Skip to Content
Polyarthrite
Question 88
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 
Divers

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
88

mark2_2.gif

ma mère a une périarthrite rumatoïde de la ceinture je
crois, elle a souffert le martyr pendant des mois car son médecin ne trouvait
pas ce qu’elle avait, elle a vu un médecin extra qui a détecté son mal et elle
est traitée par cortisone.Elle a moins mal, mais je voudrais savoir si ça peut
guérir et pendant combien de temps elle devra poursuivre le traitement merci.

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Le diagnostic que vous nous
indiquez nous laisse perplexe. En fait, il implique une confusion entre deux
maladies totalement différentes, la
polyarthrite rhumatoïde et la polymyalgia
rheumatica
, qui porte également en France les noms de pseudopolyarthrite
rhizomélique (=de la racine des membres) ou de pseudo-polyarthrite des
ceintures. Dans le tableau ci-dessous vous verrez les différences entre ces
deux maladies. Du fait que vous nous donnez précisément le terme de
« ceinture » et que votre mère est traitée maintenant par la
cortisone, nous sommes portés à croire qu’elle souffre de polymyalgia
rheumatica.

Cette affection débute le plus
souvent de façon brutale, presque d’un jour à l’autre, à partir de l’âge de 60
ou 65 ans. Le diagnostic peut être difficile car il n’y a pas de tuméfaction
articulaire visible comme dans la polyarthrite. Les patients passent rapidement
dans un état d’impotence en raison de la limitation très douloureuse des
mouvements de la colonne cervicale, des épaules et des hanches.

La cortisone est le traitement
indispensable, mais pour en fixer la dose et la durée, il importe de savoir
s’il y a ou non des signes
d’artérite temporale. Si c’est le cas, le
patient se plaindra de violentes céphalées (maux de tête) de la région
temporale et éventuellement de troubles visuels. On pourra constater une
tuméfaction sensible de cette artère temporale en arrière de la queue du
sourcil. Un examen ophtalmologique est alors indispensable.

Ce n’est qu’en cas d’artérite
temporale que la cortisone devra être administrée à fortes doses. Pour la seule
pseudopolyarthrite rhizomélique, on donnera des doses de l’ordre de 15 mg de
prednisone, qui apportera un soulagement spectaculaire en quelques jours. On
s’efforcera ensuite de réduire cette dose très progressivement jusqu’à une dose
de croisière de l’ordre de 7,5 à 10 mg, parfois même 5 mg par jour. Ce
traitement doit être maintenu pendant au moins une année.

Il est important de signaler que cette
affection est limitée dans le temps
. Dans les premières descriptions, on
pensait fixer la durée à une année, mais l’expérience ultérieure nous oriente
plutôt vers une durée de deux années ou plus. Quoi qu’il en soit la faible dose
de cortisone ne doit pas être redoutée à condition de prévenir une ostéoporose
par un traitement préventif.

Synonymes

POLYARTHRITE
RHUMATOIDE

Arthrite rhumatoïde
Autrefois
PCE
(Polyarthrite chronique évolutive)

POLYMYALGIA
RHEUMATICA

Pseudo-polyarthrite rhizomélique
(de
la racine des membres)
Rhumatisme inflamm.
des ceintures

Age
de début

A
tout âge
Le plus souvent autour
de la trentaine

Au-delà
de 65 ans

Mode de
début

Insidieux

Brutal, souvent
d’un jour à l’autre

Caractéristiques

Tuméfaction
douloureuse des articulations
périphériques
(spéc. Mains et pieds)
Inflamm.
de la synoviale articulaire

Limitation
très douloureuse  des épaules,
des
hanches et de la colonne cervicale.
Atteinte
de la musculature (artérite)

Evolution

Chronique

Limitée
dans le temps

Associations
possibles

Psoriasis
Maladie
de Sjögren (syndrome sec)

Artérite
temporale
(artérite giganto-cellulaire)
avec céphalées,
troubles
visuels

Traitement

AINS
Traitements
de base (spéc.Methotrexate)
cortisone
en cas d’échec

Cortisone
seule

 

 

Je suis soignée à la cortisone
depuis début août 2006 pour la polymyalgia rheumatica. J’avais des douleurs dans
les bras, la nuque, le dos et les cuisses. Cela a commencé vers fin juin 2006.
Mais j’ai pu avoir un rendez-vous avec mon médecin qu’au début d’août. Elle a
rapidement diagnostiqué ma maladie. Elle a fait une piqûre de cortisone. Puis
on a commencé le traitement par 50 mg, puis 40 et 30. Nous essayons de diminuer
les doses de cortisone. En ce moment j’ai 15 mg par jour. J’ai eu deux crises où
pendant deux jours les douleurs sont revenues assez fortement. J’avais de la
peine à marcher le matin et les douleurs aux bras étaient revenues. A partir de
midi les douleurs ont diminué et disparu. Je prends également du
calcium.

 

Dans la
Clinique Lugano MONCUCCO, ont a après 5 heures de test, trouvé le Problème.

Avec l’accord de mon médecin, on m’a donné les pilules de
cortisone et déjà la première
nuit j’ai pu dormir pendant 5 heures sans mal.

La
deuxième nuit pendant 8 heures et maintenant on continue avec les doses de cortisone
(réduites) pendant 2-6 mois.

J’espère ………………….

 

Bonjour, depuis septembre 2004, alors âgé de 56 ans; je
souffre de polyarthrite ryzhomélique, diagnostiquée effectivement en décembre
2004. les symptômes: blocage de l’épaule droite, perte de poids: 11kg en un
mois! grâce au traitement par cortisone (cortancyl) j’ai eu une nette
amélioration.( attention aux effets de la cortisone à haute dose! (hyper
excitabilité dure à supporter pour les proches!) Actuellement la dose de 7,5 mg
est la dose minimale que je m’impose, malgré des douleurs surtout le matin,
conjointement, un traitement par Novatrex ( 5 cachets par semaine) suivi depuis
un an n’est pas efficace. Mon rhumatologue m’a mis en garde contre un
abaissement trop rapide de la dose de cortisone, car il risque de créer un effet
« rebond » de la maladie. 4 ans de douleur! à quand la rémission? J’ai « fait »
deux infarctus en 2001 et 2003 total 4 stens, était-ce en rapport avec ma future
affection? bon courage à ceux qui me liront. gb

 

Le témoignage précédent m’a donné de l’espoir.
J’ai eu exactement les
mêmes symptômes.
Durant plus de 2 mois j’ai vécu une période difficile
avec des comprimés antirhumatismaux ( 3 x 600 mg par jour ).
Le 15
septembre 2008, le diagnostic est tombé  POLYMYALGIA RHEUMATICA
Je suis
soignée à présent avec de la cortisone  (PREDNISONE STREULI ).
Il faudra
maintenant trouver la bonne dose.
Je suis de nouveau autonome  (avec de
petites crises) et moi aussi j’espère……

Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022