Skip to Content
Polyarthrite
Question 817
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Diagnostic

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION 817

mark2_2.gif

On a diagnostiqué un Syndrome de Gougerot dans la biopsie de la glande
salivaire. Rien dans l’IRM, rien dans les analyses de sang. Pas de symptômes si
ce n’est une sécheresse bucale nocturne il y a qq mois mais que le généraliste
croit venir d’ailleurs (elle a disparu d’ailleurs). Il serait partisan de ne pas
faire de traitement, le rhumatologue oui. Qu’en pensez-vous?

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Le syndrome de
Sjögren
porte le nom de l’ophtalmologiste suédois qui le décrivit en 1933.
En France, on utilise de préférence le nom de syndrome de
Gougerot-Sjögren ou syndrome de
Gougerot
, par référence au dermatologue français qui en avait rapporté
plusieurs observations dès 1926. Ce syndrome est caractérisé par une
infiltration lympho-plasmocytaire des
glandes
lacrymales et salivaires
. Il en résulte une sensation de sécheresse oculaire,
avec une diminution objectivable de la sécrétion lacrymale (xérophtalmie) et
une sensation de bouche sèche, avec une diminution également objectivable de la
sécrétion salivaire. Lorsque l’affection est ainsi limitée, on parlera de
syndrome sec  ou de syndrome
de Sjögren primaire
(ou primitif).

Par contre, on parle de syndrome de Sjögren secondaire lorsque les
symptomes ci-dessus sont associés à des manifestations extra-glandulaires, dans
le cadre d’une maladie inflammatoire plus généralisée du tissu conjonctif,
telle que la polyarthrite rhumatoïde, objet principal de ce site. A ce sujet,
vous pouvez consulter sur ce site les réponses
 
108, 182, 193, 260, 516, 770, 786
et 797.

Mais venons-en à votre cas particulier. A vous lire, vous n’auriez présenté qu’une sécheresse buccale nocturne, passagère.
On s’étonne alors que ce seul symptome ait conduit à une biopsie de glande
salivaire, à un IRM (de quelle localisation ?) et à des investigations
sanguines. N’y a-t-il pas eu d’autres manifestations, locales ou
générales ?

Dans l’ignorance de ces éventuelles autres
manifestations, je suis très emprunté pour répondre à votre question précise.
Je dirai qu’il n’y a pas de raison de traiter une xérostomie déjà effacée. Si
votre rhumatologue propose quand même un traitement, c’est vraisembablement
parce qu’il dispose d’autres arguments anamnestiques ou cliniques, arguments
que nous ne connaissons pas.

Nous restons à votre disposition.

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022