Skip to Content
Polyarthrite
Question 744 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 744

Question: 

En 87, gonocoque et en 91 problème viral, avec perte 14kg en 2 mois, mononucléose de jeune ancien chlamydiae, vzv, symptomes: depuis 17 ans, extrême fatigue, douleurs tendons pendant 5 ans (91 à 97) assez violentes avec beaucoup de craquements osseux. Jesuis HLAB27DR4, radio sacro-iliaques montre un pincement arthrosique et un décalage du bassin. Questions : Quels types de pathologies ostéo-articulaires donnent ces mycoplasmes à chlamydiae et quels clichés radiologiques, par rapport à mes tendons qui m’ont fait mal, me conseillez-vous ? Une ponction synoviale est-elle possible pour déterminer mes anciennes douleurs et rechercher le germe en cause ? C’est un problème infectieux qui m’a déclenché mon problème d’epuisement physique. Pour quelles pathologies pencheriez-vous (sfc, PR…etc) ?

Réponse: 

Le gonocoque et les chlamydiae sont tous deux des agents sexuellement transmissibles. Actuellement, nous n’avons pas de certitude qu’il y ait une relation directe avec ces épisodes datant respectivement de 1987 et de 1991.

Vous ne nous donnez que très peu de renseignements sur les manifestations cliniques actuelles de votre maladie : extrême fatigue, douleurs des tendons ( ?) pendant cinq ans, craquements osseux. Vous ne décrivez pas d’inflammations articulaires (arthrites), ni de limitation des mouvements du rachis. Vous ne nous apportez pas le résultat des tests sanguins de l’inflammation (vitesse de sédimentation et CRP).

Néanmoins, on a fait pour vous un Typage HLA, qui nous apporte à la fois le B 27 (qui orienterait vers la spondylarthropathie) et le DR4 (qui orienterait plutôt vers la polyarthrite rhumatoïde). Sur le plan de l’imagerie, vous citez brièvement le résultat des clichés du bassin : « pincement arthrosique des sacro-iliaques » et « décalage du bassin ».

C’est ce dernier résultat qui pourrait ouvrir une nouvelle piste diagnostique. En effet, à 41 ans, on ne peut pas admettre un « pincement arthrosique » des sacro-iliaques. Par contre, si votre état actuel d’invalidité est bien d’origine squelettique, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une spondylarthrite ankylosante.

Pour le confirmer, il faudrait reprendre l’anamnèse « rhumatologique », rechercher cliniquement les manifestations locales au niveau du rachis, des sacro-iliaques, de l’articulation manubrio-sternale, revoir aussi l’évolution de la vitesse de sédimentation etc…

La présence du HLA-B27 est un argument supplémentaire. L’imagerie du rachis et du bassin demanderait peut-être à être complétée.

En revanche, les éléments que vous nous apportez dans votre message ne nous donnent aucun argument pour la polyarthrite rhumatoïde (PR). Quant au « sfc », nous ne connaissons pas la signification de cette abréviation.

Complément

Bonjour, je vous avais écrit il y a 1 mois, voici le compte-rendu de l’irm sacro-iliaques. Comment comprendre que l’IRM apparaît normal alors que la radiographie montre une déviation et de l’arthrose. Puis-je tout de même être atteint de spondylarthrite ?


merci de me répondre
bonjour, voici comme je vous l’ai decrit le compte-rendu de la sacro-iliaque (radio), qu’en pensez-vous par rapport à l’IRM ?

merci 

Réponse

Dans votre message du 22 décembre 2008, vous nous disiez que les radios des sacro-iliaques montraient un pincement arthrosique. Nous vous avions répondu qu’on ne pouvait pas admettre à 40 ans un pincement arthrosique des sacro-iliaques et nous avions alors évoqué la possibilité d’une spondylarthrite ankylosante.

Aujourd’hui, vous nous adressez une copie des rapports radiologiques qui nous permettent de clarifier la situation :

  1. Il n’y a pas de contradiction entre la radiologie classique et l’IRM puisque les deux techniques concluent à une intégrité des interlignes sacro-iliaques.
  2. Si le cliché radiologique du bassin a bien été fait en position debout, la « bascule » du bassin à droite signifie qu’il y a un petit raccourcissement du membre inférieur droit, par rapport au droit.
  3. Sur ce cliché radiologique du bassin, le radiologue décrit en outre un petit pincement « arthrosique » des interlignes articulaires coxo-fémoraux, de façon bilatérale et quasi symétrique. Le radiologue ne décrit pas d’autres signes en faveur de l’arthrose (sclérose, becs ostéophytaires). Du fait que ce « petit pincement » est bilatéral et symétrique, on peut se demander  s’il ne s’agit pas d’un artéfact (incidence du rayonnement).

En conclusion, ces examens d’imagerie n’apportent pas d’arguments en faveur de la spondylarthrite. Comme nous vous le disions, il faudrait pour cela reprendre l’anamnèse rhumatologique, rechercher par l’examen clinique les manifestations éventuelles de cette maladie, revoir l’évolution de la vitesse de sédimentation etc…

Complément 2

Bonjour,
Voici les résultats du compte rendu de tendons cheville, genoux, je n’ai que 41 ans et j’ai des problèmes d’arthrose, je ne sais pas si il y a autre chose. Qu’en pensez-vous, une ponction synoviale du genoux pour détecter l’origine est-elle envisageable et que peut-on voir suite a cette ponction, c’est suite a une infection certainement virale que j’ai eu ces problèmes articulaires. Ma vitesse de sédimentation est normale ainsi que ma CRP.

Merci de me répondre

Répondre

Nous prenons connaissance du bref rapport concernant le bilan radiologique des genoux et des chevilles (3 février 2009).

  • L’important pincement des articulations fémoro-tibiales internes, qui nous est décrit, doit correspondre à l’examen à un trouble statique des genoux décrit sous le nom de genua vara (genoux en parenthèses)
  • La légère ostéophytose calcanéenne décrite du côté gauche est pour nous sans signification, s’il n’y a pas de douleurs à la pression calcanéenne lors de l’examen clinique.

Le trouble statique, autrement dit le défaut d’angle entre fémur et tibia, va de pair avec un pincement de l’interligne fémoro-tibial interne. Les charges étant mal réparties, il en résulte une usure précoce les cartilages fémoraux, tibiaux et méniscaux dans les compartiments internes des deux genoux et éventuellement une évolution vers l’arthrose. Si le défaut est plus marqué du côté droit, il pourrait de surcroît expliquer aussi la bascule du bassin à droite.

En conclusion, il n’y a pas d’arguments  radiologiques ni biologiques (VS et CRP en ordre) en faveur d’un rhumatisme inflammatoire.

La ponction synoviale (avec examen du liquide synovial prélevé) n’est significative que s’il y a un épanchement décelable à l’examen de ce genou. Si c’est bien le cas, cet examen permet de distinguer un épanchement d’origine inflammatoire d’un  épanchement d’origine mécanique.

Complément 3

Bonjour, pouvez-vous m’expliquer ce que signifie légere hypogammaglobulinémie, c’est lié aux articulations, au foie, c’est significatif d’une maladie précise avec une élevation beta2 globulines par inflammation!! car  on me dit que c’est lié au foie et on m’a parlé également que ceci etait une inflammation rhumatismales par exemple, pouvez-vous m’expliquer!!
merci

Bonjour, voici le test hla dr4, qu’en pensez-vous et et le dr4 signifie t’il que j’ai de l’arthrose ou autre chose!!
merci

Réponse

En réponse à vos nouveaux messages, nous sommes obligés de vous dire que vous faites fausse route. Ce n’est pas l’imagerie, ce ne sont pas les examens de laboratoire qui font un diagnostic. Le diagnostic d’une affection rhumatismale se fonde en premier lieu sur une anamnèse et sur un examen clinique spécialisé.

Parlons d’abord des antigènes d’histocompatibilité. Dans votre premier message (22 décembre 2008) vous nous disiez ostensiblement  «Je suis HLAB27DR4 ». Sur la copie du rapport de laboratoire du 3 janvier, je lis  « B18 »  et  « DR4 ». Habituellement, on ne répète pas cette recherche des antigènes HLA, car ils sont  «définitifs ». Si l’antigène HLA B27 (que vous n’avez donc pas) a une relation assez étroite avec la spondylarthrite ankylosante, l’antigène HLA DR4 a une relation plus discrète avec la polyarthrite rhumatoïde. Autrement dit cet antigène est seulement un peu plus fréquent dans une population de polyarthrite rhumatoïde séropositive (facteur rhumatoïde positif) que dans une population saine. Du fait que cet antigène est également présent dans la population exempte de cette maladie, il ne peut pas être considéré comme responsable.

Vous nous demandez d’autre part ce que signifie « légère hypogammaglobulinémie »

L’électrophorèse, dont vous nous envoyez l’image, indique les pourcentages de l’albumine et des diverses globulines, avec des chiffres indiquant la marge habituelle de ces valeurs. Dans votre cas, ces valeurs sont si proches de cette limite (10,7% contre 11,1% pour la limite inférieure de la gammaglobulinémie et 6,9% contre 6,5% pour la limite supérieure de la béta-2 globulinémie) qu’elles ne sont pas significatives à notre avis. Plus simplement, ces résultats ne veulent rien dire.

Encore une fois, la priorité doit être donnée à l’anamnèse et au status rhumatologique. Le laboratoire et l’imagerie ne sont que des compléments, les examens étant électivement choisis sur la base des conclusions de l’examen médical.

PS.- Il ne faut pas nous renvoyer des copies d’examens. Ceci donne un travail supplémentaire à notre secrétariat !

Complément 4

Bonjour, j’ai par contre  et je ne comprends pas comment le tx de crp qui était toujours normal est monté à 54mg! Le docteur m’a dit que je présentais un bilan inflammatoire assez important. Haptoglobine a 2.24 max 2 et oromucoide 1.64 max 1.20 et cytokyne le double 872. tx max 400. Le docteur m’a dit que j’avais certainement une pathologie auto-immune style lupus. Par contre j’ai une ancienne contamination au parovirus B19 et mes IGg(4.58) positif et mes igm sont négatif. Pensez-vous que ce type de virus peut donner des douleurs articulaires et une anémie et une perte de poids comme je présentais fin 91. Quels sont les symptômes du paro-virus et quelle pathologie auto-immune ou autre peut entrainer ce type de virus? Il faut que je consulte en rhumatologie non. Je viens de recevoir ces analyses et je ne sais pas comment ce tx de crp (que mesure t-il) est subitement monté
Sincèrement

Réponse

Pour ce qui est du parvo-virus, je vous propose de consulter les réponses  389 et 708 sur ce même site.

Pour le reste, nous ne pouvons pas vous suivre sur les chiffres du laboratoire. Il ne s’agit pas pour le médecin de soigner des résultats de laboratoire. Dans notre longue pratique, nous avions l’habitude d’écouter les plaintes du patient, puis de l’examiner de façon précise, avec l’expérience clinique que nos maîtres nous avaient transmise. Comme nous vous le disions lors de notre dernière réponse, les examens de laboratoire, s’ils sont nécessaires, seront choisis en fonction des données de cet examen clinique.

Complément 5

bonjour, voici les résultats de mon profil protéique inflammatoire proteine C reactive 54,31
haptagloglobine 2.24 fourchette(0.30 a 2)
oromucoide 1.64(fourchette à.50 a 1.20).
CYTOKYNE : 872 (200 a 480)
je n’ai pas fait la vs, ce qui est bizarre, c’est que ces résultats étaient normaux et à present vous êtes bien d’accord qu’il y a un syndrome inflammatoire? même l’électrophorèse des proteines montre une légère hipogammaglobulinemie.
Que veut dire une inflammation au niveau du sang et que cela signifie comme pathologie (infection; etc)?
Que sont les cytokynes et que cela signifie quand elles augmentent ?
Une infection chronique peut-elle fatiguer bp pendant des années ? (car  une inflammation peut-elle être due à une infection chronique, car en 1991, suite à 4 mois de fortes fièvres, je suis resté tres fatigué avec des douleurs aux tendons (douleurs aujourd’hui attenuées).
merci pour vos conseils

Réponse

Que répondre à votre nouvelle question ?

  • il est bien exact que la CRP (C-Réactive Protéine) est élevée
  • nous ne savons pas pourquoi les deux autres examens ont été demandés
  • comme nous l’avions déjà dit, il n’est pas possible de jouer aux devinettes avec les chiffres.

Seul votre médecin, qui connaît vos plaintes et qui vous examine, peut poser un diagnostic et choisir un traitement adéquat.

Theme: 

POLYARTHRITE © 2022