Skip to Content
Polyarthrite
Question 735
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 735

mark2_2.gif

Je viens de faire des radios, ils m’ont dit que j’avais, je vous lis la lettre
:  » en
revanche, on note un remaniement géodique inflammatoire du massif trochiterien
avec petite sclérose corticale et nettes calcifications en regard des parties
molles témoignant d’une p.s.h.calcifiante évolutive ». Je voudrais savoir les
conséquences de cette maladie. Merci. 

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Vous souhaitez avoir de notre part des renseignements
concernant les conséquences de votre maladie alors que vous ne nous donnez
qu’une brève description de l’image radiologique de votre épaule. Nous sommes
donc dans l’embarras pour vous répondre…

Il faut vous dire tout d’abord qu’il n’y a rien de commun
entre la
polyarthrite rhumatoïde,
objet principal de ce site, et la
périarthrite
scapulo-humérale (p.s.h). Dans le premier cas, il s’agit d’une maladie
générale, touchant le plus souvent de nombreuses articulations, maladie souvent
sévère et nécessitant de lourds traitements. Par contre, sous le nom de
périarthrite scapulo-humérale, on
retrouve
divers problèmes locaux,
concernant non pas l’articulation elle-même mais son enveloppe fibreuse (sa
capsule, donc capsulite) ou les
insertions
tendineuses
(tendinites, tendinopathies). L’origine de ces altérations
relève de processus dégénératifs, favorisés par des traumatismes ou des
micro-traumatismes professionnels, ou encore par de petites anomalies
anatomiques. Il s’agit donc bien d’un problème local et non pas d’une maladie
généralisée.

Les clichés radiologiques
permettent de déceler les éventuelles anomalies anatomiques. La présence
d’altérations kystiques (« remaniement géodique ») du massif
trochitérien (c’est l’endroit où se fixe le
tendon du sus-épineux) est caractéristique d’une souffrance
chronique de ce tendon, particulièrement sollicité dans les mouvements
d’abduction du bras. Les calcifications sont liées aux altérations anatomiques
subies par le tendon.

La conséquence première, vous
le savez certainement, c’est la douleur, mais on peut également observer
secondairement une limitation des mouvements.

La conduite à tenir dans un
tel cas dépend du résultat de l’examen clinique détaillé. Les
anti-inflammatoires, les injections locales de stéroïdes et les techniques de
physiothérapie pourront être indiquées suivant le résultat de cet examen.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022