Skip to Content
Polyarthrite
Question 806
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 806

mark2_2.gif

Bonjour,
J’aimerais connaitre les causes qui peuvent être provoquées sur le foie.
Mon taux  de GGT varie entre 300 et 700. Actuellement je suis sous Arava 20 1/j,
Calcort 6 1/j, Sulf. de quinine 250 3/j, Lyrica 75 1/j. Il y a deux ans et demi,
alors sous Mercaptyl 300 4/j et Bonidon 75 2/j mon taux de GGT fluctuait autour
se 100-120. Ma consommation d’alcool est modeste, 2 verres de vin le soir en
mangeant, très rarement pendant la journée, et jamais d’alcool fort, 3 à 5
apéritifs par ANNÉE  Merci pour votre prochaine réponse.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Comme vous vous adressez à ce site, nous partons du
principe que vous souffrez d’une polyarthrite, mais nous ne connaissons pas les
manifestations de cette maladie dans votre cas particulier, ni son ancienneté.

Vous souhaitez savoir à quel médicament attribuer
l’augmentation des gamma-GT qui a été constatée.

  • Le  Calcort (dérivé de cortisone) ne peut pas
    être incriminé, pas plus que le sulfate de quinine (crampes nocturnes ?).
  • Le
    Lyrica (Prégabaline, dans quelle indication ?) n’a, à notre connaissance,
    pas d’effet hépatotoxique.
  • L’Arava
    (Léflunomide) par contre est connu pour entraîner, dans certains cas, une
    élévation des paramètres hépatiques, surtout des transaminases, plus rarement
    des gamma-GT et des phosphatases alcalines.

En confirmation, nous pouvons préciser que, dans les
recommandations de la Société Suisse de Rhumatologie, il est proposé de contrôler
  les divers tests hépatiques avant le début du
traitement par le Léflunomid, puis, sous traitement, une fois par mois et
finalement tous les deux mois.

C’est en confrontant ces résultats qu’on pourrait
rétrospectivement affirmer la responsabilité de ce médicament. Il n’est pas
exclu que l’effet hépatotoxique du médicament ait été accentué par la
consommation, modeste, d’alcool.

 

Bonjour, et merci pour
votre réponse.
Oui j’ai omis de
mentionner l’ancienneté de ma maladie, début environ
1985.
Une abstinence totale n’a
pas mis en évidence une baisse notable des GGT. Environ
300.
Le Lyrica, 3/j et non 1/j
comme mentionné, a été introduit en lieu et place du Bonidon 75 2/j. Les AINF
étant prohibés pour cause d’occlusions intestinales ; plus de
12 
L
Ma conviction personnelle
porte sur l’Arava 20.
Ayant eu, il y a un an,
une lobectomie supérieure pour carcinome épidermoïde T1-N0-M0, ne permet pas
d’introduire des ttt biologiques genre Humira ou Enbrel, du moins pas avant qq,
années, 3 ou 5 selon les sources.
Votre opinion m’intéresse
toujours, et merci de le compléter.
Sincèrement à
vous

Nous prenons connaissance de votre nouveau
message : votre allusion aux traitements biologiques (Humira, Enbrel) nous
confirme dans notre idée que vous souffrez d’une polyarthrite rhumatoïde, déjà
ancienne, et cela bien que vous ne donniez aucune description de votre maladie.

A notre avis, il n’y a qu’une façon de confirmer la
responsabilité de l’Arava dans l’augmentation des Gamma-GT. Il faut comparer le
taux de ces Gamma-GT
avant  le début de ce traitement avec les taux ultérieurs.

Pour le Lyrica,
nous ne connaissons pas la dose
que vous prenez (il existe de nombreux dosages, de 25 à 300 mg par
capsule !). Ce médicament vous est-il prescrit pour le traitement de la
douleur (habituellement, il s’adresse surtout aux douleurs neuropathiques) ou
pour une autre raison ?

 

Merci pour votre réponse, Doc.
Le Lyrica, il me semble que j’avais noté 3×75 mg/j. Il m’a été prescrit, il y a
environ 3 ans, en lieu et place du Bonidon (Insulide) 2×75 mg/j. Les AINS,
m’ont été fatals pour les intestins, une douzaine d’occlusions intestinales. Je
présentais des cernes dans le colon ascendant, selon coloscopie. Et
effectivement, depuis ce changement, ça va bien mieux. Quoique j’ai présenté
une colorectique ulcéreuse.
La classification de mon rhumatisme a effectivement passé de
spondylarthropathie séro négative, décelée il y a 15 ans env. à polyarthrite
rhumatoïde. Je suis certain que ce rhumatisme me collait à la peau depuis plus
longtemps. 1982 environ. Alors les médecins, n’étaient pas au top pour déceler
ce type de maladie et m’adresser à un rhumatologue, qui a mis près de 3 ans
pour trouver un traitement efficace et toléré. Je ne vous raconte pas la valse
des médicaments.
Mon taux de GGT était déjà élevé avant le traitement d’Arava 20 1x/j env. 650.
Mais il fluctue d’un contrôle mensuel à l’autre, de 300 à 700.
Pour le fun, je vous joins un fichier des relevés cliniques partiels, vous y
trouverez peut-être un élément.
Je vous souhaite cher Monsieur, une bonne fin de dimanche, et réitère mes
remerciements.

Chacun de vos messages nous apporte des éléments nouveaux, qui nous engagent à
revoir notre opinion première.

En premier lieu, nous remarquons que vous avez une
certaine tendance à attribuer aux médicaments la responsabilité de certaines
manifestations, cliniques ou biologiques. C’est ainsi que vous avez pensé que
l’Arava pouvait être responsable de l’élévation des Gamma-GT. Mais la
chronologie qui ressort des relevés cliniques ne nous confirme pas cette
interprétation. Les Gamma-GT étaient le 7 mai 09 à 359, le 8 juin à 493 alors
que l’Arava n’a été introduit que le 21 juin. Certes ce taux s’est élevé par la
suite, mais le médicament n’est vraisblablement pas le seul responsable.

D’autre part, vous attribuez aux anti-inflammatoires la responsabilité de manifestations intestinales et d’une douzaine d’occlusions
intestinales. Bien plus, vous parlez d’une « colorectique
ulcéreuse ». Il s’agit vraisemblablement d’une
colite ulcéreuse, ou recto-colite
ulcéro-hémorragique (RCUH)
. Le diagnostic d’une telle affection est
confirmé par la colonoscopie et les biopsies de muqueuse colique (qu’en
est-il ?).

Mais venons-en à ce rhumatisme inflammatoire difficile
à classer apparemmment, puisqu’on a parlé de spondylarthropathie séro-négative
avant d’aboutir à celui de polyarthrite rhumatoïde (séronégative ?).
Il ne s’agit pas uniquement d’une question
de
mots. Il faut savoir que les
maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI),
et plus particulièrement
la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, s’accompagnent souvent
d’arthropathies évocatrices de polyarthrite
ou de
spondarthrite.
Contrairement à la polyarthrite rhumatoïde classique, qui « vise » en
premier lieu les petites articulations périphériques et de façon grossièrement
symétrique, il s’agit plutôt dans l’association avec une MICI de mono- ou
oligoarthrite asymétrique des membres inférieurs, parfois avec érythème noueux,
et éventuellement atteinte vertébrale évoquant la spondylarthrite.

Ces réflexions ne font que confirmer la difficulté
d’interprétation de votre cas
  (surtout à
distance). A notre avis, dans une situation aussi complexe, il serait judicieux
de
confronter l’opinion du spécialiste
en gastro-entérologie et du spécialiste en
rhumatologie. Ceci est d’autant plus nécessaire que les mêmes médicaments sont efficaces sur
les deux types de manifestations.

 

Cher Monsieur,
Un grand merci pour votre réponse. Oui je me suis planté, il s’agit d’une RCUH.
Je joins le dernier rapport du GE. Qui vous apportera les éléments nécessaires.
D’autre part, vu que mes intestins me jouent des tours pendables depuis bientôt
25 ans, je prends sur ordonnance du GE 1 Imodium lingual dès la 2
ème
selle, soit 0 à 3 par jour maximum.
Je dois de vous informer que je suis natif de La Chaux-de-Fonds, et ai passé 65
ans dans le canton de Neuchâtel. Une opportunité nous a incités à déménager au
VS. Déjà il y a longtemps, mes GGT étaient élevées, 110 à 130. Et c’est depuis
2007 qu’ils se sont affolés.
Je vous joins mon « dossier médical », ou plutôt journal. Je l’ai
fait au cours des années sur la base de documents médicaux établis. J’avais
fait ce dossier car en son temps nous voyagions beaucoup et je n’avais pas
forcément les bonnes réponses sous la main. Vous y remarquerez cette mutation
vers le VS, car je pense que vous reconnaîtrez les rhumatos. J’ai quitté le Dr X
de Sierre, car il était impossible de me faire entendre par lui. Et de retour
chez le Dr Quadri à St Imier depuis fin Octobre 2009. Il n’y a pas encore
d’évolution car il cherche une solution avec le Dr Dudler du CHUV. Mais ça va
long.
Je crois que je n’ai plus d’autres choses à vous communiquer. Vous trouverez
tout dans mon dossier.
En vous remerciant encore de la peine que vous vous donnez, dans mon cas, et en
me réjouissant de lire la suite du « feuilleton », veuillez croire
cher Monsieur, à ma parfaite considération.

Nous avons pris connaissance avec intérêt des documents
complémentaires que vous nous avez fait parvenir. Ces renseignements ne font
que renforcer le dernier message que nous vous avons envoyé.

Nous ne pouvons que vous dire de faire maintenant
confiance aux Drs Quadri et Dudler, dont nous connaissons les compétences.

Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022