Skip to Content
Polyarthrite
Question 718
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 718

mark2_2.gif

Bonjour Professeur,
j’ai 33 ans, je viens d’accoucher d’une adorable petite fille il y 08 mois,
seul hic au tableau : mes douleurs articulaires et une déformation des doigts.
Je vais essayer de vous exposer le plus clairement possible mon histoire. Les
douleurs ont, me semble-t’il débutés au 09e mois de ma grossesse: doigt à
ressaut (annulaire g) puis mal qui s’étend au poignet g puis au coude g puis à
l’épaule g. Mon gynéco me parle du canal carpien de la femme enceinte (en effet
fourmis la nuit dans la main), j’accouche. Mon doigt à ressaut ne se fait plus
ressentir. Néanmoins, quelques temps plus tard, je dirais de mémoire 15j /03sem après,
j’ai commencé à avoir des douleurs généralisées (dos, poignets, genoux, pieds
au réveil). Précisons que j’ai pris 25kg pendant ma grossesse et ce en très peu
de temps, perdus également très rapidement. Aurait-ce une incidence sur mes
douleurs ? (sachant que j’ai passé une bonne partie de ma grossesse quasi alitée
donc fonte musculaire importante). Je vais voir le médecin généraliste, 2 mois
plus tard, qui me parle d’emblée de polyarthrite et de lupus. Il constate que
mes articulations ne sont ni chaudes, ni gonflées. Me prescrit les analyses
d’usage( nfs vs crp fer serique latex WAALER ROSE fibrinogene) qui s’avèrent ok,
sauf vs un peu élevée, et du cacit vit d3 qui me fait le plus grand bien dès 2
jours de prise. (cacit car j’allaite exclusivement et mes douleurs font comme si
je souffrais de décalcification, bien que je ne sache pas ce que cela peut
donner car je n’ai jamais fait de décalcification, je sens une sorte
d’effritement dans les articulations). Mes douleurs reviennent quand j’arrête le
cacit mais très peu intenses, mais persistent au niveau de mon poignet g qui me
donne l’impression d’être fracturé, et mon dos (lombalgie). Je fais ma réeduc
abdo et mon dos et mes articulations vont nettement mieux. Puis des massages
qui me réconcilient avec mon corps. Je pars en vacances (j’ai toujours mal au poignet
g et cela irradie l’épaule g) parfois j’ai mal au côté droit aussi. Mon futur
mari m’offre une bague en diamant, c’est à cette occasion que je découvre une
déformation importante de mon petit doigt g, une sorte de boule blanche comme
de l’os. Çà n’est pas douloureux, sauf par intermittence parfois des petits
d’aiguille dans la main, çà me lance un peu, toujours mal au poignet. Je file
voir un médecin généraliste en vac, il est persuadé du diagnostic de la
polyarthrite, me prescrit analyses sang dont hlab27 négatif, électrophorèse des
proteinesserique normal, protéine c ok, numeration ok, formule leucocytaire ok,
plaquettes ok, vs ok, protides totaux ok, depuis ce jour ma boule ne cesse de
grossir et les autres doigts sont eux aussi atteints !!! Les douleurs vont et
viennent, un peu mal aux genoux en montant les escaliers, le tout reste très
supportable, mais l’angoisse est terrible. Mes mains ont chaud la nuit, elles
sont un peu engourdies, et je fais des nuits blanches tellement j’ai peur. Je
consulte en urgence un rhumatologue sur mon lieu de vacances, mes déformations ne
cessent de prendre de l’ampleur, elles sont situées à l’intérieur de la main,
ne font pas mal, n’entravent pas le mouvement, mais je sens mes doigts plus
gros, ma bague en diamant est trop petite désormais, on ne pourra pas
s’échanger nos alliances le jour de notre mariage, je suis triste et inquiète.
Je file chez le rhumatologue en urgence. Il m’examine et ne constate aucun
épanchement synovial, ni d’œdème, les articulations sont souples, pour lui mes
doigts auraient des nodules pour lesquels on ne peut rien faire, mais
n’apparaissent pas comme étant irréversibles, ni comme étant des déformations
de polyarthrite. L’interrogatoire du rhumatologue le rassure : mes réponses à
ses questions ne lui font pas penser à une polyarthrite. Néanmoins pour affiner
le diagnostic me prescrit des analyses plus poussées:aslo,cpk, hemogramme,
vs,crp, fibrinemie,creatinine, transaminase, phophatase alcaline, uricemie,
calcemie, sideremie coefficient de saturation de la sidetrophylline, fer
serique saturation, électrophorèse des protéines, dosage vitamine d, anticorps
anti ccp nucléaires, proteinurie sur 24h, tout est ok sauf vitamine d en insuffisance.
M’a prescrit anti-inflammatoires et protection gastrique. J’angoisse car je
devine qu’il fait des tests de vérification pour le lupus. Le rhumatologue me
demande de me faire surveiller par un rhumatologue de ma région, ce que je fais
avec résultats des analyses à l’appui. A l’examen pas d’épanchement, grande
souplesse, pas d’œdème, et ce même avec l’écho sur les articulations, ne peut
rien faire pour les doigts pas de solution ni d’explication, pour les douleurs
faire de la gym douce, …et soigner mon stress… on refait le point dans 03
mois pour le moment pas de polyarthrite ni de maladies systémiques. Suis-je
dans le cas d’un diagnostic douteux ou maladie pas encore suffisamment
installée pour établir un diagnostic ? Dois-je consulter de nouveau ? Multiplier les
batteries de rendez-vous ? Voir un interne ??? On m’a dit que nodules doigt =
maladie auto-immune, les deux rhumatologues me disent non, pas forcément. Qu’en pensez-vous
?
Merci d’avoir pris le temps de m’avoir lue, mon histoire était bien longue, j’espère
ne pas avoir été trop confuse dans l’exposition des faits. « Anamnèse »
çà veut dire quoi ? Pensez-vous que le diagnostic des rhumatologues est
plausible ou passe-t-on à côté de quelque chose ? Dois-je être inquiète ou
rassurée pour le moment ? Merci d’avance. Votre site est très bien fait.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

anamnèse
(« commémoration »),
c’est
votre histoire personnelle
, telle que votre médecin peut la reconstituer à
partir des questions qu’il vous pose et des réponses que vous lui donnez. On
distinguera
l’anamnèse familiale (dans
votre cas particulier, probable polyarthrite rhumatoïde chez votre mère),
l’anamnèse personnelle (ce qui a
précédé la maladie actuelle) et enfin
l’affection
actuelle
. A ces trois éléments de l’anamnèse vont maintenant s’ajouter le status (données de l’examen objectif
réalisé par le médecin spécialiste) et les résultats du laboratoire et de
l’imagerie.

Dans votre long message, vous nous apportez l’anamnèse et
les résultats du laboratoire. Pour émettre une réponse valable à vos questions,
il nous faudrait connaître les conclusions de l’examen clinique spécialisé (nous
ne nous baserons que sur votre description).

anamnèse
nous oriente vers la
possibilité d’une
polyarthrite rhumatoïde
(PR) débutante, mais nous ne relevons pas
d’arguments précis en faveur d’un lupus érythémateux disséminé (LED) ou d’une
autre maladie du collagène. Pour retenir cette éventualité d’une PR, nous nous
basons d’abord sur la possibilité d’une PR chez votre mère, mais aussi sur le
début des manifestations objectives dans les suites précoces de l’accouchement (vous
parlez éventuellement de sensation de gonflement et de fourmillements des mains
à la fin de la grossesse, mais ceci pourrait s’expliquer par un simple œdème,
provoquant des symptômes de « canal carpien »). Voir réponse
 134.

Dans les suites de l’accouchement, votre description
devient plus précise et plus évocatrice avec des sensations
nocturnes de chaleur et de
fourmillements, et la description de
gonflements
(augmentation du périmètre des doigts). Vous situez ces tuméfactions à
l’intérieur de la main, côté paume, donc sur le trajet des tendons fléchisseurs des doigts. Cette
ténosynovite des fléchisseurs comporte un épaississement, souvent irrégulier (en
collier de perles) de la gaine tendineuse et une formation de liquide qui peut
s’installer rapidement. L’examen clinique pratiqué par un spécialiste devrait
permettre de préciser le diagnostic de la ténosynovite des doigts : la
palpation du trajet tendineux, combinée à un mouvement passif de
flexion-extension du doigt en question, permet de reconnaître le mouvement de
va-et-vient de cette masse de tissu pathologique liée au tendon, avec ou sans
phénomène de crochage sur les poulies de réflexion.

Cette atteinte des tendons fléchisseurs est précoce, elle peut précéder l’atteinte
articulaire, ce qui expliquerait que l’un de vos rhumatologues décrive des
articulations souples, sans épanchement synovial. Ces renflements
inflammatoires de la gaine tendineuse sont à différencier des nodules
sous-cutanés, qui se voient aussi à un stade plus tardif dans la
polyarthrite : ces nodules sont plus fermes, ils roulent sous la peau et
ont d’autres localisations (le plus souvent sur la face d’appui de l’olécrâne,
à la pointe du coude).

Comment conclure ? 
Sur la base des renseignements très précis que vous nous donnez, mais
sans image de ces mains, il serait présomptueux d’affirmer un diagnostic. Nous
ne pouvons que retenir l’éventualité d’une polyarthrite débutante, au stade de
la ténosynovite des fléchisseurs. Une fois de plus, nous devons dire que le
diagnostic de certitude est difficile à ce stade, alors qu’une certitude est
nécessaire pour initier un traitement agressif. Nous répétons les
considérations suivantes :

  1. Les
    examens de laboratoire négatifs,
    sauf dans ce cas une vitesse de sédimentation un peu élevée ( ?)
    ne permettent pas d’exclure une
    polyarthrite débutante.
  2. L’ultrasonographie est une des méthodes
    diagnostiques utilisées dans les cas où la radiologie classique est négative (
    au fait, vous n’avez pas parlé de la radiographie ). Mais l’interprétation des
    images sonographiques est difficile…
  3. L’IRM des mains peut apporter des
    arguments précis sur l’état des os du carpe et sur les interlignes articulaires
    et compléter ainsi les données de l’ultrason.

Nous ne savons pas où vous habitez.
Donc nous ne savons pas si vous pourriez avoir accès à un servie spécialisé de
rhumatologie dans un CHU.

La suite nous intéresse.

 

Bonjour Professeur,je suis l’auteure de la question 718,
je vous remercie d’avoir
pris soin de me lire, et de m’avoir répondu très rapidement. Je vous remercie
également pour votre intérêt médical qui fait chaud au coeur, car quand nous
sommes frappés par des symptômes de ce type, on se sent perdu et apeuré. Pour la
suite, sur vos conseils, j’ai pris rendez-vous avec le Professeur du CHU de notre
région, Pr. Marcelli, qui, je pense, va pouvoir me guider dans ma recherche.
Le
rendez vous aura lieu dans 2 mois, affaire à suivre. Pour le reste, le 2e
rhumatologue que j’ai vu n’a pas jugé bon de me faire passer des radiographies,
étant formel sur son diagnostic: pas de maladies rhumatismales ou systémiques
!
Ce rhumato est l’émérite élève du Pr avec qui j’ai pris rdv et il suit
actuellement 250 cas de Polyarthrite, il m’a dit n’être absolument pas inquiet
pour moi ! Mais je ne sais pas pourquoi, le doute me tenaille. Pour mon petit
doigt : il reste bloqué de plus en plus souvent, comme un doigt à ressaut,
souvent j’ai des fourmis dans la main, notamment au petit doigt, annulaire, majeur
de la main g, la nuit mes mains sont chaudes ainsi que les pieds et sont un peu
engourdies, les douleurs ne se font sentir qu’en cas de mobilisation plus
importantes que d’habitude de mes articulations (je porte souvent ma petite
fille qui pèse déjà 10 kg!!!!), elles se calment nettement au repos. Ma mère n’a
jamais été diagnostiquée pour une polyarthrite, cela fait 20 ans qu’elle souffre
des doigts, qu’ils sont gonflés et enflés et ont augmenté de volume au niveau
des phalanges, mais ils ne subissent pas de déviation (serait-ce de
l’arthrose????) Par contre, pour ma part, je constate que mon petit doigt dévie
après la 1ére phalange et que le pouce de mon pied suit le même chemin…Tout
cela est pour le moins troublant, et angoissant. Par contre, j’ai vu que les
nodules ou bosses qui sont apparus il y de cela 2 mois, sont présents chez
plusieurs personnes de mon entourage, serait-ce simplement physiologique??? (on
se rassure comme on peut!!!) Affaire à suivre, je vous recontacterai fin
novembre prochain après avoir consulté le Professeur en Rhumatologie du CHU de
ma région. Merci, bonne continuation pour votre site qui procure un soutien
certain

Nous venons de prendre connaissance de votre second
message. Les renseignements qu’il contient sont pour nous moins évocateurs de
ce diagnostic de polyarthrite.

Ce diagnostic, que vous évoquiez dans le cas de votre
mère, n’a donc pas été confirmé.

D’autre part, la description que vous nous donnez de
votre cas personnel fait cette fois beaucoup plus appel à des sensations
subjectives (chaleur, fourmillements) qu’à des manifestations objectives de
type inflammatoire (gonflement, de consistance élastique des synoviales
articulaires ou tendineuses). Vous insistez sur les blocages de ce petit doigt
(comme un doigt à ressaut), mais ce cinquième doigt n’est justement pas
concerné dans la polyarthrite débutante.
 
Quant à la déviation du gros orteil (angulation entre l’axe du premier
métatarsien et l’axe du premier orteil), elle peut s’expliquer par un trouble
statique du pied, sans qu’il soit nécessaire d’invoquer une inflammation rhumatoïde
de cette articulation. Enfin, les
 
« nodules » ou les bosses que vous observez dans votre
entourage (s’ils s’agit de bosses
 
« dures ») sont d’origine arthrosique (nodules d’Heberden),
mais elles n’apparaissent pas à votre âge.

En conclusion, votre nouveau message est moins évocateur
que le premier de ce diagnostic de polyarthrite rhumatoïde que vous redoutez et
qui cause votre angoisse (c’est vous qui employez ce terme). Il nous
intéresserait de connaître l’avis du spécialiste qui vous examinera.

 

Bonjour Professeur,
je suis l’auteure de la question 718. Je me permets de vous
adresser ce mail suite à mon rendez-vous auprès du Professeur en rhumatologie de ma
région en France. Entretemps, je tiens à signaler deux bonnes nouvelles: la
première c’est qu’au jour de notre Mariage, mon alliance a parfaitement épousé
mon doigt, l’autre bonne nouvelle c’est que je suis enceinte de 10 semaines à ce
jour, ce qui change un peu la donne par rapport à mes douleurs, je souffre
beaucoup moins (bizarre, car je ne suis pas encore au stade du 2e trimestre).
Le
Professeur a observé mes mains, pour lui les déformations sont plutôt d’ordre
congénital, elles ne ressemblent en rien aux déformations constatées dans le cas
d’une PR. Mes articulations n’étaient ni gonflées ni chaudes, pas de signe
d’épanchement synovial, deux légères tuméfactions à l’intérieur des deux coudes
qui peuvent être dues à des changements physiologiques suite à ma 1ère grossesse.
Conclusion : le Professeur ne se prononce pas, n’a pas d’argument en faveur d’une
PR ni en défaveur de celle-ci. Il m’a dit qu’il fallait attendre et qu’aux
prochaines douleurs (si prochaines douleurs il y avait ) il fallait que je
consulte un rhumatologue qu’il m’a conseillé. Ne peut pas me dire si mes douleurs
étaient bien causées par des rhumatismes, on peut penser que mes douleurs
étaient liées à mon extrême fatigue due à l’allaitement, mais ça ne correspond
pas avec le rebond qui s’est produit pendant les vacances alors que je
bénéficiais depuis 3 semaines d’un repos nocturne d’au moins 05 heures
…Affaire à suivre…le doute subsiste un peu, mais il faut attendre, oublier,
espérer que le mal est en rémission ! Merci beaucoup pour votre écoute attentive
et votre suivi excellent, je ne manquerai pas de me manifester de nouveau en cas
de récidive.

Merci de nous informer de la suite.

Nous constatons que l’avis du Professeur de rhumatologie
que vous avez consulté se rapproche de l’avis que nous exprimions dans notre
réponse
718 bis. Comme vous le dites, il faut attendre, oublier…

Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022