différents
AINS pour traiter la douleur, je suis passée sous Zaldiar rapidement
insuffisant, puis sous contramal LP. Suite à la scintigraphie j’ai eu une
période sous voltarène seulement. Depuis je suis sous contramal LP
quotidiennement, les douleurs ne cèdent qu’en association avec du voltarène ce
que je ne peux malheureusement pas faire longtemps. Elles sont toujours
insomniantes et je reçois du zolpidem.
Il m’arrive parfois d’avoir des plaques sèches prurigineuses au creux des
genoux et des coudes, ou de petites taches rouge sombre disséminées sur le
corps. Ma peau est devenue très sèche sur le visage, et mon médecin m’a
prescrit des crèmes pour cela. Régulièrement depuis décembre, j’ai très mal à
la colonne (surtout nuque et lombaires) et des crises de sciatique. Lorsque j’ai
mal au dos, j’ai beaucoup de mal à me lever le matin. Ces problèmes de dos ne
sont pas nouveaux et j’avais été suivie pour cela entre 2003 et 2005, mais
avait été résolu par des séances de kiné. Lors du premier rendez vous, avec le
rhumatologue, j’avais apporté les rapports médicaux et radiographies de cette
période, mais il ne les a pas regardés en me disant que cela n’avait rien à
voir.
Il n’y a pas d’antécédents de Rhumatisme inflammatoire chronique dans ma
famille, bien qu’il y ai des problèmes d’arthroses parfois déformantes après 60
ans.
Enfin dernière précision, je prenais du lamisil en comprimé depuis 1 mois au
début des douleurs, mais le rhumatologue m’a dit qu’il ne pouvait y avoir aucun
lien, bien que mon généraliste en doute, c’est pourquoi j’ai arrêté ce
traitement en octobre dernier.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Après avoir lu attentivement votre long message, je ne
peux que confirmer deux points :

  • Je ne suis
    personnellement pas en mesure de faire un
    diagnostic à distance, sur la base des éléments que vous
    m’apportez, car je n’ai pas d’accès à l’examen de vos articulations
    douloureuses.
  • Non, ce n’est pas dans la tête, il n’est pas vrai qu’à 20 ans on n’a pas de rhumatisme. Votre description
    précise suffit à le démontrer.

Seulement, voilà, le diagnostic précoce, le diagnostic de certitude de la polyarthrite
rhumatoïde est une tâche difficile,
comme vous le verrez en consultant seulement les dernières réponses
 617,
620, 630, 633, 637, 649, 651, 683
 sur ce même site.

  • Dans l’anamnèse, nous retrouvons des
    arguments de poids :
  • début par des gonalgies
    bilatérales, importantes et nocturnes
  • puis atteinte des deux
    mains, des articulations interphalangiennes
  • poussée de gonalgies
    bilatérales avec vraisemblablement kystes de Baker
  • extension aux mains,
    poignets, coudes, épaules et chevilles.

A ce stade, il n’est pas rare que les
données du
laboratoire soient
décevantes. Il serait judicieux, si cela n’a pas été fait, de recontrôler
  la vitesse de sédimentation, puis de
compléter les examens par une autre méthode de recherche du facteur rhumatoïde
et surtout par la recherche des anticorps anti-CCP.

La radiologie
conventionnelle
est elle aussi décevante sauf peut-être la lecture
attentive des images du carpe et des phalanges. La
scintigraphie osseuse que vous décrivez apporte la preuve non pas
de la douleur que vous ressentez, mais bien de l’inflammation synoviale qui en
est la cause. Elle ne peut pas déterminer la cause elle-même. Pour arriver au
diagnostic, on donne actuellement la préférence a d’autres méthodes d’imagerie,
plus particulièrement à
l’IRM et à
l’Ultrasonographie des mains.

Sur le plan thérapeutique,
nous avez reçu jusqu’à présent des anti-inflammatoires et des antalgiques (surtout
des dérivés du Tramadol, qui peuvent entraîner une accoutumance), qui se sont
révélés insuffisants.

Vous nous dites pour finir que vous preniez auparavant du
Lamisil, qui est un anti-mycotique. Mais au fait,
cette mycose a-t-elle été démontrée à l’examen ? Ne pouvait-il
pas s’agir de
lésions cutanées et
unguéales en rapport avec un psoriasis 
? En effet, il existe une
polyarthrite psoriasique, le plus souvent séronégative !

La solution de votre
problème nous intéresse…

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022