Skip to Content
Polyarthrite
Question 715
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 715

mark2_2.gif

Bonsoir,cela fait quelques années que mes mains gonflaient la nuit avec les yeux
secs (constaté par un ophtalmologue) : je pensais que c’était comme tout le
monde, alors je n’en ai jamais parlé à mon médecin. Ensuite, les douleurs sont
apparues avec des périodes assez longues sans douleurs (tant mieux!). En 2005,
mon
médecin m’a prescrit une radio des deux mains avec un bilan sanguin pour chercher
une inflammation. Les résultats furent négatifs. Ce mois-ci, ayant des raideurs
matinales, nous avons refait les analyses (négatif), par contre, la radio montre
qu’il y a des pincements des interlignes au niveau des pouces et des
oriculaires. Voici ma question : ce pourrait-il que ce soit une PR ? Et j’ai souvent
l’impression d’avoir des courbatures comme si j’étais grippée alors que ce n’est
pas le cas, est-ce que c’est lié? MERCI pour vos réponses.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Votre question fait référence aux difficultés du
diagnostic précoce de la polyarthrite rhumatoïde, souvent évoquées sur ce site
(Voir les réponses
 405, 560, 615, 617, 620, 633, 637, 649, 651 et
683
).

Dans votre cas particulier, nous ferons les remarques
suivantes pour les différents arguments que vous nous donnez :

  1. La sensation d’yeux secs évoque la maladie de Gougerot-Sjögren (Voir
    réponses
    108, 182, 193, 260, 516)
    mais cette sensation subjective de sécheresse doit être confirmée par une
    mesure de la sécrétion lacrymale chez un ophtalmologue et par un examen de
    l’intégrité de la surface cornéenne.
  2. La raideur matinale (spécialement au niveau des mains) n’est
    significative que si elle dure plus d’une demi-heure. Quant au
    gonflement de tous les doigts que
    vous décrivez, il nous oriente plutôt vers une origine vasculaire ou
    hormonale, car l’enflure qui serait due
     
    à la polyarthrite débutante se localise à certaines articulations
    de certains doigts.
  3. La sensation de courbature se voit dans de nombreuses affections
    et ne peut pas être utilisée comme argument en faveur de la polyarthrite.
  4. Les pincements de certains espaces articulaires, décrits, sans autres
    altérations du squelette, au niveau des pouces et des auriculaires, ne
    sont pas probants, car ils peuvent être dus simplement au positionnement
    de ces doigts par rapport à la direction du rayonnement.

Sur les clichés standards, seules les déminéralisations
osseuses et les érosions au voisinage des surfaces articulaires peuvent être
utilisées comme argument en faveur de la polyarthrite rhumatoïde. En cas de
doute sérieux, on doit faire appel à d’autres techniques (IRM, ultrasonographie).

  1. Vous nous dites que le bilan sanguin est négatif, mais
    nous n’en connaissons pas les résultats. Dans une telle situation, on fait
    habituellement appel à des tests de l’inflammation (Vitesse de
    sédimentation, C-Réactive-Protéine) et à des tests dits spécifiques (plutôt
    plus ou moins spécifiques) que sont la recherche du facteur rhumatoïde et
    les anti-CCP. Mais il faut bien dire que la négativité de ces tests
    sanguins ne permet pas d’exclure le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.

 

Je suis donc allée voir mon rhumatologue.Pour lui
il penseà un rhumatisme palindromique sans élement inquiétant ou un rhumatisme
post streptococcique dans l’hypothèse d’une insuffisante mitrale liée à un
RAA.pouvez-vous m’expliquer ?Par contre il m’a trouvé un syndrome
thoraco-brachiale bilatéral,avec un souffle en dynamique, une manoeuvre d’adson
bilatérale positive. Pouvez-vous aussi m’expliquer ? Merci

Nous répondons à votre demande d’explication :

  1. La définition de rhumatisme palindromique
    correspond à un retour périodique d’arthrites à la fois très
    inflammatoires et très brèves, d’étiologie le plus souvent inconnue.
  2. Le rhumatisme
    streptococcique classique (maladie de Bouillaud) comprend à la fois des
    manifestations inflammatoires des grosses articulations et une atteinte
    des valves cardiaques. Le
    rhumatisme
    post-streptococcique
    (dénomination actuellement un peu délaissée)
    correspond à des manifestations articulaires moins aiguës mais
    impliquant dans le sang une élévation nette des anticorps
    anti-streptococciques
    .
  3. Le test d’Adson est un test clinique réalisé lorsqu’on suspecte un
    syndrome du défilé scalénique (ou défilé thoracique). S’il est positif, il
    permet d’évoquer la possibilité d’un conflit anatomique entre les muscles
    scalènes et une éventuelle côte cervicale supplémentaire, d’une part, et
    l’artère sous-clavière et le plexus brachial, d’autre part. Si ce conflit
    existe, il peut se manifester sous la forme de chiralgies paresthésiques (douleurs
    et fourmillements des mains, à prédominance nocturne, suivant la position des
    bras)

 

Merci pour vos réponses. Ceci m’éclaire un
peu. J’aimerais savoir quelle solution pour ne plus avoir le syndrome de le
traversée thoraco-brachiale bilatéral, car je comprends mieux pourquoi je
fatiguais quand je porte les bébés. MERCI

Nous répondons à votre question complémentaire :

Comme nous vous le disions, le test d’Adson positif ne
fait qu
’évoquer la possibilité d’un
syndrome de la traversée thoraco-brachiale. Il faut, pour confirmer ce
diagnostic, procéder
  à un examen angiologique spécialisé.
L’interrogatoire et l’examen clinique devraient permettre de préciser la
symptomatologie (douleurs, fourmillements, gonflements, et leur localisation)
ainsi que la relation de ces manifestations avec la position des bras ou avec
une attitude posturale anormale (épaules tombantes). L’
auscultation des troncs artériels, la radiographie (possibilité d’une anomalie de l’apophyse transverse
de C7 ou d’une côte cervicale) et surtout l’
échographie pourront ensuite permettre de définir une cause
anatomique à ces symptômes.

Le traitement dépendra de la cause mise en évidence. La priorité sera donnée à un traitement
non-chirurgical (correction par un kinésithérapeute des postures responsables,
reconditionnement des postures de la ceinture scapulaire).

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022