Skip to Content
Polyarthrite
Question 90 | GVP
Uncategorized Julien / septembre 3, 2021

Question 90

Question: 

je viens de passer qqs radios épaules résultats : périarthrite calcifiante pour les deux épaules la gauche un chapelet de calcifications et l’autre petite calcification
concernant la hanche gauche idem une calcification
question ma mère à la même chose je suis agée de 40 ans est-ce reconnue comme étant génétique
quels sont les traitements si toutefois il y en a car à part pour l’instant cesser de faire du sport et allez chez le kiné je me fais un peu de souci concernant mon tennis mon karting et mon tir bon courage j’attends qqs réponses un peu réconfortantes car pour l’instant c’est pas terrible mais les anti inflamatoires le ketum et cie sont de la partie pour des nuits de someil sans douleurs.

Réponse: 

Dans la réponse à votre première question (question 46) nous vous avions décrit le tableau de la périarthrite scapulo-humérale (PSH) car vous nous parliez alors d’une seule localisation.

Avec les renseignements complémentaires que vous nous donnez maintenant (calcifications des deux épaules et d’une hanche) il faut s’orienter vers le tableau de la « maladie des calcifications tendineuses multiples » décrites également sous le nom de « rhumatisme à hydroxyapatite ». En fait, il s’agit de calcifications d’hydroxyapatite qui, dans les périodes de poussées aiguës, peuvent se remanier, devenir plus floues à la radiographie, au point de s’estomper et même de disparaître.

Il n’y a pas de cause génétique certaine, ni de cause précise (si l’on excepte les calcifications de ce type observées dans l’insuffisance rénale chronique).

Comme nous vous le disions, l’excision chirurgicale est réservée aux volumineuses calcifications de l’épaule avec douleurs rebelles. Depuis peu, on a introduit dans ces cas un traitement physique par ondes de choc extracorporelles (il s’agit d’un appareil provoquant des ondes de choc, capables de fragmenter la calcification, de même qu’un appareil du même type permettait de fragmenter les calculs rénaux.

Theme: 

Commentaires

Je suis sidérée de voir la description jumelle de mes symptômes. Preuve, je pense, que les médecins penchés sur ce cas ont de bonnes bases pour réussir à nous soulager un jour de cette maladie handicapante. J’envisage de me faire soigner à Lyon ou Tours, je crois, à partir de ces ondes de choc ; et tant pis si cela fait mal, je crois qu’on ne peut guère avoir plus mal que nos douleurs nocturnes. J’ai déjà eu deux ponctions triturations à chaque épaule et une arthroscopie avec entre autre une accromioplastie. j’ai été soulagée deux mois! et ma rééducation semble bloquée depuis, cinq mois après l’intervention. On ne m’a rien fait à la hanche gauche. J’ai eu de très bons médecins auxquels je n’impute en rien l’entêtement de la maladie et je suis même poussée à les remercier de nous écouter assez, ces douleurs sont si sournoises qu’on a l’impression de perdre la tête et on pourrait bien passer pour hypochondriaque ; étant nous même très actives d’origine, il est difficile de se résoudre à autant d’épuisement soudain. J’ai tout de même eu un médecin qui prenait cela pour une dépression! Ce qui fait le plus mal, finalement, c’est que dans le milieu professionnel, on comprenne plus facilement la fatigue que l’épuisement. Je travaille en milieu hospitalier et il m’a fallu tomber d’un coup d’épuisement pour commencer à paraître sincère ; hors il y avait longtemps que je disais : je ne suis pas fatiguée, je suis épuisée. Je souffre depuis 1995, mais surtout depuis deux ans. Merci aux médecins qui nous soignent et aux témoignages qui nous sortent de notre isolement. Je vous tiendrai au courant de la suite de mes soins, espérant moi aussi donner espoir à d’autres. Je doute, comme l’indique certains articles, que les calcifications partent d’elles-même au bout de quatre ans. Merci de continuer la lutte avec nous. Nicole Daty

Je souffre également des épaules, j’ai d’abord été soignée pour des tendinites, puis la douleur s’est intensifié, après on a parlé de tendinites calcifiantes des 2 épaules. On m’a fait des infiltrations qui n’ont rien donnés, arthroscopie, puis acromioplastie, à droite pour l’instant  j’ai du arrêter de travailler, j’étais professeur d’éducation physique et comme c’est un métier ou l’on ne ménage pas ses articulations, je ne pouvais plus faire du volley et du badminton avec les élèves parer ceux ci en gym  installer le matériel qui est assez lourd. Mais je souffre toujours autant, je fais en ce moment les ondes de choc difficilement supportable je suis à la puissance 300!!!!! j’ai également une épine calcanéenne au  talon g des genoux opérés, une ligamentoplastie ,j’étais toujours en mouvement et depuis 2002 tout s’est écroulé je suis inquiète pour l’avenir je n’ai que 56 ans et je me déplace de plus en plus difficilement

POLYARTHRITE © 2022