Skip to Content
Polyarthrite
Question 89
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements
Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
89


mark2_2.gif

Bonjour,
j’ai donc 22 ans et je suis atteints de PR depuis le mois de
juillet. J’ai passé plusieurs examens (clinique Avicenne a Bobigny ) pour au
final en déduire que j’étais atteint de PR (facteurs rumathoïdes ) .
J’ai
alors commencé un traitement (cortancyl 20mg, Actonel, DiffuK, Cacit D3,
Methotrexate, et spéciafoldine ). J’ai réduit les doses de cortisone de 1mg tous
les 15 jours. Je suis actuellement à 10 mg par jour (je n’arrive pas à descendre
plus, les douleurs paraissant revenir en dessous de cette dose). Les douleurs
sont maintenant relativement faibles (bien que parfois des poussées arrivent et
me relancent des douleurs assez importantes (l’origine des poussées m’est inconnue
).
Certes mon inflammation a énormément diminué, mais elle reste encore
présente (vitesse de sédimentation et Protéine C réactive encore importants ).
En visitant votre site, j’ai l’impression que le traitement que j’ai
n’est pas forcément le meilleur. J’entends parler de médicaments, dont mon
docteur (que j’ai pourtant longuement questionné ), ne m’a pas parlé. Pourriez-vous m’expliquer les médicaments existant et dans quels cas les utiliser. Et si à
mon stade et étant donné le traitement que j’ai semble approprié. Pensez- vous
que mon traitement pourrait être amélioré par d’autres médicament plus
d’actualité
Merci

Ps: pour information, ma maladie s’est
déclenchée après une compétition de judo avant laquelle j’ai fait un régime assez
(très ) sévère et privatif. J’ai aussi perdu ma mère dans l’année (choc
psychologique ). Pensez-vous (ou existe-t-il des personnes ) que le fait d’aller
voir un psychologue peut aider à une rémission de la maladie ? J’ai vu une
osthéopate, qui m’a expliqué que le déclenchement de la maladie peut
être
psychologique (vous même dans votre site en parlez ).

Merci encore pour
votre réponse

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Les anamnèses des patients
atteints de polyarthrite rhumatoïde nous ont appris la fréquence des
traumatismes physiques (accidents, opérations) ou psychiques (deuil,
séparation, etc.) dans la période précédent l’éclosion de la maladie. Les
facteurs psychologiques jouent certainement un rôle dans certains cas de cette
maladie organique qui, une fois déclenchée, va évoluer pour elle-même. On ne
peut donc pas espérer qu’un psychologue, si puissant soit-il, puisse refaire le
chemin inverse et obtenir une rémission ou une annulation de la maladie
organique. En revanche, et si vous en sentez la nécessité, il peut vous aider à
accepter certaines contraintes ou certaines frustrations, à mieux tolérer
certaines douleurs ou certains effets secondaires du traitement.

Vous nous demandez d’autre part
notre opinion sur votre traitement actuel. Il faut savoir qu’il n’y a pas une
« recette » unique. Le plan de traitement ne peut être fixé qu’après
un examen détaillé réalisé par un spécialiste : status articulaire
complet, inventaire des articulations touchées, évaluation de la composante
inflammatoire, examen radiologique, examens biologiques, antécédents, examens
fonctionnels des autres systèmes, etc.

Il n’y a donc pas un
traitement pour la polyarthrite, mais un
plan thérapeutique pour votre
polyarthrite
.

Ceci étant dit, nous pouvons
faire les remarques suivantes :

  1. Dans
    votre cas, on a introduit d’emblée la
    cortisone, vraisemblablement en
    raison de l’importance de la composante inflammatoire. Il est habituel que la
    « désescalade » soit longue et difficile.
  2. Très
    justement, on a introduit comme premier traitement de fond le
    Methotrexate qui
    est actuellement considéré comme le traitement de première ligne le plus
    efficace et le mieux toléré.
  3. Il
    appartient à votre médecin d’évaluer la réponse à ce traitement en comparant
    les données initiales et actuelles concernant le status articulaire et les
    examens biologiques.
  4. Ce n’est qu’après 6 à 12 mois de traitement qu’on
    pourrait conclure à un échec du Methotrexate et envisager le passage à un autre
    traitement, par exemple Léflunomide = Arava®
    (voir
    réponses aux questions 11 et 29) et anti-TNF alpha (voir question 12 sur le
    même site).

 Votre
témoignage

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022