Skip to Content
Polyarthrite
Question 9
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Vers accueil GVP

 

 Groupe

 Activités

 Aide

 Questions

 Autres Sites

 Nos Artistes

 | Autres
thèmes
| Question N°? | Votre Question

 

 

 

 Traitements Médicamenteux

 Précèdente

 mark2_2.gif
mark2_1.gif

 Suivante

 QUESTION
9

mark2_2.gif

je vous écris a propos de ma mère qui depuis un an souffre d une polyarthrite
Elle est actuellement en train d’ être en pleine dépression car elle a du
arrêter son travail étant donné que ses mains lui font trop mal
– de plus son médecin voudrait lui faire des injections de Méthotrexate quels
en sont les risques ?
– que pourrais je faire pour l’ aider ?
Par avance merci

 


Mot exact


Résultats par page

Questions
ordre numérique

green00_back.gif

Précèdente

Suivante

green00_next.gif 

 

 

mark2_1.gif

Parmi  tous les traitements de fond de la polyarthrite rhumatoïde, le Methotrexate
(MTX) est actuellement celui qui apparaît comme le plus efficace et le
mieux toléré
. C’est ce qui explique qu’il soit souvent proposé comme
premier traitement de fond.

Il est bien évident que ce
traitement n’est indiqué qu’en cas de
polyarthrite rhumatoïde confirmée
et pour autant que les médicaments anti-inflammatoires précédemment administrés
n’aient pas donné un résultat suffisant.

Le MTX est habituellement
administré par la bouche, en comprimés, à raison de
7,5 mg par semaine
(dose pouvant être portée ultérieurement à 15 mg par semaine en cas de réponse
insuffisante). Pour améliorer la tolérance digestive, la dose est
habituellement fractionnée en trois prises de 2,5 mg. L’absorption digestive
varie toutefois d’une personne à l’autre, si bien que, en cas de réponse
insuffisante à ce mode d’administration, on devra passer à l’administration
intra-musculaire, sous la forme d’une injection hebdomadaire de 7,5 mg. Ce
médicament, à visée
immunosuppressive (c’est-à-dire ayant l’ambition de
freiner les réactions immunologiques excessives), a probablement aussi un effet
anti-inflammatoire. C’est ce qui explique que le bénéfice soit ressenti
dès la 4
ème semaine, le maximum d’efficacité étant atteint au bout
de 6 mois.

Vous nous posez la question des risques
du MTX
. Comme c’est le cas pour tous les traitements de fond de cette
maladie, il faut compter avec un certain pourcentage d’effets secondaires, dont
un petit nombre nécessite l’arrêt du traitement. Toutefois, ces effets
secondaires doivent être mis en balance avec le
risque de la maladie
elle-même
(progression des destructions articulaires).

Parmi les effets secondaires
du MTX
, je signalerai par ordre de fréquence décroissante les troubles
digestifs
(nausées, pertes d’appétit, diarrhées), les manifestations muqueuses
(stomatite = inflammation de la muqueuse buccale) et
cutanées
(éruptions, perte occasionnelle et transitoire de cheveux), les manifestations
hépatiques
(augmentation des enzymes hépatiques, rare à cette faible dose) ou
rénales
(augmentation de la créatinine sanguine) et
pulmonaires (rares
également). Enfin, il ne faut pas oublier que ce médicament immuno-suppresseur
diminue
la résistance aux infections
. Les inquiétudes suscitées par cette liste
doivent être tempérées. Les cas d’interruption pour effets secondaires sont
plus rares qu’avec les autres traitements. Si l’on additionne les arrêts pour
effets secondaires et les abandons pour inefficacité, les chiffres sont
éloquents : après 6 ans, 49% des patients continuent ce traitement de
Méthotrexate alors que, après 5 ans, 20 % environ des patients se maintiennent
sous sels d’or, sulfasalazine ou pénicillamine !

En conclusion, au vu des effets
secondaires mentionnés, le traitement de MTX est
contre-indiqué dans les
situations suivantes:

  • Atteinte hépatique en activité,
    éthylisme
  • insuffisance rénale
  • diminution des leucocytes et
    thrombocytes dans la formule sanguine
  • maladie générale sévère
  • (risque de grossesse, contraception
    non satisfaisante)

Dans tous les cas, ce traitement
doit être administré sous surveillance médicale stricte, avec en particulier
des contrôles biologiques réguliers, à intervalles de deux puis quatre semaines
(formule sanguine, créatinine, transaminases).

Vous nous demandez enfin comment vous pourriez aider votre mère.
Je pense que vous pouvez déjà faire beaucoup si, par votre attitude et vos
encouragements, vous l’aidez à placer sa
confiance dans son médecin
traitant. Le traitement sera très long. Le succès dépend d’une réelle relation
de partenariat entre le patient et son médecin.

 Votre
témoignage

je peux vous encourager à prendre le
méthotrexate.

pour ma part j’ai eu des injections pendant 10 ans
et ne me suis jamais aussi bien sentie ; j’ai du le stopper à cause d’une
nodulite (effet secondaire) ; chaque malade réagit différemment et vous devez
essayer le résultat est éloquent.

Courage – amitiés.

 

 

 | Accueil
| Début Page |

 

POLYARTHRITE © 2022