Skip to Content
Polyarthrite
Question 805
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 805

mark2_2.gif

J’ai une PSH plus importante à gauche qu’à droite, mais c’est la gauche qui a
commencé à me faire souffrir énormément en 2007. On m’ a fait deux infiltrations
au résultat très positif quant à la douleur. Pour l’impotence fonctionnelle j’ai
eu droit à 45 séances d’une kiné spécialisée dans l’épaule et le dos, et le
résultat a été spectaculaire: j’ai retrouvé la presque totale mobilité de
l’épaule et plus de douleur. Deux ans après, douleur des deux épaules, surtout à
droite cette fois. Une infiltration et les mouvements que je fais tous les jours
chez moi, m’ont permis de ne plus avoir mal et de garder la mobilité presque
totale. Mais les calcifications sont toujours là. J’ai, d’autre part, de
l’arthrose cervicale pratiquement à tous les disques: ces PSH peuvent-elles
venir de là? Merci de me renseigner, j’en ai mare de souffrir, car j’ai 60 ans et
j’ai de l’arthrose un peu partout. A bientôt de vous lire.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Il faut préciser tout d’abord la différence qui existe
entre la
polyarthrite, objet
principal de ce site, et la
périarthrite,
particulièrement la périarthrite
scapulo-humérale
(ou p.s.h.). Dans le premier cas, il s’agit d’une maladie générale, touchant le plus souvent de
nombreuses articulations, maladie souvent sévère et nécessitant de lourds
traitements. Par contre, sous le nom de périarthite scapulo-humérale, on
retrouve divers problèmes
locaux,
concernant non pas l’articulation elle-même, mais son enveloppe fibreuse (sa
capsule, donc capsulite) ou les insetions tendineuses et les tendons eux-mêmes (tendinites,
tendinopathie). L’origine de ces altéraions relève de processus dégénératifs,
favorisés par des traumatismes ou des micro-traumatismes professionnels, ou
encore par de petites anomalies anatomiques. Il s’agit donc bien d’un problème
local
  et non pas d’une maladie
généralisée (comme la polyarthrite).

Dans votre cas particulier, vous nous parlez de calcifications. Nous ne savons pas
s’il s’agit de calcifications de certains trajets
tendineux (par exemple du tendon du sus-épineux, ce qui donne une
calcification linéaire entre le toit acromial et la tête humérale), ou de
calcifications de la
bourse
sous-acromiale (volumineuse calcification coiffant le trochiter), ou encore de
calcifications
cartilagineuses sous
forme d’un fin liseré doublant le contour de la tête humérale (cette fois, il
s’agit de dépôts calcaires à la surface du cartilage).

Parmi les diverses formes de périarthrite, il faut souligner
que la tendinite du sus-épineux
  et la
boursite sous-acromiale limitent le mouvement d’abduction du bras, sans toucher
aux mouvements de rotation. A l’inverse, l’atteinte de la capsule (capsulite rétractile)
limite de façon importante tous les mouvements de l’épaule. Dans votre cas
particulier, nous n’avons pas de précision sur ce point.

Mais venons-en  à l’arthrose cervicale, très fréquente,
liée à l’âge, éventuellement aussi aux micro-traumatismes professionnels. A
notre avis, il n’y a pas de lien entre les deux : on ne peut pas dire que
c’est l’arthrose cervicale qui est responsable de vos périarthrites
scapulo-humérales. Pour répondre à vos inquiétudes, nous dirons pour finir
qu’il y a des médicaments qui sont susceptibles d’influencer favorablement le
cours de l’arthrose, en particulier les dérivés du chondroïtine-sulfate,
complétant ainsi les effets de la kinésithérapie.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022